La recherche économique sur l'Afrique n'est pas répartie uniformément entre les pays

En 2018, le Financial Times a qualifié le 21e siècle de «l'Afrique à perdre» en raison de son potentiel d'expansion économique rapide. Au cours des dernières décennies, ce potentiel a attiré une attention considérable de la part des investisseurs et des décideurs chinois et occidentaux. Au cours de cette même période, la communauté de la recherche a également porté son attention sur l'Afrique: en effet, la part des articles d'économie évalués par des pairs sur l'Afrique a plus que triplé depuis les années 1980.

Surtout, il semble que certains pays africains aient fait l'objet de plus de recherches que d'autres – beaucoup plus, en fait – selon un nouvel article du professeur adjoint d'économie de Middlebury, Obie Porteous, dans lequel il passe en revue tous les articles publiés sur les pays africains. entre 2000 et 2019 dans des revues d'économie à comité de lecture afin d'évaluer la concentration géographique de la recherche en économie dans la région. En particulier, Porteous constate que 65% des articles publiés dans les cinq principales revues d'économie (American Economic Review, Econometrica, Journal of the Political Economy, The Quarterly Journal of Economics et Review of Economic Studies) et 45% de tous les articles publiés dans des revues économiques pendant cette période se concentrent sur seulement cinq pays (Kenya, Afrique du Sud, Ghana, Ouganda et Malawi), qui ne représentent que 16 pour cent de la population africaine. En comparaison, un groupe de sept pays – le Soudan, la République démocratique du Congo, l'Angola, la Somalie, la Guinée, le Tchad et le Soudan du Sud – ont la même population combinée mais ne représentent que 4,7 pour cent des articles dans les cinq principales publications et 3,5 pourcentage de tous les articles. La figure 1 illustre la répartition des articles de recherche totaux et par habitant par pays africain.

Figure 1. Nombre total d'articles de recherche (à gauche) et d'articles de recherche par habitant (à droite)

Figure 1. Nombre total d'articles de recherche (à gauche) et d'articles de recherche par habitant (à droite)

Source: Porteous (2020), «Research and Oasis: Evidence from 27,000 Economics Journal articles on Africa»

Remarque: les cartes sont codées en couleur par quantiles (27 avec deux pays dans chacun) et représentent le total des articles des 1 980 revues EconLit. L'échelle de couleur va du bleu foncé pour le décompte le plus bas au rouge foncé pour le plus élevé. Le décompte par habitant est calculé en utilisant les données démographiques annuelles moyennes pour 2000-2019.

Porteous cherche également à expliquer la variation du nombre d'articles évalués par les pairs d'un pays à l'autre, car, dit-il, la population à elle seule peut expliquer 60% de la distribution inégale. Il considère ensuite trois variables supplémentaires – le classement d'un pays dans l'indice mondial de la paix, le nombre d'arrivées de touristes internationaux d'un pays et le fait que le pays a ou non l'anglais comme langue officielle – et déclare que la combinaison de ces variables peut expliquer 91% des la distribution. Notamment, Porteous constate que ces variables sont très pertinentes pour la concentration de la recherche, que les auteurs appartiennent à une institution africaine ou à une institution en dehors de l'Afrique. En fait, les arrivées de touristes internationaux peuvent mieux expliquer la variation au niveau des pays du nombre d'articles de revues écrits par des auteurs d'institutions africaines, un fait qui, selon Porteous, reflète le «niveau global d'engagement avec la communauté internationale».

Le tableau 1 contient le nombre d'articles de revues à comité de lecture par classement (déterminé par les citations par article) et la proportion desquels sont rédigés par ceux des institutions africaines (appelés «auteurs africains»). La proportion varie considérablement d'un pays à l'autre: 73 pour cent de tous les articles d'économie sur l'Afrique du Sud sont écrits par des auteurs africains, alors que seulement 9 pour cent des articles sur Madagascar sont écrits par des auteurs africains. Le tableau souligne également que si la population est le déterminant le plus important du nombre d'articles de revues, il existe des contextes, comme la République démocratique du Congo, où la recherche est difficile malgré la grande population, même pour les auteurs africains.

Tableau 1. Articles de revues économiques sur les pays africains, 2000-2019

Pays Tous les journaux Top 200 Top 10 des développeurs Journaux Top 5 Pourcentage d'auteur africain
Afrique du Sud 5463 765 263 18 73%
Nigeria 2620 280 110 5 72%
Ghana 1686 419 230 dix 49%
Kenya 1497 525 211 36 40%
Ethiopie 1239 561 281 4 34%
Tunisie 1119 105 24 1 72%
Egypte 1046 172 47 4 38%
Ouganda 1009 410 237 11 30%
Tanzanie 987 383 198 dix 29%
Malawi 604 262 118 9 32%
Maroc 576 87 22 1 38%
Zimbabwe 552 139 82 2 55%
Cameroun 462 82 37 0 60%
Zambie 435 164 71 4 35%
Algérie 393 35 4 1 57%
Sénégal 374 108 62 0 24%
Mozambique 370 135 61 0 22%
Burkina Faso 319 117 63 0 29%
Rwanda 303 91 52 3 17%
Botswana 294 38 17 0 65%
Côte d'Ivoire 254 81 45 2 34%
Madagascar 242 102 59 0 9%
Mali 233 82 48 1 14%
Soudan 231 32 12 0 24%
D.R. Congo 212 35 15 5 18%
Ile Maurice 206 26 14 1 72%
Bénin 182 61 32 1 33%
Namibie 165 20 4 0 48%
Sierra Leone 162 36 15 5 17%
Niger 151 62 31 1 28%
Angola 122 15 3 1 16%
Lesotho 109 18 11 0 58%
Somalie 102 17 6 0 6%
Libye 99 11 2 1 29%
Libéria 92 29 13 2 12%
Congo 79 16 8 0 24%
Burundi 77 25 15 1 13%
Aller 67 dix 7 0 47%
Érythrée 66 9 5 0 31%
Guinée 61 dix 4 0 19%
Swaziland 58 11 8 0 67%
Gambie 57 18 9 0 32%
Tchad 42 dix 4 0 19%
Mauritanie 32 8 4 1 14%
Gabon 28 7 5 0 52%
Cap-Vert 26 4 3 0 9%
République centrafricaine 20 2 0 0 24%
les Seychelles 18 6 1 0 8%
Guinée-Bissau 13 2 1 0 11%
Soudan du sud 11 1 0 0 20%
Djibouti 8 3 2 0 0%
Sao Tomé et Pr. 8 2 1 0 0%
Guinée Équatoriale 5 0 0 0 0%
Comores 1 0 0 0 0%

Source: Porteous (2020), «Research and Oasis: Evidence from 27,000 Economics Journal articles on Africa»

La demande des pays sous-étudiés pour des preuves spécifiques au contexte dépasse l'offre de telles preuves dans de nombreux pays africains, mais il s'agit d'un écart coûteux à combler. L'auteur conclut l'article en modélisant les coûts et les avantages de la conduite de la recherche en Afrique, en explorant si des facteurs tels que la recherche antérieure ou l'aide au développement rendent l'utilisation de la recherche plus attrayante, et suggère d'éliminer les obstacles à l'accès ou à la collecte de données comme solution possible à court terme pour améliorer la base de données factuelles dans les pays sous-représentés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *