La production d'énergie et de véhicules diminue alors que d'autres industries continuent de rebondir – AIER

La production industrielle a augmenté de 0,4% en août après un bond de 3,5% en juillet, un bond de 6,1% en juin et un gain de 1,0% en mai. Cependant, les quatre mois consécutifs de gains n'ont pas été suffisants pour surmonter les baisses consécutives de 4,4% et 12,9% en mars et avril, respectivement. Au cours de l'année écoulée, la production industrielle a reculé de 7,7 pour cent et de 7,2 pour cent sous le niveau d'avant la pandémie en février.

La production manufacturière, qui représente environ 75% de la production industrielle totale, a augmenté de 1,0% après un gain de 3,9 en juillet, une augmentation record de 7,5% en juin et une augmentation de 3,9% en mai (voir le haut du premier graphique). Les quatre gains font suite à des baisses de 5,0% et 16,1% en mars et avril. Les quatre gains consécutifs laissent encore la production manufacturière de 6,9% sous les niveaux d'il y a un an. L'indice de la production manufacturière s'établissant à 97,9 pour août, la production est de 6,7% inférieure au niveau moyen de l'indice 2018-2019 (voir le bas du premier graphique).

Les gains de la production industrielle en août ont été généralement généralisés dans presque tous les principaux marchés et groupes d'industries, à deux exceptions notables: la production d'énergie et de véhicules automobiles (voir le deuxième graphique). La production d'énergie a chuté de 1,3% pour le mois après des gains de 2,8% en juillet et de 3,0% en juin. Par rapport à il y a un an, la production d'énergie a baissé de 10,9%.

La production de véhicules automobiles, l'une des industries les plus durement touchées pendant les verrouillages, a chuté de 3,7% en août après des gains de 113,9% en mai, de 119,5% en juin et de 31,7% en juillet. La production de véhicules automobiles avait chuté de 80 pour cent en mars et en avril (voir le deuxième graphique).

La production des industries de haute technologie a augmenté de 1,2% en août, le troisième gain mensuel consécutif, et de 4,9% par rapport à il y a un an. Toutes les autres industries combinées ont progressé de 1,4% en août, mais sont toujours de 7,3% en dessous d'août 2019. Par rapport aux niveaux d'avant la pandémie, les véhicules à moteur et la haute technologie sont au-dessus du niveau de décembre 2019, tandis que l'énergie et la production totale hors énergie, véhicules à moteur et l'indice de haute technologie étaient toujours inférieurs (voir le deuxième graphique).

L'utilisation industrielle totale est passée à 71,4% en août contre 71,1% en juillet. C'est bien en dessous de l'utilisation moyenne à long terme (1972-2019) de 79,8 pour cent. L'utilisation manufacturière a augmenté de 0,7 point de pourcentage à 70,2%, bien en dessous de la moyenne à long terme de 78,2% et en dessous de la moyenne 2018-2019 de 76,1% (voir bas du premier graphique). Les données d'août suggèrent que, même si la production manufacturière se redresse, la production et l'utilisation restent faibles et il faudra peut-être beaucoup de temps avant que le secteur manufacturier revienne aux niveaux d'avant la pandémie.

Les politiques de verrouillage visant à lutter contre la propagation de Covid-19 ont pesé sur l'activité économique en mars et avril, tandis que l'assouplissement des restrictions au cours des derniers mois a contribué à inverser une partie du carnage économique. Cependant, il s'agira probablement d'un retour lent aux niveaux d'activité prépandémiques pour l'ensemble du secteur manufacturier. Mais comme pour le reste de l'économie, les différentes industries affichent des trajectoires de reprise sensiblement différentes.

Robert Hughes

Bob Hughes

Robert Hughes a rejoint l'AIER en 2013 après plus de 25 ans dans la recherche économique et financière à Wall Street. Bob était auparavant responsable de la stratégie actions mondiales pour Brown Brothers Harriman, où il a développé une stratégie d'investissement en actions combinant une analyse macro descendante avec des fondamentaux ascendants.

Avant BBH, Bob était stratège principal en actions pour State Street Global Markets, stratège économique principal chez Prudential Equity Group et économiste principal et analyste des marchés financiers pour Citicorp Investment Services. Bob est titulaire d'une maîtrise en économie de l'Université Fordham et d'une licence en affaires de l'Université Lehigh.

Soyez informé des nouveaux articles de Robert Hughes et AIER.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *