La prochaine grande recrue de Trump – WSJ

Cette semaine a été un microcosme parfait de l'ère Trump. Un média partisan supprime les informations sur le scandale de corruption d'un rival de Trump tout en exigeant que le président explique un retweet bizarre. Et il y a un signe encourageant de reprise économique. En outre, une autre personne remarquable nommée par Trump se prépare à effectuer un service public inestimable. Une autre bonne nouvelle est que les grandes recrues de Trump ne se termineront pas avec la juge Amy Coney Barrett.

Quant au rebond économique, le consommateur américain dépasse les attentes. Le journal Harriet Torry rapporte:

Les ventes au détail, une mesure des achats dans les magasins, les restaurants et en ligne, ont augmenté de 1,9% désaisonnalisé en septembre par rapport au mois précédent, a annoncé vendredi le département du Commerce.

«Ce gain a marqué le cinquième mois consécutif de croissance des ventes au détail», ajoute Mme Torry.

Quant au juge Barrett, le journal Kimberley A. Strassel note:

M. Trump a convaincu un certain nombre d'électeurs incertains en 2016 en s'engageant à placer des juges originalistes qualifiés dans les tribunaux fédéraux. Plus de 200 nominations plus tard – qui comprendra bientôt un troisième juge de la Cour suprême – les électeurs ont rappelé cette semaine que les enjeux de cette élection transcendent les tweets de M. Trump …

Pendant trois jours, les Américains ont regardé une juriste talentueuse répondre à des questions complexes sans notes, exprimer son amour pour sa famille et son pays, et promettre sa fidélité à la Constitution et à l'État de droit.

Ce qui est également cool pour les Américains, c’est si les fonctionnaires des autres branches du gouvernement sont également attachés à l’état de droit. Et le président semble avoir choisi un autre gagnant pour un poste clé dans la régulation du secteur financier. Brian Brooks est le contrôleur intérimaire de la monnaie. Le président Trump devrait immédiatement demander au Sénat de retirer le titre de «par intérim» du titre de M. Brooks afin qu'il puisse continuer à lutter contre la politisation de l'allocation de crédit américaine.

Une habitude gouvernementale inquiétante sous le prédécesseur de M. Trump était d'encourager les banques à refuser de faire des affaires avec des entreprises détestées à Washington. Phil Gramm et Michael Solon ont expliqué le problème dans un éditorial de janvier:

La banque a été utilisée comme une arme contre les entreprises légales et solvables par l'administration Obama lors de l'opération Choke Point, un programme visant à refuser l'accès défavorisé aux services bancaires. La Federal Deposit Insurance Corp. a qualifié certaines entreprises de «risque élevé», notamment les marchands d'armes à feu et de munitions, les caissiers de chèques, les prêteurs sur salaire et les vendeurs de feux d'artifice. Les régulateurs non élus, et non le Congrès ou les tribunaux, ont qualifié ces industries de «sales affaires» et ont rendu «inacceptable qu'une institution de dépôt assurée» leur offre des services bancaires.

En tant que contrôleur intérimaire, M. Brooks s’est efforcé de faire en sorte que ces abus ne se reproduisent pas. Mais les démocrates au Congrès, sans promulguer aucune loi, ont réussi à faire pression sur les grandes banques pour qu'elles évitent de financer la production nationale de pétrole. Leur nouvelle version législative de l’opération Choke Point fonctionne, et il ne s’agit pas seulement de battre des industries de niche, mais un élément fondamental de l’économie américaine.

L'année dernière, cette chronique indiquait que

Goldman Sachs,

malgré une histoire de relations avec des pays dirigés par des amoureux comme Vladimir Poutine et Nicolas Maduro, a signalé sa vertu en refusant de financer de nouveaux projets pétroliers en Alaska. Aujourd'hui, cinq des six premières banques américaines trop grandes pour faire faillite envoient le même signal scandaleux. Et le problème ne se limite peut-être pas à l'Arctique.

Un éminent banquier d'investissement raconte à cette chronique que le financement de grandes banques américaines pour des projets pétroliers et gaziers américains s'épuise. Les sociétés énergétiques doivent maintenant payer des taux plus élevés pour les prêts – si elles peuvent les trouver – et un financement plus coûteux est un fardeau brutal avec le pétrole autour de 40 dollars le baril. L'i-banquier avertit que les «pannes de courant continuelles» de la Californie pourraient être un aperçu pour les consommateurs de tout le pays si les géants bancaires ne prêteraient qu'aux sociétés d'énergie alternative.

Heureusement, le contrôleur par intérim semble avoir la notion étrange que les banques devraient suivre la loi, pas les caprices de la représentante Alexandria Ocasio-Cortez (D., N.Y.). Et certains démocrates du Congrès pourraient bientôt être hissés sur leur pétard libéral car le langage de «l'accès équitable» qu'ils ont promulgué dans la loi bancaire empêche la discrimination à l'encontre des clients respectueux des lois qui travaillent dans des industries sous-estimées.

M. Brooks a enquêté sur la question et a écrit dans une lettre de juillet au sénateur de l’Alaska Dan Sullivan (R., Alaska):

J'avais espéré que l'expérience du secteur bancaire et le discrédit éventuel de l'opération Chokepoint seraient une leçon suffisante sur les dangers de la discrimination à l'encontre d'entreprises qui, bien qu'impopulaires pour certains, sont néanmoins légales pour tous et exigées par beaucoup sur notre marché. économie.

De nombreux consommateurs partagent son espoir. Le président peut aider à mettre fin à l'ère Obama de crédit politisé en envoyant la nomination permanente de M. Brooks au Sénat.

***

M. Freeman est le co-auteur de «The Cost: Trump, China and American Revival».

***

Suivez James Freeman sur Twitter.

Abonnez-vous à l'e-mail Best of the Web.

Pour suggérer des articles, veuillez envoyer un courriel à best@wsj.com.

(Teresa Vozzo aide à compiler Best of the Web.)

***

M. Freeman est également le co-auteur de «Borrowed Time».

Copyright © 2020 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *