La pression pour une législation sur la modération de contenu dans le monde

L'été 2020 a été très important pour le discours en ligne. Après des années de débat national aux États-Unis, plusieurs initiatives de réforme dans le monde et la pression supplémentaire de la pandémie mondiale, la demande d'action politique a finalement débordé. Nous assistons à un changement du principal moteur de la réglementation, passant de la protection de l'innovation à tout prix à la protection ostensiblement lésée des citoyens à tout prix. Les États-Unis, l'Europe et le Brésil sont en proie à une lutte législative fondamentale en matière de responsabilité intermédiaire: qui mérite d'être protégé, quelles sont les principales menaces et le gouvernement peut-il réécrire les règles sans couper la prise sur Internet tel que nous le connaissons? Examinons comment la période de débat se déroule dans le monde et ce que cela signifie pour l’action gouvernementale.

Un été législatif chaud

En mai 2020, la France a adopté la loi «Lutter contre la haine sur Internet», construite à l'image de la loi allemande de 2017 sur la loi sur l'application des réseaux (NetzDG), l'une des législations sur la responsabilité des intermédiaires les plus strictes du continent européen. La loi oblige les entreprises de réseaux sociaux à retirer presque instantanément du matériel jugé «manifestement illégal», sous peine de lourdes amendes et sans garanties judiciaires de décision. Après son adoption, la Cour constitutionnelle française l'a annulée, car elle a estimé qu'il s'agissait d'une atteinte à la liberté d'expression parmi de nombreuses autres préoccupations. Pendant ce temps, en juin, l'Allemagne a décidé que NetzDG n'était pas suffisant; il a introduit et adopté une réforme au Bundestag. La nouvelle loi ordonne aux plateformes de médias sociaux non seulement de supprimer les discours de haine violents, mais également de les signaler à la police.

Également en juin 2020, le Brésil a adopté, dans l'une de ses chambres législatives, un projet de loi contre les fausses informations, la «loi brésilienne sur la liberté, la responsabilité et la transparence sur Internet», dont les premiers projets reflétaient également le texte original de NetzDG. La version finale, non sans controverse, a abordé la responsabilité des intermédiaires en exigeant uniquement des rapports de transparence obligatoires, la divulgation du contenu politique, et en garantissant une procédure régulière et des appels pour les décisions de modération du contenu.

De même, aux États-Unis, la loi de 2019 sur l'élimination de la négligence abusive et rampante des technologies interactives (EARN IT) a été vivement contestée non seulement sur la modération du contenu, mais aussi sur la possibilité de casser un cryptage fort. Le projet de loi avait un projet initial entièrement différent de celui qui a passé son vote au comité du Congrès en juillet 2020. À l'origine, il a changé la norme de responsabilité pour les plates-formes de la «connaissance réelle» des abus sexuels ou du matériel d'exploitation liés aux enfants à la simple existence de tels Matériel. Le projet de loi créerait également une commission nationale de 19 membres, présidée par le procureur général, chargée de créer un ensemble de «meilleures pratiques» obligatoires à suivre par les intermédiaires, sous peine de perdre leur protection en matière de responsabilité. En fin de compte, la version qui a passé un vote du comité a abandonné le changement de norme et rendu les meilleures pratiques facultatives, tout en ajoutant une dérogation discutable à l'article 230 pour les lois des États contre les matériels d'abus sexuels sur enfants.

Le refoulement législatif

L'accumulation des factures met en évidence certaines tendances générales. Le projet de loi allemand a subi un important recul, mais n’a pas été créé ni passé par une commission publique d’enquête. D'un autre côté, la France et le Brésil avaient mis en place des comités pour comprendre le problème de la modération des contenus et l'ensemble des solutions potentielles. Le gouvernement français a reculé après que son projet de loi initial ait été critiqué non seulement pour atteinte à la liberté d'expression et préjudice potentiel aux groupes défavorisés, mais aussi pour son échec dans la lutte contre la haine, la désinformation et d'autres contenus en ligne peu recommandables. Elle s'est apparemment installée dans un processus plus long et plus approfondi, grâce à un rapport nuancé et bien documenté de la commission de l'exécutif.

À l'instar de la France, à la fin de 2019, le Congrès national brésilien a créé un comité d'enquête ad hoc sur la désinformation. Contrairement à la France, le comité n'a même pas été en mesure de tenir des auditions avec des représentants des plateformes de médias sociaux et encore moins de publier un rapport avant que la pandémie ne frappe. La nature de la pandémie a modifié les priorités des deux pays. En France, cela signifiait précipiter le projet de loi sous le couvert de la sécurité nationale malgré la perspective nuancée du rapport. Au Brésil, cela signifiait pas de rapport, et une présentation d'un projet de loi qui a obtenu une série d'auditions publiques en ligne et un texte entièrement révisé après une forte opposition.

Bien qu'aucun comité externe n'ait même été suggéré, la trajectoire de la loi EARN IT est similaire à celle du faux projet de loi brésilien: un premier projet, universellement critiqué, est présenté, les parties prenantes se précipitent pour expliquer ses dommages potentiels et la version qui passe le premier vote. est matériellement différent et édulcoré tout en répondant à peine aux critiques antérieures.

Contrairement aux autres, la nature éminemment bureaucratique et consultative de l'Union européenne se prête à un processus long et excessivement approfondi alors qu'elle tente de réformer sa directive sur le commerce électronique vieille de plusieurs décennies par le biais de la loi sur les services numériques. Soit dit en passant, le projet de loi est le seul dont le texte n’est pas disponible avant la fin des consultations mondiales. Cependant, la tendance générale est inquiétante: toute la législation discutée jusqu'à présent est partie du principe que quelque chose devait être fait et que le modèle de censure NetzDG était le meilleur. Les législateurs auraient largement suivi ce modèle s'ils étaient laissés à eux-mêmes et libres de débat public ou d'enquête impartiale: jusqu'en décembre 2019, 13 pays ont approuvé des lois dans l'esprit, sinon aussi la lettre de NetzDG. Le plus récent, la Turquie, est présenté comme le plus strict. En tant que précurseur de futures réformes mondiales potentielles, NetzDG lui-même devient plus strict.

Points clés à retenir

La vigilance des groupes de parties prenantes a jusqu'à présent conduit à un succès significatif mais limité dans la modification des réglementations portant atteinte à la liberté d'expression et à la vie privée à travers le monde, ce qui peut suffire à envoyer un message fort aux rédacteurs de la loi européenne sur les services numériques. Alors que la France et l'Allemagne ont adopté des lois, les projets de loi brésiliens et américains sont encore incertains. Les rédacteurs de la loi EARN IT Act, en particulier le sénateur Lindsey Graham (R-SC), espéraient adopter le projet de loi au Sénat avant les vacances d'août. Le statut du projet de loi brésilien n’est pas clair, en attente de discussion et d’adoption dans l’autre chambre du pays, mais avec la montée des critiques nationales et internationales, il peut encore y avoir un espoir de changement positif.

Les projets de loi très médiatisés attirent l'attention et la répression nationale et internationale qui en résulte, mais il est inquiétant de constater que la législation par défaut sur la responsabilité des intermédiaires semble être le draconien NetzDG ou des concepts sous-développés comme l'obligation de diligence. Avec une certaine idée de ce que la loi sur les services numériques pourrait contenir, c'est le seul projet de loi qui ne résout pas un problème immédiat perçu comme la désinformation, les abus sexuels sur des enfants ou les discours de haine, sans égard aux conséquences potentielles.

Mais de manière plus générale, les projets de loi de 2020 marquent un changement d'état d'esprit par rapport à l'innovation et à la liberté d'expression qui ont catalysé la législation d'origine désormais en voie de réforme. Désormais assiégés par la désinformation, le harcèlement et les menaces de violence ou de déplatformance, les utilisateurs ont demandé une nouvelle législation pour se protéger non seulement eux-mêmes, mais aussi les plates-formes qu'ils considèrent paradoxalement comme faisant partie intégrante de leurs droits fondamentaux et enfreignant leurs droits fondamentaux. L'éthique du «faire quelque chose» derrière les projets de loi de réforme est une réponse directe à ce phénomène. Cependant, remplacer la vision myope de la modération comme étant essentiellement sans conséquence par la vision tout aussi myope de la modération forcée indépendamment des implications systémiques plus larges ne nous rendra pas moins aveugles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *