La police de Hong Kong tire un canon à eau sur les foules pour protester contre la nouvelle loi sur la sécurité

BEIJING / HONG KONG – La police de Hong Kong a tiré mercredi avec des canons à eau pour briser la première protestation depuis que la Chine a introduit une législation de sécurité radicale et ils ont procédé à leurs premières arrestations en vertu de celle-ci, avertissant d'une sanction pour avoir préconisé la sécession ou la subversion.

Pékin a dévoilé mardi les détails de la loi tant attendue après des semaines d'incertitude, poussant la ville la plus libre de Chine et l'un des pôles financiers les plus brillants du monde sur une voie plus autoritaire.

Alors que des milliers de manifestants se rassemblaient dans le centre-ville pour un rassemblement annuel marquant l'anniversaire du transfert de l'ancienne colonie britannique à la Chine en 1997, la police anti-émeute a utilisé du gaz poivré pour effectuer des arrestations, tandis que les magasins et une station de métro fermaient.

« J'ai peur d'aller en prison mais pour la justice, je dois sortir aujourd'hui, je dois me lever », a déclaré un homme de 35 ans qui a donné son nom à Seth.

Des foules débordant dans les rues ont scandé «résister jusqu'à la fin» et «l'indépendance de Hong Kong».

La police a tiré avec des canons à eau pour les chasser et a déclaré plus tard qu'ils avaient procédé à 30 arrestations pour rassemblement illégal, obstruction, possession d'armes et violation de la nouvelle loi.

Plus tôt, la police a cité la loi pour la première fois en confrontant des manifestants.

« Vous affichez des drapeaux ou des banderoles / scandez des slogans / ou vous conduisez avec une intention telle que la sécession ou la subversion, ce qui peut constituer des infractions en vertu de la … loi sur la sécurité nationale », a déclaré la police dans un message affiché sur une bannière violette.

La loi punira les crimes de sécession, de subversion, de terrorisme et de collusion avec des forces étrangères pouvant aller jusqu'à la prison à vie et a officiellement créé pour la première fois des agences de sécurité continentale à Hong Kong, avec des pouvoirs au-delà des lois de la ville.

Le parlement chinois l'a adopté en réponse à des mois de manifestations pro-démocratiques l'année dernière déclenchées par la crainte que Pékin étouffe les libertés de la ville, garanties par une formule «un pays, deux systèmes» convenue lors du retour à la domination chinoise.

Les autorités de Pékin et de Hong Kong ont déclaré à plusieurs reprises que la législation visait quelques «fauteurs de troubles» et n'affecterait pas les droits et libertés, ni les intérêts des investisseurs.

Mais les critiques craignent que cela n'écrase les libertés qui sont considérées comme la clé du succès de Hong Kong en tant que centre financier.

« Avec la publication de tous les détails de la loi, il devrait être clair pour ceux qui ont le moindre doute que ce n'est pas à Hong Kong qu'ils ont grandi », a déclaré Hasnain Malik, responsable de la recherche sur les actions, Tellimer à Dubaï.

« La différence est que les relations avec les États-Unis et la Chine sont bien pires et cela pourrait être utilisé comme prétexte pour entraver le rôle de Hong Kong en tant que centre financier. »

(Pour plus de commentaires d'analystes, cliquez sur)

À Pékin, Zhang Xiaoming, directeur adjoint exécutif du bureau des affaires de Hong Kong et de Macao à Pékin, a déclaré aux journalistes que des suspects arrêtés par un nouveau bureau de sécurité dirigé par Pékin pourraient être jugés sur le continent.

Il a déclaré que le nouveau bureau respectait la loi chinoise et que le système juridique de Hong Kong ne pouvait pas appliquer les lois du continent. L’article 55 de la loi stipule que le bureau de sécurité de Pékin à Hong Kong peut exercer sa compétence sur les affaires «complexes» ou «graves».

« La loi est un cadeau d'anniversaire pour (Hong Kong) et montrera sa précieuse valeur à l'avenir », a déclaré Zhang, ajoutant que la loi ne serait pas appliquée rétroactivement.

(Pour les faits saillants de la loi, cliquez)

Le 1er juillet de l'année dernière, des centaines de manifestants ont pris d'assaut et vandalisé l'assemblée législative de la ville pour protester contre un projet de loi désormais abandonné qui aurait permis des extraditions vers la Chine continentale.

Ces manifestations ont évolué en appels à une plus grande démocratie, paralysant des parties de la ville et ouvrant la voie à l’imposition de la loi par Pékin cette semaine.

'INÉVITABLE'

S'exprimant lors d'une cérémonie de lever du drapeau pour marquer l'anniversaire de la passation de pouvoir, le chef de la ville soutenu par Pékin, Carrie Lam, a déclaré que la loi était le développement le plus important depuis le retour de la ville à la domination chinoise.

« C'est aussi une décision inévitable et rapide de rétablir la stabilité », a déclaré Lam sur le site du port où, il y a 23 ans, le dernier gouverneur colonial, Chris Patten, un fervent critique de la loi sur la sécurité, a rendu en larmes Hong Kong à la domination chinoise. .

Certains responsables pro-Pékin et commentateurs politiques affirment que la loi vise à sceller le « deuxième retour » de Hong Kong dans la mère patrie après que le premier n’ait pas réussi à mettre les résidents sur ses talons.

Luo Huining, le chef du plus haut bureau de représentation de Pékin à Hong Kong, a déclaré lors de la cérémonie que la loi était une « aspiration commune » des citoyens de Hong Kong.

Les critiques ont dénoncé le manque de transparence sur les détails de la législation jusqu'à son dévoilement. Il est entré en vigueur à 23 heures. (1500 GMT) mardi.

Certains militants pro-démocratie ont renoncé à devenir membres de leur groupe juste avant l'entrée en vigueur de la loi, tout en appelant à ce que la campagne pour la démocratie se poursuive à l'étranger.

« J'ai vu ce matin qu'il y avait des célébrations pour le transfert de Hong Kong, mais pour moi ce sont des funérailles, des funérailles pour » un pays, deux systèmes «  », a déclaré le législateur pro-démocratie Kwok Ka-ki. (Reportage par Yanni Chow, Twinnie Siu, Pak Yiu, Scott Murdoch, Joyce Zhou, Clare Jim et James Pofret à Hong Kong et Yew Lun Tian à Pékin; écrit par Anne Marie Roantree et Marius Zaharia; édité par Michael Perry, Robert Birsel)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *