La désagrégation de Keynes démontre des illusions macroéconomiques – AIER

cambridge, campus, rivière

Le ralentissement économique qui a accompagné la crise des coronavirus a entraîné une augmentation considérable des dépenses publiques déficitaires et une augmentation de la dette nationale aux États-Unis et dans de nombreux autres pays du monde. Une version relancée de l'économie keynésienne a émergé, rationalisant et justifiant les dépenses publiques massives comme remèdes à la baisse de la production, à la hausse du chômage et à l'élargissement des inégalités de revenus. Il semble donc intéressant de jeter un regard neuf sur l'économie keynésienne et de «désagréger» son auteur, l'économiste britannique John Maynard Keynes (1883-1946).

Après avoir dominé la profession économique pendant plus d'un quart de siècle après la Seconde Guerre mondiale, le keynésianisme avait été remis en cause par diverses «contre-révolutions» de la macroéconomie à partir de la fin des années 60 et du début des années 70. Ils avaient pris les formes du monétarisme, de l'économie de l'offre, de la nouvelle théorie des attentes classiques ou rationnelles, du nouveau keynésianisme et même de l'économie autrichienne, après l'attribution du prix Nobel à F. A. Hayek en 1974.

Le fait est, cependant, que ni Keynes ni son économie n'ont jamais disparu ou remplacés. L'économie keynésienne a continué de dominer et de dominer la façon dont la grande majorité des économistes réfléchit et analyse la nature des fluctuations de l'emploi et de la production à l'échelle de l'économie.

L'héritage de Keynes en matière d'économie de «gestion de la demande»

C'est l'idée que le gouvernement doit gérer et guider la politique monétaire et budgétaire pour assurer le plein emploi, un niveau de prix stable et pour favoriser la croissance économique. Certains des termes du débat ont peut-être changé au cours du dernier demi-siècle, mais la conviction qu'il incombe au gouvernement de contrôler l'offre de monnaie et les dépenses globales dans l'économie persiste aujourd'hui tout autant qu'elle l'a fait dans les années 40.

La conception moderne de la «gestion de la demande» est un héritage du livre de John Maynard Keynes de 1936 La théorie générale de l'emploi, des intérêts et de l'argent. L’impact du livre de Keynes et de son message ne doit pas être sous-estimé. Ses deux principes centraux sont l'affirmation selon laquelle l'économie de marché est intrinsèquement instable et susceptible de générer des périodes prolongées de chômage et une capacité de production sous-utilisée, et l'argument selon lequel les gouvernements devraient assumer la responsabilité de contrer ces périodes de dépression économique avec les divers outils de politique monétaire et budgétaire. à leur disposition. Cela a été renforcé par la conviction de Keynes que les responsables politiques guidés par la théorie économique développée dans son livre pourraient avoir les connaissances et la capacité de le faire avec succès.

La capacité littéraire de Keynes à persuader n’était pas moins importante pour propager son idée de la politique économique de gestion de la demande. Comme l'a exprimé l'économiste Leland Yeager (1924-2018), «Keynes a vu et fourni ce qui attirerait l'attention – des polémiques sévères, des passages sardoniques, des bouts de doctrine ésotérique et choquante. Keynes possédait une confiance en soi arrogante et croyait en sa capacité d'influencer l'opinion publique et les politiques.

L'économiste autrichien Friedrich A. Hayek (1899-1992), qui connaissait assez bien Keynes, a évoqué sa «confiance suprême. . . en son pouvoir de jouer sur l'opinion publique comme un maître suprême joue de son instrument. À la dernière occasion où il a vu Keynes au début de 1946 (peu de temps avant la mort de Keynes suite à une crise cardiaque), Hayek lui a demandé s’il n’était pas préoccupé par le fait que certains de ses partisans poussaient ses idées à l’extrême. Keynes a répondu que Hayek n'avait pas besoin de s'inquiéter. Si cela devenait nécessaire, Hayek pouvait «compter à nouveau rapidement sur lui pour faire pivoter l'opinion publique – et il a indiqué par un mouvement rapide de la main à quelle vitesse cela serait fait. Mais trois mois plus tard, il était mort.

Aujourd'hui encore, des économistes respectés soutiennent qu'une intervention macroéconomique de type keynésien est nécessaire pour équilibrer l'instabilité de l'économie de marché. Un exemple est Robert Skidelsky, l'auteur d'une biographie en plusieurs volumes largement acclamée de Keynes et partisan actif du Parti travailliste britannique.

Il y a quelques années, le professeur Skidelsky affirmait que le capitalisme avait en son cœur une instabilité des institutions financières et que «cette vision de Keynes sur les causes et les conséquences des crises financières reste extrêmement précieuse.» En cas de ralentissement économique important, le gouvernement devrait commencer à «injecter de l'argent dans l'économie, comme pomper de l'air dans un ballon dégonflé».

Keynes's Road to La théorie générale

Peu avant la Première Guerre mondiale, Keynes publie son premier livre sur la politique monétaire, Monnaie indienne et finances (1913). Pendant la Première Guerre mondiale, il avait travaillé au Trésor britannique. En 1919, il a été conseiller de la délégation britannique à Versailles. Mais frustré par l'attitude des puissances alliées envers l'Allemagne en fixant les termes de la paix, Keynes est retourné en Grande-Bretagne et a publié Les conséquences économiques de la paix (1920) dans lequel il a sévèrement critiqué le règlement de paix. En 1923, il publie Un tract sur la réforme monétaire, dans lequel il a appelé à la fin de l'étalon-or et a suggéré un papier-monnaie national géré à sa place. Il s’est fermement opposé au retour de la Grande-Bretagne à l’étalon-or au milieu des années 1920 à la parité-or d’avant-guerre. Il a fait valoir que les gouvernements devraient avoir un pouvoir discrétionnaire sur la gestion du système monétaire d’un pays pour assurer un niveau d’emploi, de production et de prix cible souhaité.

En 1930, Keynes publie Un traité sur l'argent, un ouvrage en deux volumes qui, espérait-il, établirait sa réputation de théoricien monétaire de premier plan de son temps plutôt que de simple analyste de politique économique influent. Cependant, au cours des deux années suivantes, une série de revues critiques sont apparues, rédigées par certains des économistes les plus respectés de l'époque. La plupart d'entre eux ont mis en évidence de sérieux problèmes avec les prémisses ou le raisonnement avec lequel Keynes a tenté de construire sa théorie sur les relations entre l'épargne, l'investissement, le taux d'intérêt et les niveaux agrégés de production et de prix. Mais les critiques les plus dévastatrices ont été faites par un jeune Friedrich A. Hayek dans un long essai de synthèse en deux parties publié dans Economica en 1931-1932 (réimprimé dans Bruce Caldwell, ed., Les oeuvres collectées de F. A. Hayek, Vol. 9 (1995), p. 121-146 et 174-197),

Hayek a soutenu que Keynes ne semblait comprendre ni la nature d'une économie de marché en général ni l'importance et le rôle du taux d'intérêt dans le maintien d'un juste équilibre entre l'épargne et l'investissement pour la stabilité économique. Au niveau le plus fondamental, Hayek a soutenu que la méthode de Keynes consistant à agréger les approvisionnements et les demandes individuelles pour une multitude de biens en un petit nombre de «totaux» macroéconomiques faussait toute appréciation et analyse réelles des prix relatifs et des relations de production dans et entre les marchés réels. « Monsieur. Les agrégats de Keynes cachent les mécanismes de changement les plus fondamentaux », a déclaré Hayek. (p. 128)

Acceptant implicitement les critiques, Keynes consacra les cinq années suivantes à reconstruire son argumentation, le résultat étant son œuvre la plus célèbre et la plus influente, La théorie générale de l'emploi, des intérêts et de l'argent, publié en février 1936.

Keynes a fait valoir que la Grande Dépression des années 1930 avait été causée par des irrationalités inéluctables dans l'économie de marché qui ont non seulement créé les conditions de la gravité du ralentissement économique, mais ont nécessité des politiques monétaires et fiscales activistes du gouvernement pour restaurer et maintenir le plein emploi et une utilisation maximale des capacités de ressources et de sortie. Pour le prochain demi-siècle, les idées de Keynes, présentées dans La théorie générale, est devenue la pierre angulaire de la théorisation macroéconomique et de l'élaboration des politiques dans le monde occidental, et continue de dominer la réflexion sur les politiques publiques aujourd'hui.

John Maynard Keynes et un «libéralisme» interventionniste

Quels étaient les principes et les idées philosophiques plus larges derrière les vues de Keynes sur une société de marché? En 1925, Keynes a prononcé une conférence à Cambridge intitulée «Suis-je un libéral?» (réimprimé dans son Essais de persuasion, pp. 323-338)) Il a rejeté toute idée de se considérer comme un conservateur parce que le conservatisme «ne mène nulle part; il ne satisfait aucun idéal; il n'est conforme à aucune norme intellectuelle; il n'est même pas sûr ni calculé pour préserver des spoilers le degré de civilisation que nous avons déjà atteint. Keynes a ensuite demandé s'il devait envisager de rejoindre le Parti travailliste. Il a admis: «Superficiellement, c'est plus attrayant», mais l'a également rejeté. «Pour commencer, c'est une fête de classe, et la classe n'est pas ma classe», a soutenu Keynes. De plus, il doutait de la capacité intellectuelle de ceux qui contrôlaient le Parti travailliste, estimant qu'il était dominé par «ceux qui ne savent pas du tout de quoi ils parlent».

Cela a conduit Keynes à conclure que tout bien considéré, «le Parti libéral est toujours le meilleur instrument de progrès futur – si seulement il a un leadership fort et le bon programme. Mais le Parti libéral de Grande-Bretagne ne pourrait jouer un rôle positif dans la société que s'il renonçait à «l'individualisme à l'ancienne et au laissez-faire», qu'il considérait comme «le bois mort du passé». Au lieu de cela, il fallait un «nouveau libéralisme» qui impliquerait «une nouvelle sagesse pour une nouvelle ère». Selon Keynes, cela impliquait «la transition de l’anarchie économique vers un régime qui vise délibérément à contrôler et à diriger les forces économiques dans l’intérêt de la justice sociale et de la stabilité sociale».

Un an plus tard, en 1926, Keynes a prononcé une conférence à Berlin, en Allemagne, sur «La fin du laissez-faire» (réimprimé en Essais de persuasion, pp. 312-323) dans lequel il a fait valoir: «Il n’est pas vrai que les individus possèdent une« liberté naturelle »normative dans leurs activités économiques. Il n’existe pas de pacte conférant des droits perpétuels à ceux qui ont ou à ceux qui acquièrent. » On ne peut pas non plus présumer que les particuliers poursuivant leur intérêt personnel éclairé serviraient toujours le bien commun.

Dans un monde «d'incertitude et d'ignorance» qui aboutit parfois à des périodes de chômage, Keynes a suggéré que «le remède à ces choses est en partie à rechercher dans le contrôle délibéré de la monnaie et du crédit par une institution centrale». Et il pensait qu'un «acte coordonné de jugement intelligent» de la part du gouvernement était nécessaire pour déterminer le montant de l'épargne dans la société et la part de l'épargne de la nation qui devrait être autorisée à être investie sur les marchés étrangers ainsi que la répartition relative de cette épargne. l'épargne intérieure parmi «les canaux les plus productifs au niveau national».

Planification eugénique et planification économique

Enfin, Keynes a fait valoir que le gouvernement devait entreprendre une «politique nationale» concernant la taille la plus appropriée de la population du pays, «et après avoir réglé cette politique, nous devons prendre des mesures pour la mettre en œuvre». En outre, Keynes a proposé d’envisager sérieusement d’adopter une politique d’eugénisme: «Le temps peut arriver un peu plus tard où la communauté dans son ensemble doit prêter attention à la qualité innée ainsi qu’au simple nombre de ses futurs membres.»

Cet agenda pour un gouvernement activiste et planificateur n'a pas fait de Keynes un socialiste ou un communiste au sens strict de ces termes. En effet, après une visite en Russie soviétique, il publia un essai en 1925 fortement critique du régime bolchevique («A Short View of Russia», réimprimé dans Essais de persuasion, pp. 297-312). «Pour moi, élevée dans un air libre non assombri par les horreurs de la religion, sans rien à craindre, la Russie rouge en tient trop, ce qui est détestable. . . Je ne suis pas prêt pour un credo qui ne se soucie pas de combien il détruit la liberté et la sécurité de la vie quotidienne, qui utilise délibérément les armes de la persécution, de la destruction et des conflits internationaux. . . Il est difficile pour un fils d’Europe occidentale instruit, décent et intelligent de trouver ses idéaux ici. »

Mais là où la Russie soviétique avait un avantage sur l'Occident, soutenait Keynes, c'était dans sa ferveur révolutionnaire presque religieuse, dans son romantisme de l'ouvrier ordinaire et dans sa condamnation de la production d'argent. En effet, la tentative soviétique d’éradiquer la «mentalité de faire de l’argent» était, dans l’esprit de Keynes, «une formidable innovation». De l'avis de Keynes, la société capitaliste devait également trouver un fondement moral au-dessus de «l'amour de l'argent» intéressé. Ce que Keynes considérait par conséquent comme la supériorité de la Russie soviétique sur la société capitaliste, c'était sa position morale en opposition à l'individualisme capitaliste. Et il croyait aussi que «toute pièce de technique économique utile» développée en Russie soviétique pouvait facilement être greffée sur une économie occidentale suivant son modèle d'un nouveau libéralisme «avec un succès égal ou supérieur» qu'en Union soviétique.

Que Keynes avait une grande confiance dans un système géré par l'État de «technique économique utile» a été clairement vu dans la comparaison suivante qu'il a faite, également au milieu des années 1920, entre un système de salaire réglementé au nom de «l'équité» entre les classes sociales et des salaires déterminés par le marché, qu'il a condamnés comme «le moteur économique».

«La vérité est que nous sommes à mi-chemin entre deux théories de la société économique. La première théorie soutient que les salaires devraient être fixés par référence à ce qui est «juste» et «raisonnable» entre les classes. L'autre théorie – la théorie du poids lourd économique – est que les salaires devraient être réglés par la pression économique, autrement appelée «  faits concrets '', et que notre vaste machine devrait s'écraser, en ce qui concerne seulement son équilibre dans son ensemble, et sans attention. au changement des conséquences du voyage vers des groupes individuels. » (Cité dans D. E. Moggridge, Maynard Keynes: biographie d’un économiste (1992), p. 433)

Keynes: les marchés échouent et le chômage augmente

Avec l'arrivée de la Grande Dépression, il n'est pas surprenant que Keynes rejette une fois de plus l'idée d'une solution de marché libre à la montée du chômage et à l'industrie au ralenti qui s'intensifia après le krach de 1929. Dans ses écrits des années 1920 et au début des années 1930, il préconisait une « Nouveau libéralisme »et un gouvernement déficitaire pour« résoudre »la Grande Dépression étaient les prémisses de la Révolution keynésienne qui serait officiellement inaugurée avec la publication de La théorie générale de l'emploi, des intérêts et de l'argent. Avec ces idées, Keynes a produit l'un des plus grands défis de l'économie de marché libre dans le 20e siècle.

La théorie générale a été publié le 4 février 1936. L'essence de la théorie de Keynes était de montrer qu'une économie de marché, laissée à elle-même, ne possédait aucun mécanisme d'autocorrection inhérent pour revenir au «plein emploi» une fois que le système économique était tombé dans un dépression. Au cœur de son approche se trouvait la conviction qu’il avait démontré une erreur dans la loi de Say. Nommé d'après le 19e siècle, économiste français Jean-Baptiste Say (1767-1832), l'idée fondamentale est que les individus produisent pour pouvoir consommer. Un individu produit soit pour consommer ce qu'il a lui-même fabriqué, soit pour le vendre sur le marché pour acquérir les moyens d'acheter ce que les autres ont à vendre. Ou comme l'économiste classique David Ricardo (1772-1823) l'a exprimé dans son Principes d'économie politique et de fiscalité (1817), «En produisant donc, il devient nécessairement soit le consommateur de ses propres biens, soit l'acheteur et le consommateur des biens d'une autre personne. . . Les productions sont toujours achetées par des productions ou par des services; l'argent n'est que le moyen par lequel l'échange est affecté. (p. 280)

Keynes a fait valoir qu'il n'y avait aucune certitude que ceux qui avaient vendu des biens ou leurs services de main-d'œuvre sur le marché se retourneraient nécessairement et dépenseraient le montant total qu'ils avaient gagné pour les biens et services offerts par d'autres. Par conséquent, les dépenses totales en biens pourraient être inférieures au revenu total précédemment gagné dans la fabrication de ces biens. Cela signifiait à son tour que le total des recettes reçues par les entreprises vendant des biens sur le marché pouvait être inférieur aux dépenses engagées pour mettre ces biens sur le marché. Les recettes totales des ventes étant inférieures aux dépenses totales de l'entreprise, les hommes d'affaires n'auraient d'autre recours que de réduire à la fois la production et le nombre de travailleurs employés afin de minimiser les pertes pendant cette période de «mauvaises affaires».

Mais, selon Keynes, cela ne ferait qu'intensifier le problème du chômage et de la baisse de la production. À mesure que les travailleurs seraient licenciés, leurs revenus diminueraient nécessairement. Avec moins de revenus à dépenser, les chômeurs réduiraient leurs dépenses de consommation. Il en résulterait une baisse supplémentaire de la demande de biens et de services offerts sur le marché, élargissant le cercle des entreprises qui voient leurs recettes de ventes diminuer par rapport à leurs coûts de production. Et cela déclencherait une nouvelle série de réductions de la production et de l'emploi, déclenchant une contraction cumulative de la production et de l'emploi.

Salaires rigides, illusion d'argent et incertitudes en matière d'investissement

Pourquoi les travailleurs n’accepteraient-ils pas des salaires inférieurs pour se rendre plus attrayants à réembaucher lorsque la demande du marché diminue? Parce que, a déclaré Keynes, les travailleurs souffrent de «l'illusion de l'argent». Si les prix des biens et services diminuent parce que la demande des consommateurs diminue, alors les travailleurs pourraient accepter un salaire monétaire plus bas et ne pas être moins bien lotis en termes d'achat réels (c'est-à-dire si la baisse des salaires n'était en moyenne pas supérieure à la diminution du niveau moyen des prix). Mais les travailleurs, a fait valoir Keynes, ne pensent généralement qu'en termes de salaires en argent, pas de salaires réels (c'est-à-dire ce que leur revenu monétaire représente en pouvoir d'achat réel sur le marché). Ainsi, les travailleurs préfèrent souvent accepter le chômage plutôt qu'une réduction de leur salaire monétaire.

Si les consommateurs demandent moins de biens et services finaux sur le marché, cela signifie nécessairement qu'ils économisent davantage. Pourquoi ces revenus non consommés ne seraient-ils pas simplement dépensés en embauchant de la main-d’œuvre et en achetant des ressources d’une manière différente, sous la forme d’investissements plus importants, les épargnants ayant davantage à prêter aux emprunteurs potentiels à un taux d’intérêt inférieur? La réponse de Keynes a été d’insister sur le fait que les motivations des épargnants et des investisseurs n’étaient pas les mêmes. Les salariés peuvent très bien souhaiter consommer une plus petite partie de leur revenu, épargner davantage et l'offrir aux emprunteurs avec intérêt. Mais il n'y avait aucune certitude, a-t-il insisté, que les hommes d'affaires seraient prêts à emprunter ces économies plus importantes et à les utiliser pour embaucher de la main-d'œuvre pour fabriquer des biens à vendre à l'avenir.

Étant donné que l'avenir est incertain et que demain peut être radicalement différent d'aujourd'hui, a déclaré Keynes, les hommes d'affaires tombent facilement sous le charme de vagues imprévisibles d'optimisme et de pessimisme qui augmentent et diminuent leur intérêt et leur volonté d'emprunter et d'investir. Une diminution de la demande à consommer aujourd'hui par les salariés peut être motivée par le désir d'augmenter leur consommation à l'avenir grâce à leur épargne. Mais les hommes d'affaires ne peuvent pas savoir quand à l'avenir ces salariés voudront augmenter leur consommation, ni quels biens particuliers seront les plus demandés le jour venu. En conséquence, la diminution de la demande des consommateurs pour la production actuelle ne sert qu’à diminuer les incitations actuelles de l’homme d’affaires à investir aujourd’hui également.

Les hypothèses particulières de Keynes concernant la consommation

Si, pour une raison quelconque, il devait y avoir une vague de pessimisme des entreprises entraînant une diminution de la demande d'emprunts d'investissement, cela devrait entraîner une baisse du taux d'intérêt. Une telle diminution due à une baisse de la demande d’investissement devrait rendre l’épargne moins attrayante, car il faut maintenant gagner moins de revenus d’intérêts en prêtant une partie de ses revenus. En conséquence, les dépenses de consommation devraient augmenter à mesure que l'épargne diminue. Ainsi, alors que les dépenses d’investissement peuvent ralentir, une augmentation des dépenses de consommation devrait compenser la différence pour assurer une demande de «plein emploi» de main-d’œuvre et de ressources de la société.

Mais Keynes ne permet pas que cela se produise à cause de ce qu’il appelle la «loi psychologique fondamentale» de la «propension à consommer». À mesure que le revenu augmente, dit-il, les dépenses de consommation provenant du revenu ont également tendance à augmenter, mais moins que l'augmentation du revenu. Au fil du temps, donc, à mesure que les revenus augmentent, un pourcentage de plus en plus important est épargné.

Dans La théorie générale, Keynes a énuméré une variété de ce qu’il a appelé les facteurs «objectifs» et «subjectifs» qui, selon lui, ont influencé les décisions des gens de consommer à même leur revenu. Côté «objectif»: un profit exceptionnel; une modification du taux d'intérêt; un changement des attentes concernant les revenus futurs. Du côté «subjectif», il a énuméré «la jouissance, la myopie, la générosité, l'erreur de calcul, l'ostentation et l'extravagance». Il affirme simplement que les facteurs «objectifs» ont peu d'influence sur la quantité à consommer sur un montant donné de revenu – y compris une modification du taux d'intérêt. Et les facteurs «subjectifs» sont fondamentalement invariants, étant «des habitudes formées par la race, l'éducation, les conventions, la religion et la morale actuelle. . . et les normes de vie établies. » (pages 89 à 112)

En effet, Keynes arrive à la conclusion étrange que parce que les besoins des hommes sont fondamentalement déterminés et fixés par leur environnement social et culturel et ne changent que très lentement, «le plus grand. . . la consommation que nous avons prévue à l'avance, plus il est difficile de trouver quelque chose de plus à prévoir à l'avance. (p. 105) Autrement dit, les hommes sont à court de besoins pour lesquels ils souhaiteraient investir; les ressources de la société – y compris la main-d'œuvre – menacent de dépasser la demande d'emploi.

Le monde à l'envers de Keynes: des fins limitées et des moyens croissants

Keynes, en d'autres termes, renverse le concept le plus fondamental de l'économie. Au lieu que nos besoins et nos désirs tendent toujours à dépasser les moyens dont nous disposons pour les satisfaire, l'homme est confronté à un monde «post-rareté» dans lequel les moyens à notre disposition deviennent plus grands que les fins pour lesquelles ils pourraient être appliqués. La crise de la société est une crise d'abondance! Plus nous devenons riches, moins nous avons de travail pour les gens parce que, dans la vision de Keynes, la capacité et le désir de l’homme d’imaginer des façons nouvelles et différentes d’améliorer sa vie sont limités. Le problème économique est que nous sommes trop aisés et que nous en souffrons donc avec un chômage croissant et persistant.

En conséquence, les revenus non dépensés peuvent s'accumuler sous forme d'épargne inutilisée et non investie; et quel investissement est entrepris peut fluctuer de manière erratique en raison de ce que Keynes a appelé les «esprits animaux» de la psychologie irrationnelle des hommes d’affaires concernant un avenir incertain. L'économie de marché libre est donc en proie au danger constant de vagues d'expansion et de crise, avec des périodes prolongées de chômage élevé et des usines au ralenti. Le problème de la société vient du fait que les gens consomment trop peu et épargnent trop pour assurer des emplois à tous ceux qui désirent travailler aux salaires en argent qui prévalent sur le marché et que les travailleurs refusent d'ajuster à la baisse face à tout baisse de la demande pour leurs services.

Pyramides, guerre et socialisation du capital pour le plein emploi

Une seule institution peut intervenir et servir de mécanisme de stabilisation pour maintenir le plein emploi et une production stable: le gouvernement, à travers diverses politiques monétaires et fiscales activistes.

Dans l’esprit de Keynes, le seul remède était que le gouvernement intervienne et transforme ces économies inutilisées par le biais de dépenses déficitaires pour stimuler l’activité d’investissement. La façon dont le gouvernement dépensait ces fonds empruntés n'avait pas d'importance. Même les «travaux publics d'utilité douteuse», a déclaré Keynes, étaient utiles: «La construction de pyramides, les tremblements de terre, voire les guerres peuvent servir à accroître la richesse», à condition qu'ils créent des emplois. « Il serait, en effet, plus judicieux de construire des maisons et autres », a déclaré Keynes, « mais s'il y a des difficultés politiques ou pratiques dans ce sens, ce qui précède serait mieux que rien. » (p. 129)

On ne pouvait pas non plus faire confiance au secteur privé pour maintenir un niveau raisonnable d’investissement afin de créer des emplois. Les incertitudes de l'avenir, comme nous l'avons vu, ont créé des «esprits animaux» parmi les hommes d'affaires qui ont produit des vagues imprévisibles d'optimisme et de pessimisme qui ont généré des fluctuations du niveau de production et d'emploi. Heureusement, le gouvernement pourrait combler le vide. En outre, alors que les hommes d’affaires étaient émotifs et myopes, l’État avait la capacité de calculer calmement la valeur et la valeur réelles à long terme des opportunités d’investissement «sur la base de l’avantage social général». (p. 164)

En effet, Keynes s'attendait à ce que le gouvernement «assume une responsabilité de plus en plus grande dans l'organisation directe des investissements». À l'avenir, a déclaré Keynes, «je conçois donc qu'une socialisation quelque peu globale de l'investissement se révélera le seul moyen d'assurer une approximation du plein emploi.» Alors que la rentabilité de l'investissement privé se tarissait avec le temps, la société verrait «l'euthanasie du rentier» et «l'euthanasie du pouvoir oppressif cumulatif du capitaliste» pour exploiter à son profit la rareté du capital. Ce «suicide assisté» des groupes capitalistes et rémunérateurs ne nécessiterait aucun bouleversement révolutionnaire. Non, «les mesures nécessaires de socialisation peuvent être introduites progressivement et sans rupture dans les traditions générales de la société.» (pages 376 à 379)

Telle est l’essence de l’économie de Keynes. Un monde avec des hypothèses arbitraires sur les travailleurs et les salaires, les revenus et la consommation, les investisseurs et les esprits animaux; tout cela «truque le jeu» pour que quoi qu'il arrive, les marchés ne puissent pas se rééquilibrer et coordonner les productions et les emplois. Seuls les sages et les éclairés du gouvernement – qui sont en quelque sorte libérés des faiblesses et des échecs de caractère de tous les autres – peuvent placer la société sur une voie stable et uniforme de plein emploi.

La vision du monde de Keynes: élites sociales et planification éclairée

Dans une conférence célèbre, «L'autosuffisance nationale», prononcée à Dublin, en Irlande, en avril 1933, John Maynard Keynes a renoncé à sa croyance antérieure dans les avantages du libre-échange. Il a déclaré: «Je sympathise. . . avec ceux qui minimiseraient plutôt que ceux qui maximiseraient l'enchevêtrement économique entre les nations. . . Laisser les marchandises être fabriquées à domicile chaque fois que cela est raisonnablement et commodément possible; et surtout, que la finance soit avant tout nationale. » (Revue de Yale, Juin 1933, p. 758) Il est resté fidèle au protectionnisme économique en La théorie générale. Dans l'un des derniers chapitres, il découvrit une nouvelle valeur dans les écrits des mercantilistes des XVIIe et XVIIIe siècles et leurs justifications pour le contrôle gouvernemental et la manipulation du commerce international et des investissements nationaux. (pp. 333-351)

Mais Keynes a exprimé un autre sentiment dans cette conférence de 1933:

«Nous avons chacun notre propre fantaisie. Ne croyant pas que nous sommes déjà sauvés, nous aimerions tous essayer de travailler à notre salut. Nous ne souhaitons donc pas être à la merci des forces mondiales qui élaborent ou tentent de trouver un équilibre uniforme selon les principes idéaux du capitalisme de laissez-faire. . . Nous souhaitons . . . être nos propres maîtres et être libres comme nous pouvons nous faire de l’interférence du monde extérieur. (pages 761 à 762)

Keynes était convaincu que laissée à elle-même, on ne pouvait pas faire confiance à l'économie de marché pour assurer ni la stabilité ni le plein emploi. Au lieu de cela, un programme gouvernemental activiste d'intervention monétaire et fiscale était nécessaire pour maintenir la prospérité économique. Si cela exigeait également un certain degré de planification de l'État, Keynes était également ouvert à ce type d'ingénierie sociale directe. Dans une lettre souvent citée en 1944 à F. A. Hayek, Keynes a déclaré qu'il se trouvait «dans un accord profondément ému» avec les arguments de Hayek dans La route du servage. Mais ce que Keynes a poursuivi dans cette même lettre est moins fréquemment mentionné:

Je dois dire que ce que nous voulons, ce n’est pas aucune planification, ni encore moins de planification, en fait je dois dire que ce que nous voulons presque certainement, c’est davantage. . . Une planification modérée sera sûre si ceux qui l'exécutent sont correctement orientés dans leur esprit et leur cœur vers la question morale. . . Les actes dangereux peuvent être accomplis en toute sécurité dans une communauté qui pense et se sent bien, ce qui serait le chemin de l'enfer s'ils étaient exécutés par ceux qui pensent et ressentent mal. (Cité dans Roy Harrod, La vie de John Maynard Keynes (1951), pages 436 à 437)

Bien sûr, la question est: qui détermine quels membres de la société pensent et ressentent suffisamment «correctement» pour se qualifier pour le pouvoir et l'autorité de planifier pour le reste d'entre nous? Et comment être assuré qu'un tel pouvoir ne tombe pas entre les mains de «ceux qui pensent et ressentent mal»? En outre, sur quelle base peut-on présumer que même ceux qui prétendent être «correctement orientés dans leur esprit et leur cœur» pourraient jamais posséder les connaissances et la capacité de planifier un résultat économique souhaitable pour la société?

Pourtant, comme un certain nombre de commentateurs l'ont souligné, Keynes n'avait aucun doute quant à sa «justesse» ou sa compétence à revendiquer une telle autorité ou capacité. Il appartenait à une élite britannique qui se considérait comme supérieure aux autres membres de la société à presque tous les égards. Comme l'explique le biographe sympathique de Keynes, Roy Harrod (1900-1978), «il était fortement imprégné. . . l'idée que le gouvernement britannique était et pouvait continuer à être entre les mains d'une aristocratie intellectuelle utilisant la méthode de la persuasion. (pp.192-193) Et comme l'a également souligné le keynésien américain Arthur Smithies (1907-1981), «Keynes espérait un monde où la politique monétaire et fiscale, menée par des sages en autorité, pourrait assurer des conditions de prospérité. , l'équité, la liberté et peut-être la paix. » (Journal trimestriel d'économie (Novembre 1951, p. 493-494)

Keynes et l'hubris de l'ingénieur social

En septembre 1936, John Maynard Keynes prépara une préface pour la traduction allemande de La théorie générale de l'emploi, des intérêts et de l'argent. S'adressant aux économistes allemands, Keynes espérait que sa théorie «rencontrerait moins de résistance de la part des lecteurs allemands que de la part des anglais, lorsque je leur soumettrai une théorie de l'emploi et de la production dans son ensemble», car les économistes allemands avaient depuis longtemps a rejeté les enseignements des économistes classiques et de la plus récente école autrichienne d'économie. Et, a déclaré Keynes, «si je peux contribuer un seul morceau à un repas complet préparé par des économistes allemands, particulièrement adapté aux conditions allemandes, je serai satisfait.

Quelles étaient ces «conditions allemandes» particulières? Pendant plus de trois ans, l’Allemagne était sous le régime du régime national-socialiste d’Hitler; en 1936, les nazis avaient institué leur propre version de la planification centrale sur quatre ans.

Vers la fin de cette préface, Keynes fit remarquer à ses lecteurs économistes nazis:

“The theory of aggregate production, which is the point of the following book, nevertheless can be much easier adapted to the conditions of a totalitarian state, than . . . under conditions of free competition and a large degree of laissez-faire. This is one of the reasons that justifies the fact that I call my theory a general theory . . . Although I have, after all, worked it out with a view to the conditions prevailing in the Anglo-Saxon countries where a large degree of laissez-faire still prevails, nevertheless it remains applicable to situations in which state management is more pronounced.” (German and English translated in full in James J. Martin, Revisionist Viewpoints (1971), pp. 203-205)

It would be historically inaccurate to accuse Keynes of explicitly being either a Nazi sympathizer (in spite of his support for eugenics) or an advocate of Soviet or fascist-type totalitarianism (though he clearly was open to a form of “democratic” planning). But Keynes clearly understood that the greater the degree of state control over any economy, the easier it would be for the government to manage the levers of monetary and fiscal policy to manipulate macroeconomic aggregates of “total output,” “total employment,” and “the general price and wage levels” for purposes of moving the overall economy into directions more to the economic policy analyst’s liking.

Keynes’s Elite: Self-Appointed and Answerable to No One

On what moral or philosophical basis did Keynes believe that policy advocates such as himself had either the right or the ability to manage or direct the economic interactions of multitudes of peoples in the marketplace? Keynes explained his own moral foundations in Two Memoirs, published posthumously in 1949, three years after his death. One memoir, written in 1938, examined the formation of his “early beliefs” as a young man in his twenties at Cambridge University in the first decade of the 20e siècle.

He, and many other young intellectuals at Cambridge, had been influenced by the writings of philosopher G. E. Moore. Separate from Moore’s argument, what is of interest are the conclusions reached by Keynes from reading Moore’s work. Keynes said:

“Indeed, in our opinion, one of the greatest advantages of his (Moore’s) religion was that it made morals unnecessary . . . Nothing mattered except states of mind, our own and other peoples’ of course, but chiefly our own. These states of mind were not associated with action or achievement or consequences. They consisted of timeless, passionate states of contemplation and communion, largely unattached to ‘before’ and ‘after’.” (pp. 82-83)

In this setting, traditional or established ethical or moral codes of conduct meant nothing. Said Keynes:

“We entirely repudiated a personal liability on us to obey general rules. We claimed the right to judge every individual case on its own merits, and the wisdom, experience and self-control to do so successfully. This was a very important part of our faith, violently and aggressively held. . . We repudiated entirely customary morals, conventions and traditional wisdoms. We were, that is to say, in the strict sense of the term immoralists    . . . (W)e recognized no moral obligation upon us, no inner sanction to conform or obey. Before heaven we claimed to be our own judge in our own case.” (pp. 97-98)

Keynes declared that he and those like him were “left, from now onwards, to their own sensible devices, pure motives and reliable intuitions of the good.” Then in his mid-fifties, Keynes declared in 1938, “Yet so far as I am concerned, it is too late to change. I remain, and always will remain, an immoralist.” As for the social order in which he still claimed the right to act in such unrestrained ways, Keynes said that “civilization was a thin and precarious crust erected by the personality and the will of a very few, and only maintained by rules and conventions skillfully put across and guilely preserved.” (pp. 98-99)

On matters of social and economic policy two assumptions guided Keynes, and they also dated from his Cambridge years as a student near the beginning of the century; they are stated clearly in a 1904 paper, “The Political Doctrines of Edmund Burke.” First, “Our power of prediction is so slight, our knowledge of remote consequences so uncertain that it is seldom wise to sacrifice a present benefit for a doubtful advantage in the future . . . We can never know enough to make the chance worth taking.” And second, “What we ought to do is a matter of circumstances . . . (W)hile the good is changeless and apart, the ought shifts and fades and grows new shapes and forms.” (Quoted in D. E. Moggridge, Maynard Keynes: An Economist’s Biography (1992), p. 125)

Contra-Keynes: Self-Interest for Social Harmony and Long-Run Policy

Classical liberalism and the economics of the classical economists had been founded on two insights about man and society. First, there is an invariant quality to man’s nature that makes him what he is; and if society is to be harmonious, peaceful, and prosperous, men must reform their social institutions in a way that directs the inevitable self-interests of individual men into those avenues of action that benefit not only themselves but others in society as well. They therefore advocated the institutions of private property, voluntary exchange, and peaceful, open competition. Then, as Adam Smith (1723-1790) had concisely expressed, men would live in a system of natural liberty in which each individual would be free to pursue his own ends, but would be guided as if by an invisible hand to serve the interests of others in society as the means to his own self-improvement. (Adam Smith, The Wealth of Nations (1776; 1937), p.651)

Second, it is insufficient in any judgment concerning the desirability of a social or economic policy to focus only upon its seemingly short-run benefits. The laws of the market always bring about certain effects in the long run from any shift in supply and demand or from any government intervention in the market order. Thus, as French economist Frederic Bastiat (1801-1850) emphasized, it behooves us always to try to determine not merely “what is seen” from a government policy in the short run, but also to discern as best we can “what is unseen,” that is, the longer-run consequences of our actions and policies.(Frederic Bastiat, Selected Essays on Political Economy, pp. 1-50)

The reason it is desirable to take the less immediate consequences into consideration is that longer-run effects may not only not improve the ill the policy was meant to cure but can make the social situation even worse than if it had been left alone. Even though the specific details of the future always remain beyond our ability to predict fully, one use of economics is to assist us to at least qualitatively anticipate the likely contours and shape of that future aided by an understanding of the laws of the market.

Short-Run Policies and an Ideology of Nihilism

Keynes’s assumptions deny the wisdom and the insights of the classical liberals and the classical economists. The biased emphasis is toward the benefits and pleasures of the moment, the short run, with an almost total disregard of the longer-run consequences. It led F. A. Hayek to lament in The Pure Theory of Capital (1941):

“I cannot help regarding the increasing concentration on short-run effects . . . not only as a serious and dangerous intellectual error, but as a betrayal of the main duty of the economist and a grave menace to our civilization . . . It used, however, to be regarded as the duty and the privilege of the economist to study and to stress the long run effects which are apt to be hidden to the untrained eye, and to leave the concern about the more immediate effects to the practical man, who in any event would see only the latter and nothing else. . . . It is not surprising that Mr. Keynes finds his views anticipated by the mercantilist writers and gifted amateurs; concern with the surface phenomena has always marked the first stage of the scientific approach to our subject . . . Are we not even told that, ‘since in the long run we all are dead,’ policy should be guided entirely by short-run considerations? I fear that these believers in the principle of après nous le deluge (after us, the flood) may get what they have bargained for sooner than they wish.” (pp. 409-410)

But if every action and policy decision is to be decided in the context of shifting circumstances, as Keynes insisted, on what basis shall such decisions be made, and by whom? Such decisions are to be made on the basis of the self-centered “state of mind” of the policymakers, with total disregard of traditions, customs, moral codes, rules, or the long-run laws of the market. Their rightness or wrongness was not bound by any independent standard of “achievement and consequence.” Instead it was to be guided by “timeless, passionate states of contemplation and communion, largely unattached to ‘before’ and ‘after.’” The decision-maker’s own “intuitions of the good,” for himself and for others, were to serve as his compass. And let no ordinary man claim to criticize such actions or their results. “Before heaven,” said Keynes, “we claimed to be our own judge in our own case.”

Here was Keynes’s elitist ideology of nihilism. The members of this elite were self-appointed and shown to belong to this elect precisely through mutual self-congratulations of having broken out of the straitjacket of conformity, custom, and law. For Keynes in his fifties, civilization was this thin, precarious crust overlaying the animal spirits and irrationality of ordinary men. Its existence, for whatever it was worth, was the product of “the personality and the will of a very few,” like himself, naturally, and maintained through “rules and conventions skillfully put across and guilely preserved.”

Society’s shape and changing form were to be left in the hands of “the chosen” few who stood above the passive conventions of the masses. Here was the hubris of the social engineer, the self-selected philosopher-king, who through manipulative skill and guile directed and experimented on society and its multitudes of individuals. It is what made Keynes feel comfortable in recommending his “general theory” to a Nazi readership. His conception of a society maintained by “the personality and the will of a very few,” after all, had its family resemblance in the Fuhrer’s principle of the unrestrained “one” who would command the Volk.

Rational Economics: Choice, Trade, and Division of Labor

In the preface to The General Theory of Employment, Interest and Money, John Maynard Keynes stated, “the composition of this book has been for the author a long struggle of escape . . . a struggle of escape from habitual modes of thought and expression.” (p. xxiii) What Keynes struggled to escape from was the common-sense foundations of economics.

From Adam Smith in the 18e century to the Austrian economists of the 20e century, economics has developed and been refined into the study of human action and the logic of human choice. After more than two hundred years economists came to understand more clearly that nothing happens in “society” or “the market” that does not first begin with the actions and decisions of individuals. Indeed, “the market” is nothing more than a summarizing term to express the arena in which multitudes of individuals meet and interact as suppliers and demanders for the purpose of mutual gains through trade.

Each individual has various goals he would like to achieve. To attain them he must apply various means to bring those desired ends into existence through production. But man finds that, unfortunately, the means at his disposal are often insufficient to satisfy all the uses he has for them. He faces the reality of scarcity. He is confronted with the necessity to choose; he must decide which desired ends he prefers more. And then he must apply the means to achieve the more highly valued ends, while leaving the other, less valued, ends unfulfilled.

In his state of disappointment, man looks to see if there are ways to improve his situation. He discovers that others face the same frustration of unsatisfied ends. Sometimes he finds that those others have things that he values more highly than some of his own possessions, and they in turn value his possessions more highly than their own. A potential gain from trade arises, in which each party can be better off if they trade away what they respectively have for what the other has. But how much of one thing will be exchanged for another? This will be determined through their bargaining in the market. Finally, they may agree upon terms of trade, and will establish a price at which they exchange one thing for another: so many apples for so many pears; so many bushels of wheat for so many pounds of meat; so many pairs of shoes for a suit of clothes.

Trade becomes a regular event by which men improve their circumstances through the process of buying and selling. Appreciating the value of these trading opportunities, men begin to specialize their productive activities and create a system of division of labor, with each trying to find that niche in the growing arena of exchange in which they have a comparative production advantage over their trading partners. As the market expands, a growing competition arises between buyers and sellers, with each trying to get the best deal possible as a producer and a consumer. The prices at which goods are traded come more and more to reflect the contributing and competing bids and offers of many buyers and sellers on both sides of the market.

Trade, Money and Say’s Law of Markets

The more complex the network of exchange, the more difficult is the direct barter of goods one for another. Rather than be frustrated and disappointed in not being able to directly find trading partners who want the goods they have for sale, individuals start using some commodity as a medium of exchange. They first trade what they have produced for a particular commodity and then use that commodity to buy from others the things they desire. When that commodity becomes widely accepted and generally used by most, if not all, transactors in the market, it becomes the money good.

It should be clear that even though all transactions are carried out through the medium of money, it is still, ultimately, goods that trade for goods. The cobbler makes shoes and sells them for money to those who desire footwear. The cobbler then uses the money he has earned from selling shoes to buy the food he wants to eat. But he cannot buy that food unless he has first earned a certain sum of money by selling a particular quantity of shoes on the market. In the end, his supply of shoes has been the means for him to demand a certain amount of food.

This, in essence, is the meaning of Say’s Law. Jean-Baptiste Say called it “the law of markets:” that is, unless we first produce, we cannot consume; unless we first supply, we cannot demand. But how much others are willing to take of our supply is dependent on the price at which we offer it to them. The higher we price our commodity, other things held equal, the less of it others will be willing to buy. The less we sell, the smaller the money income we earn; and the smaller the money income we earn, the smaller our financial means to demand and purchase what others offer for sale. Thus, if we want to sell all that we choose to produce we must price it correctly; that is, at a price sufficiently low that all we offer is cleared off the market by demanders. Pricing our goods or labor services too high, given other people’s demands for them, will leave part of the supply of the good unsold and part of the labor services offered unhired.

On the other hand, lowering the price at which we are willing to sell our commodity or services will, other things held equal, create a greater willingness on the part of others to buy more of our commodity or hire more of our labor services. By selling more, our money income can increase; and by increasing our money income, through correctly pricing our commodity or labor services, we increase our ability to demand what others have for sale.

Sometimes, admittedly, even lowering our price may not generate a large enough increase in the quantity demanded by others for our income to go up. Lowering the price may, in fact, result in our revenue or income going down. But this, too, is a law of the market: what we choose to supply is worth no more than what consumers are willing to pay for it. This is the market’s way of telling us that the commodity or particular labor skills we are offering are not in very great demand. It is the market’s way of telling us that consumers value other things more highly. It is the market’s way of telling us that the particular niche we have chosen in the division of labor is one in which our productive abilities or labor services are not worth as much as we had hoped. It is the market’s way of telling us that we need to move our productive activities into other directions, where consumer demand is greater and our productive abilities may be valued more highly.

Market-Guided Money Prices and Wages Assure Full Employment

Can it happen that consumers may not spend all they have earned? Can it be the case that some of the money earned will be “hoarded,” so there will be no greater demand for other goods, and hence no alternative line of production in which we might find remunerative employment? Would this be a case in which “aggregate demand” for goods in general would not be sufficient to buy all of the “aggregate supply” of goods and labor services offered?

The answers had already been suggested in the middle of the 19th century by the English classical economist John Stuart Mill (1806-1873) in a restatement and refinement of Say’s law of markets. In an essay titled “Of the Influence of Consumption on Production” (1844), Mill argued that as long as there are ends or wants that have not yet been satisfied, there is more work to be done. As long as producers adjust their supplies to reflect the actual demand for the particular goods that consumers wish to purchase, and as long as they price their supplies at prices consumers are willing to pay, there need be no unemployment of resources or labor. Thus, there can never be an excess supply of all things relative to the total demand for all things. (Reprinted in, Henry Hazlitt, ed., The Critics of Keynesian Economics (1960), pp. 24-45)

But Mill admits that there may be times when individuals, for various reasons, may choose to “hoard,” or leave unspent in their cash holding, a greater proportion of their money income than is their usual practice. In this case, Mill argued, what is “called a general superabundance” of all goods is in reality “a superabundance of all commodities relative to money.” In other words, if we accept that money, too, is a commodity like all other goods on the market for which there is a supply and demand, then there can appear a situation in which the demand to hold money increases relative to the demand for all the other things that money could buy. This means that all other goods are now in relative oversupply in comparison to that greater demand to hold money.

To bring those other goods offered on the market into balance with the lower demands for them (i.e., given that increased demand to hold money and the decreased demand for other things), the prices of many of those other goods may have to decrease. Prices in general, in other words, must go down, until that point at which all the supplies of goods and labor services people wish to sell find buyers willing to purchase them. Sufficient flexibility and adjustability in prices to the actual demands for things on the market always assure that all those willing to sell and desiring to be employed can find work. And this, also, is a law of the market.

Free market economists, both before and after Keynes, have never denied that the market economy can face a situation in which mass unemployment could exist and a sizable portion of the society’s productive capacity could be left idle. But if such a situation were to arise, they argued that its cause was to be found in a failure of suppliers to price their goods and labor services to reflect what consumers considered them to be worth, given the demand for various other things, including money. Correct prices always assure full employment; correct prices always assure that supplies create a demand for them; correct prices always assure the harmony of the market.

This was the reality of the law of markets from which Keynes struggled so hard to escape. Instead, he constructed an imaginary world of “aggregate demand” and “aggregate supply” in which all the relative prices and wages, relative demands and supplies, relative profits and losses, and relative resource and labor uses and allocations that really guide and coordinate a market economy in the sustainable direction of “full employment” production are submerged in statistical magnitudes of output and employment “as a whole.” (See my articles, “The Myth of Aggregate Demand and Supply” and “Macro Aggregates Hide the Real Market Processes at Work”.)

Which Conception of Man, Markets, and Morality Shall We Choose?

A dynamic, growing and adaptable market economy requires a number of institutions. Private property is paramount, along with money prices generated through the competitive processes of buying and selling both finished goods and the factors of production. Market prices enable the intellectual exercise of economic calculation, through which the relative value and cost of all market-traded goods and services can be established so as to assure their rational and efficient use.

The competitive interaction of market supplies and demands, the structure of relative prices for goods and resources, the presence of entrepreneurial creativity and alertness induced through the potential for market-based profits, and a relative flexibility in the mobility and adaptability of the factors of production to changing circumstances are what assure the effective functioning of a free society.

But fundamentally, none of these elements of a market economy can survive in the long run without the necessary philosophical and moral principles. These principles lay outside of supply and demand. They are based, and must be based, on a conception of man, the human condition, and a good society.

Does man have a right to his own life, liberty, and honestly acquired property? Do we presume that man is a reasoning and rational being who is capable of directing and guiding his own life? Should human relationships be based on voluntary choice and mutual agreement among men? Shall we allow each individual to design the plans for his own life, and coordinate his actions with those of others through the peaceful and competitive interactions of the open marketplace? Shall we limit the role and responsibilities of government to securing each individual’s rights against any use of force and plunder?

Or do we accept Keynes’s view of man? An irrational creature guided by “animal spirits,” who cannot be trusted to make intelligent decisions concerning either the present or the future; who needs an intellectual and political elite of managers and manipulators who use “rules and conventions skillfully put across and agilely preserved” to control those who are presumed too untrustworthy to be left free of a paternalistic overseer.

The current economic crisis has been made by the very types of elites about whom Keynes had so much confidence. Misreading the medical and scientific evidence about the coronavirus, they sent the U.S. and the world into a terrible economic tailspin by commanding and compelling social and economy-wide lockdowns and work stoppages that have ruined the workings of the market and the livelihoods of tens of millions. Now, in the face of their own disastrous handiwork, they can only dream new dreams of even more political paternalism and planning. (See my articles, “There will be No Recovery Without Production” and “How Lockdowns Shattered the Structure of Production” and “Will There be Tyranny in the Post-Coronavirus World?”)

Which view of man prevails – man seen as a reasonable but imperfect person who can guide and direct his own life, or man seen as an irrational being constantly needing someone else to direct and dictate how and what he does – will determine the future for mankind, not only out of the current economic crisis, but also for the many years and decades to come.

Richard M. Ebeling

Richard M. Ebeling

Richard M. Ebeling, an AIER Senior Fellow, is the BB&T Distinguished Professor of Ethics and Free Enterprise Leadership at The Citadel, in Charleston, South Carolina.

Ebeling lived on AIER’s campus from 2008 to 2009.

Books by Richard M. Ebeling

Get notified of new articles from Richard M. Ebeling and AIER.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *