Je ne peux pas m'empêcher de tomber amoureux du bleu

L'amour est dans l'air, avec chaque vue et chaque son de la campagne 2020 pour la nomination présidentielle démocrate. Mais les journalistes qui se pâment pour les candidats semblent toujours tomber pour un seul type particulier.

Juste à temps pour la Saint-Valentin, la chroniqueuse des médias du Washington Post, Margaret Sullivan, examine le paysage des candidats et des personnes qui ne cessent de penser à eux. «Les médias continuent de tomber amoureux – de tout le monde sauf Bernie Sanders», écrit Mme Sullivan. Il est peut-être plus exact de dire que les médias continuent de tomber amoureux de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *