Il n'y a pas d'alternative à la réalité énergétique – AIER

En attaquant l'énergie verte, Michael Moore est devenu le nouvel Orange Man. Dans La planète des humains, un documentaire qu'il a parrainé et qu'il commercialise activement, des militants écologistes bien intentionnés apprennent que la route vers l'enfer environnemental est pavée de fonds d'investissement verts et bordée d'éoliennes, de panneaux solaires et de centrales électriques à biomasse.

Loin d'être conduits vers la Terre Durable, ils ont été trompés par les «profits» de la religion verte qui a vendu leur âme aux pétro-monarchies, à l'industrie forestière, aux fabricants de biocarburants et aux capitalistes cyniques de copains. Même les personnes qui fabriquent, construisent, vendent, installent et exploitent des panneaux solaires et des éoliennes montrent peu de confiance dans les technologies peu pratiques, inabordables, peu fiables et non évolutives qu'elles promeuvent dans la vie. En fin de compte, notre seul chemin vers le salut est un retour aux faibles effectifs humains et à la pauvreté généralisée qui existaient avant que l'humanité ne devienne dépendante des combustibles fossiles.

Tandis que La planète des humains ne dit rien que les critiques de longue date des énergies alternatives n'ont pas abordé plus en détail, il lève le rideau vert et fournit des images beaucoup plus nouvelles et très efficaces des déchets, des mensonges et de la destruction qui soutiennent les décors sur scène. Parmi les déchets figurent les infrastructures en faillite et effondrées de nombreux projets d'énergie éolienne et solaire.

Parmi les mensonges se trouvent des leaders du développement durable qui éludent les questions difficiles, les fonds d'investissement sans combustibles fossiles qui incluent des fabricants de moteurs à combustion interne et d'équipements de forage, une centrale solaire thermique concentrée qui brûle beaucoup de gaz naturel, des générateurs diesel qui alimentent les festivals d'énergie alternative, prétendument à 100% des usines renouvelables connectées aux réseaux de gaz naturel et d'électricité, ainsi que des propriétés en bord de mer alimentées par des combustibles fossiles, des yachts de luxe et des jets privés de milliardaires «verts».

Parmi les destructions, on voit des arbres Joshua vieux de plusieurs siècles transformés en copeaux de bois pour faire de la place pour les panneaux solaires et l'habitat des orangs-outans défrichés au nom de la production de biodiesel «durable».

Les créateurs de La planète des humains discutez seulement (puis très brièvement) de leur prescription malthusienne pour guérir nos maux de civilisation vers la fin de leur documentaire, puis surtout en laissant quelques défenseurs du contrôle de la population parler en leur nom. Ils sont cependant beaucoup plus explicites dans leur diffusion en direct sur le Jour de la Terre et dans une interview plus courte avec The Hill. Pour résumer leur vision du monde et leur ordre du jour sans ordre particulier: 1) l'idée d'une croissance infinie sur une planète finie est absurde; 2) le profit est à courte vue et les riches défoncent la planète; 3) les marchés, l'innovation technologique et l'énergie nucléaire sont le «hopium» des négateurs du changement climatique; 4) l'humanité doit revenir au nombre et au niveau de vie de la population préindustrielle; 5) RÉDUIRE, réutiliser… et recycler uniquement si vous n’avez pas été en mesure de consommer moins au départ; 6) Planned Parenthood fait le travail de Gaia; 7) au final, le problème est américain.

Comme on pouvait s'y attendre, la première partie du documentaire a réveillé la Greta Thunberg intérieure d'un large éventail de journalistes scientifiques et environnementaux, d'entrepreneurs verts, d'initiés des énergies alternatives, de militants du climat, d'universitaires et d'un autre documentariste vert célèbre dont les revenus, l'image publique et Le but de la vie consiste à laisser les combustibles fossiles dans le sol et à promouvoir le type de technologies décriées La planète des humains. Les défenseurs du documentaire, qui reprochent parfois à Moore et à ses collaborateurs de ne pas être allés assez loin, ont accusé ces attaquants «éveillés» de nier les lois de la physique, d'invoquer des études examinées par des amis plutôt que des preuves réelles de réussite, et d'utiliser le les mêmes arguments débattus depuis longtemps et les tactiques de déformation de la plate-forme ad hominem habituellement déployées contre les shills de l'industrie des combustibles fossiles privilégiés, privés de climat, avides de profits, blancs, masculins et boomers. Inutile de dire que de nombreux défenseurs de l'énergie verte sont plus favorables à la prescription malthusienne du documentaire, et vice versa.

Les principales vertus des créateurs de La planète des humains sont sans doute les critiques de longue date de l'énergie verte qu'ils ont portées à l'attention d'un public sans méfiance et la franchise avec laquelle ils expriment leurs croyances malthusiennes. À leur insu, cependant, leur position sur cette dernière question est plus réactionnaire que de gauche. Dans ce qui suit, je fournis des informations supplémentaires sur le documentaire et explique pourquoi la voie privilégiée par les cinéastes de la solidité écologique par le contrôle de la population et la pauvreté croissante dans le monde est encore moins durable que le système qu'ils décrient.

Comment oses-tu!

La planète des humains a été écrit, réalisé, produit et doublé par le collaborateur de longue date de Moore, Jeff Gibbs. L'histoire qu'il élabore est un conte classique «Bootlegger et baptiste». Cette expression fait référence à la dynamique politique observée dans les comtés secs des États-Unis où le gouvernement local interdit la vente de boissons alcoolisées. Les partisans de la politique comprennent à la fois ceux qui veulent atteindre le résultat déclaré d'une politique (les baptistes) et ceux qui en profitent en sapant son objectif en raison de la création d'un marché noir dynamique (les Bootleggers).

Dans l'histoire de Gibbs, des militants écologistes bien intentionnés, mal informés par un leadership corrompu qui comprend Al Gore, l'éminent militant Bill McKibben et le Sierra Club, finissent par faire les enchères des capitalistes milliardaires (y compris leur ultime bête noire, les frères Koch) qui ne se soucient que du vert que les subventions gouvernementales destructrices et les mandats pour les énergies renouvelables mettent dans leurs comptes bancaires.

Si Gibbs est le visage, la voix et le cœur du documentaire, son cerveau technique est l'écrivain énergétique Ozzie Zehner, que Gibbs a rencontré lorsque Zehner faisait la promotion de son livre de 2012 Illusions vertes: les secrets sales de l'énergie propre et l'avenir de l'environnementalisme. Bien que crédité en tant que producteur, Zehner est présenté dans le documentaire comme un analyste technique objectif et sans prétention qui perce l'écran de fumée de la technologie verte en soulignant que les éoliennes, les panneaux solaires et les centrales électriques à biomasse ne pourraient jamais exister sans et sont toujours parasitaires. notre infrastructure énergétique, de fabrication et de transport alimentée par des combustibles fossiles.

Les gens et l'environnement, dit-il aux téléspectateurs, seraient mieux lotis si nous brûlions simplement du charbon et du gaz naturel pour produire de l'électricité plutôt que de détruire l'environnement pour faire de la place aux panneaux solaires et aux éoliennes. Dans l'acte final du documentaire, cependant, Gibbs et Zehner se révèlent être des Malthusiens radicaux dont la principale préoccupation est la surpopulation mondiale et la surconsommation inégale.

Outre les débats techniques de longue date, deux critiques spécifiques de La planète des humains ressortir. La première est l'affirmation selon laquelle Bill McKibben et le Sierra Club ont renversé leur position sur la combustion de la biomasse il y a quelques années. Pourtant, comme Gibbs a répondu avec précision, McKibben s'est engagé dans des messages très mitigés sur le sujet et ses «actions sont une approbation du statu quo, pas une position contre la biomasse». L'autre est que certaines données et images de Gibbs et Zehner sur l'énergie éolienne et solaire sont datées. Comme le dit un trentenaire typique, leur matériau remonte parfois à plus d'une décennie, une «éternité absolue, dans les années de développement solaire» parce que les choses sont maintenant très «différentes en 2020».

Il va sans dire que, à l'époque, aucun de leurs partisans ne prétendait que ces technologies n'étaient pas prêtes à être déployées à grande échelle ni dignes d'un soutien massif du gouvernement. Les critiques de Gibbs et Zehner ne parviennent pas non plus à fournir des réponses satisfaisantes aux critiques de longue date, telles que les panneaux solaires sont-ils finalement devenus économiquement compétitifs sans subventions ni mandats gouvernementaux? Les problèmes persistants d'intermittence et de faible densité de puissance ont-ils été résolus dans la pratique? L'accélération de la production d'électricité solaire et éolienne va-t-elle enfin générer des économies d'échelle et réduire les prix à la consommation plutôt que de déstabiliser le réseau et de créer une pauvreté énergétique toujours plus grande? Bien que personne ne nie les améliorations progressives de la dernière décennie, dans la pratique, la situation de l'énergie solaire reste aussi sombre que jamais.

Gibbs et Zehner ne considèrent peut-être pas l'énergie éolienne et solaire comme certains le souhaiteraient, car ils ont consacré beaucoup de temps ces dernières années à documenter une poussée majeure vers la combustion de biomasse pour la production d'électricité et de chaleur (un sujet qui a également été traité de manière critique dans un autre récent documentaire vert).

La beauté de la combustion du bois est qu'elle permet aux décideurs politiques de remplir des mandats ambitieux en matière d'énergie renouvelable sans déstabiliser le réseau électrique comme le ferait une plus grande dépendance à l'énergie éolienne et solaire. Il va sans dire que brûler de la biomasse à grande échelle (ce qui implique de dépasser les déchets et les résidus forestiers) est désastreux pour les portefeuilles des contribuables et leur santé, sans parler de l'environnement.

Plus important encore, comme Gibbs et Zehner le font remarquer, nos forêts disparaîtraient en peu de temps si nous prenions cela au sérieux. En effet, c'est une pénurie de bois de feu qui a déclenché le développement à grande échelle des technologies de combustion du charbon il y a quelques siècles. Comme l'économiste William Stanley Jevons l'a fait remarquer en 1865, ce qui serait évidemment considéré comme une véritable éternité absolue dans le développement énergétique: «Les forêts dépassant deux fois et demie toute la superficie du Royaume-Uni seraient tenues de fournir même un équivalent théorique à la production annuelle de charbon (du pays).  »

Jevons a également expliqué de manière concise à l'époque pourquoi la vapeur produite par le charbon avait supplanté le vent dans l'alimentation des moulins et le pompage de l'eau des mines:

La première grande condition requise de la force motrice est que il sera entièrement à notre commande, à exercer quand et où et dans quelle mesure nous désirons. Le vent, par exemple, en tant que force motrice directe, est tout à fait inapplicable à un système de travail mécanique, car pendant une saison calme, toutes les affaires du pays seraient désorganisées. Avant l'ère des machines à vapeur; des moulins à vent ont été jugés pour le drainage de mines; «Mais bien que c’étaient des machines puissantes, elles étaient très irrégulières, de sorte que dans une longue période de calme, les mines se sont noyées et tous les ouvriers jetés au ralenti. De cette cause, les dépenses éventuelles de ces machines étaient très importantes…

Il a ajouté en outre qu'un «moulin à vent ordinaire a le pouvoir d'environ trente-quatre hommes, ou tout au plus, sept chevaux». De nombreuses «usines ordinaires auraient donc besoin de dix éoliennes pour les conduire». Pire encore, aucune «concentration possible d'éoliennes» ne pourrait jamais «fournir la force requise dans les grandes usines ou les forges». Avec le charbon, d'autre part, «presque tout exploit est possible ou facile» et s'en passer signifierait que ses contemporains auraient été «rejetés dans la misère laborieuse des temps anciens». Et à cette époque, il n’était même pas nécessaire de penser à d’autres problèmes inhérents au réseau électrique…

En fin de compte, le problème fondamental des énergies alternatives n'est pas qu'elles soient soutenues par des copains capitalistes et des dirigeants environnementaux corrompus, mais plutôt par des vœux pieux (même sous la forme de fantastiques modèles et scénarios théoriques ou d'articles évalués par des pairs), de subventions et la volonté politique n'est toujours pas à la hauteur des lois de la physique et des réalités techniques qui ont marginalisé les sources d'énergie intermittentes et à faible densité de puissance telles que la biomasse, l'énergie éolienne et solaire au cours des deux derniers siècles.

Boomer «Population Bombers»

Si Gibbs et Zehner prouvent dans leur analyse de l'énergie alternative qu'ils peuvent suivre les faits et les chiffres où qu'ils puissent les mener, leurs œillères malthusiennes s'avèrent trop accablantes pour leur permettre de reconnaître les preuves de l'impact environnemental de l'humanité. En effet, on pourrait affirmer que leur capacité à interpréter les chiffres de la population et de la croissance sort plus rapidement de la fenêtre (triple volet?) Que Bill McKibben détournant les questions sur son soutien à la combustion de la biomasse et aux connexions de Wall Street. Encore une fois, leur diffusion en direct du Jour de la Terre avec Moore aide à comprendre pourquoi. En établissant leurs références vertes, Moore et Gibbs se montrent nostalgiques de la majorité des écologistes à la fin des années 1960 et de leur participation au premier Jour de la Terre. Ce qu’ils font alors, c’est que les jeunes d’aujourd’hui rejoignent un nouveau projet environnementaliste qui ressemble exactement à celui que deux adolescents radicaux brillants auraient mis sur pied en 1970 après avoir lu le livre de Paul Ehrlich La bombe de population.

Si Moore, Gibbs et Zehner font honte à Thanos en raison de la nature radicale de leur prescription, leur diagnostic est toujours très conforme à celui de nombreux autres contributeurs pessimistes de premier plan aux débats actuels sur la durabilité et le changement climatique. Par exemple, il y a un an, un créateur de «bâtons de hockey» Michael E. Mann a fait remarquer que «(c) le changement limité n'est qu'un axe d'un problème multidimensionnel qu'est la durabilité environnementale. Ils proviennent tous du même problème – trop de gens utilisant trop de ressources naturelles. »

Quelques mois auparavant, le deuxième président du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, Robert Watson, a fait valoir que «plus nous avons de personnes sur la Terre et plus elles sont riches, plus elles peuvent demander des ressources». Pour cette raison, a-t-il ajouté, « il ne fait aucun doute que les menaces qui pèsent sur la Terre aujourd'hui sont bien plus nombreuses que, disons, il y a 50 ans et dans 50 ans, il y aura même plus de menaces. » Son successeur Rajendra K. Pachauri a été encore plus explicite quand il a déclaré en 2007 que l’humanité était «tellement ivre de ce désir de produire et de consommer de plus en plus quel que soit le coût pour l’environnement que nous sommes sur une voie totalement insoutenable».

Il «n'allait pas se reposer facilement tant qu'il n'aurait pas expliqué dans toutes les instances possibles la apporter sur les changements structurels majeurs de la croissance économique et du développement. C’est le vrai problème. Le changement climatique n'en est qu'une partie. » Le professeur Hans Joachim Schellnhuber, directeur de l'Institut de recherche sur l'impact du climat de Potsdam et conseiller de l'encyclique papale Laudato Si, est depuis longtemps reconnu comme estimant la capacité de charge de la planète à «moins d'un milliard de personnes». Même Bill McKibben a écrit un livre intitulé Peut-être un: un cas pour les petites familles.

Le principal problème pour les trois documentaristes de l'écopalypse est qu'il y a deux générations, Paul Ehrlich n'était lui-même que le dernier d'une longue lignée de penseurs (néo) malthusiens qui ont fini par se tromper. Comme ils le savent, dans les décennies qui ont suivi le premier Jour de la Terre, les humains sont devenus plus nombreux et plus riches. Pourtant, les ressources non renouvelables sont devenues simultanément plus abondantes, l'espérance de vie à travers le monde a augmenté et les gens sont devenus en meilleure santé. Dans les économies avancées et en développement, l'air et l'eau se sont assainis tandis que le couvert forestier a rebondi.

En effet, les choses se sont tellement bien passées en termes d'épanouissement humain que Bill McKibben a reconnu en 1998 que «(e) chaque nouvelle génération de Malthusiens a fait de nouvelles prédictions que la fin était proche et s'est révélée fausse». En cela, il a fait écho à un article dans un numéro de 1854 de L'économiste dont l'auteur a écrit que «Personne, à part quelques simples écrivains, ne se préoccupe maintenant de Malthus sur la population… (mais son) erreur peut encore persister dans les universités, les dépositaires appropriés pour ce qui est obsolète.»

Malheureusement, Moore, Gibbs et Zehner sont trop pris dans leurs priorités idéologiques pour reconnaître que les choses se sont effectivement améliorées dans l'ensemble. Leur principal problème est paradoxalement leur incapacité à concevoir que nous vivons sur la planète des humains et pas simplement celle des bactéries et autres formes de vie dont la croissance est en effet contrainte par leur incapacité à créer des ressources.

Être humain

Il y a deux siècles, le théoricien anarchiste William Godwin a observé qu'avant la publication de Thomas Robert Malthus de 1798 Essai sur le principe de la population la plupart des gens pensaient qu'une augmentation de la population serait bénéfique. Godwin a vu «quelque chose de grisant et de gai» dans cet esprit antérieur lorsque l'humanité a cru qu'elle pouvait invoquer «le pouvoir illimité que nous possédons pour remédier à nos maux et améliorer notre condition». Les humains, a-t-il observé, ont alors estimé qu'ils «appartenaient à un monde qui vaut la peine d'être vécu».

Godwin a ajouté qu'une différence essentielle entre les humains et les autres formes de vie est que, dans la plupart des endroits, les gens «ne vivaient pas des fruits sauvages de la terre ou des animaux sauvages des champs», mais des produits de l'industrie humaine. Ainsi, chaque nouvel individu a permis d'augmenter les «moyens de subsistance». De plus, un être humain « est le seul animal capable de persévérer et de préméditer l'industrie … la seule créature susceptible de science et d'invention, et possédant le pouvoir de transmettre ses pensées dans ces registres permanents, appelés livres. » L'espèce humaine, a-t-il soutenu, est donc «capable de s'améliorer d'âge en âge, grâce à laquelle nous sommes arrivés à ces raffinements de la production mécanique et de la science, qui ont été progressivement appelés à exister; tandis que tous les autres animaux restent ce qu'ils étaient au début, et les jeunes d'aucune espèce deviennent meilleurs ou plus puissants par l'expérience de ceux qui l'ont précédé. »

La position de Godwin n’était pas bizarre dans la gauche politique. En effet, jusque dans les années 1960, de nombreux penseurs modérés et les plus radicaux de ce côté-ci du spectre politique étaient des techno-optimistes qui pensaient que l'humanité avait la capacité et devait poursuivre l'amélioration matérielle et sociale. Par exemple, en 1844, un jeune Friedrich Engels a écrit de façon célèbre que «le pouvoir productif à la disposition de l’humanité est incommensurable» et «la productivité du sol peut être augmentée à l'infini par l'application du capital, du travail et de la science». Engels a réfuté Malthus en observant que «la science augmente au moins autant que la population. Cette dernière augmente proportionnellement à la taille de la génération précédente (mais) la science progresse proportionnellement aux connaissances que lui a léguées la génération précédente, et donc dans les conditions les plus ordinaires également dans une progression géométrique. » Karl Marx a écrit peu de temps après dans le premier volume de Capitale qu'une «loi abstraite de population n'existe que pour les plantes et les animaux, et seulement dans la mesure où l'homme ne les a pas gênés».

En 1944, l'économiste progressiste américain Clarence Ayres a fait écho à Engels en soulignant l'importance du «principe de combinaison» dans la créativité humaine. La croissance exponentielle ou la prolifération des dispositifs techniques pourrait ainsi s'expliquer car «plus il y a de dispositifs, plus le nombre de combinaisons potentielles est important». À leur tour, une technologie nouvelle et meilleure signifiait que les ressources naturelles étaient vraiment des «matériaux» qui pouvaient devenir de plus en plus abondants, car «les ressources naturelles sont définies par la technologie dominante» plutôt que ce que la nature avait mis à la disposition de l'humanité.

En 1960, le trotskyste américain Joseph Hansen a soutenu que les marxistes avaient depuis longtemps «une vision de l'humanité résolument différente» des néo-malthusiens parce qu'ils «notent que l'homme a des mains et un cerveau, la capacité d'utiliser des outils et un penchant pour le travail d'équipe. Celles-ci ont fait de lui, contrairement à tous les autres animaux, un aliment producteur.  » Hansen a ajouté que, dans «le monde d'aujourd'hui, la faim est complètement anormale. L'humanité peut produire tout ce dont il a besoin et plusieurs fois. De plus, la capacité de l'homme à augmenter son approvisionnement alimentaire augmente avec l'augmentation de la population et à un rythme toujours plus élevé que la croissance démographique. » Une grande population était donc «un atout, pas un passif. Le fait de ne pas voir ce fait plutôt évident est le défaut fondamental de l'argument malthusien. »

De nombreux partisans du marché libre étaient également des techno-optimistes pour certaines des mêmes raisons. Une déclaration concise à cet effet a été publiée en 1889 au Revue de Westminster. L'auteur anonyme a d'abord observé que la «théorie malthusienne ne s'accorde pas avec les faits» car «à mesure que la population augmente, au lieu que la production soit moindre par habitant, les statistiques prouvent clairement qu'elle est plus importante». L'explication de ce résultat contre-intuitif était que «l'intelligence qui est favorisée dans les grandes communautés; les avantages de la division du travail; l'amélioration du transport en commun, qui augmente l'efficacité avec un peuple entreprenant à mesure que le nombre augmente, et est impraticable jusqu'à ce que la population se soit développée »était« plus qu'une égalité dans la concurrence de la production pour tout avantage qu'une communauté éparse peut à certains égards gagner sur un sol vierge.  »

Le problème avec les Malthusiens était que «tout en mettant en évidence les besoins d'une population croissante», ils gardaient «hors de vue les moyens d'approvisionnement croissants que produirait le travail supplémentaire d'un plus grand nombre». Les preuves disponibles, cependant, ont clairement montré que «tant qu'il y a une paire de mains pour pourvoir à chaque bouche, avec intelligence et énergie, une production suffisante est assurée, à moins que la société n'érige des barrières artificielles au moyen de ses lois».

La principale fracture entre les techno-optimistes ne concernait pas leur objectif ultime, mais les meilleurs moyens de promouvoir des avancées bénéfiques. Les marxistes orthodoxes et divers autres penseurs progressistes ont favorisé le contrôle par l'État ou la communauté des moyens de production afin de limiter la cupidité et les inégalités. Les partisans du marché libre ont soutenu la liberté personnelle, la sécurisation des droits de propriété et la rétroaction à l'échelle de l'économie fournie par le système de prix. (En quelques mots, les prix garantissaient qu'à mesure qu'une ressource se raréfierait, son prix augmenterait, incitant ainsi les acteurs économiques à utiliser la ressource plus efficacement, à rechercher de nouveaux approvisionnements ou à développer des substituts.)

Loin d'être une perspective intrinsèquement progressiste, le malthusianisme misanthropique de Moore, Gibbs et Zehner était historiquement plus étroitement associé aux aristocrates, à la classe des loisirs et aux mouvements réactionnaires et anti-libéraux. Au risque de simplifier à l'excès une histoire complexe, les véritables racines de leur vision remontent au problème d'image auquel les eugénistes bien établis ont été confrontés à la fin de la Seconde Guerre mondiale. En se réinventant en tant que néo-malthusiens, ils ont jeté les bases de l'environnementalisme des années 1960. Apparemment à l'insu de Moore, certains des principaux opposants aux «bombardiers de population» dans les années 1960 et 1970 étaient des régimes et des penseurs marxistes.

Retour dans l'USSR

Pourquoi l'environnementalisme est-il désormais généralement considéré comme une idéologie progressiste? Comme Gibbs le commente dans son documentaire, il comble un vide spirituel parmi les athées qui n'aiment pas le système de marché. Un autre problème qu'il n'évoque pas est que les techno-optimistes qui croyaient aux marchés avaient raison, tandis que ceux qui mettaient leurs espoirs dans la planification centrale étaient écrasés. Malheureusement, Moore et Gibbs semblent en savoir peu sur les événements qui se sont produits au cours de leur vie de l'autre côté du rideau de fer. (Certes, apprendre quelque chose de valeur dans ce contexte pourrait s'avérer difficile pour les personnes qui ont fait l'éloge des vertus du système de santé cubain il y a quelques années.)

Quoi qu'il en soit, comme l'économiste et démographe Mikhail Bernstam l'a observé il y a trois décennies, au cours du XXe siècle, les économies de marché sont devenues plus riches et plus propres au fil du temps, tandis que les économies planifiées ont stagné, voire régressé, tout en devenant de plus en plus polluées. Bernstam considérait ce résultat comme «le renversement le plus important de l'histoire économique et environnementale depuis la révolution industrielle».

Bernstam et de nombreuses autres personnes (y compris des intellectuels marxistes) ont observé que la planification centrale axée sur la politique a créé beaucoup plus de déchets, de déversements, de scories, de rejets, de déchets et d'autres pertes de traitement qu'une économie de marché. Elle a également détruit les ressources primaires et entraîné d'importantes pertes de production intermédiaire et finale pendant le transport et le stockage. Cet effondrement écologique (dont il existe de nombreuses séquences vidéo) a finalement été créé par un système économique dans lequel le motif du profit avait été théoriquement éradiqué, et non par des personnes qui augmentaient en nombre et se sortaient de la pauvreté.

Bref, ce que le XXe siècle aurait dû apprendre à Moore, Gibbs et Zehner, c'est que la dégradation de l'environnement n'a finalement rien à voir avec la croissance démographique et économique. Il s’agit plutôt d’une (mauvaise) gestion par une société des déchets industriels et des eaux usées et de sa capacité à innover ou non. Par exemple, la pollution de l'air à Londres était bien pire en 1900 – alors que les Londoniens étaient beaucoup moins nombreux et beaucoup plus pauvres – qu'aujourd'hui. Inutile de dire que Londres, Paris, New York et toutes les autres grandes villes ont également eu du mal à l'époque avec le fumier de cheval, un problème de santé publique qui était bien pire que tout ce qui viendrait après.

Plus près de nous, le journaliste Charles Mann a observé que Paul et Anne Ehrlich ont ouvert leur Bombe de population avec une description vivante des conditions de pollution qu'ils avaient observées à New Delhi en 1966, une situation qu'ils attribuaient à la surpopulation. Pourtant, comme l'écrit Mann, la capitale indienne à l'époque avait une population d'environ 2,8 millions d'habitants alors que celle de Paris était proche de 8 millions. «Peu importe la façon dont on fouille soigneusement les archives», observe Mann, «il n'est pas facile de trouver des expressions alarmantes sur la façon dont les Champs-Élysées étaient« vivants avec les gens ».

Au lieu de cela, Paris en 1966 était un emblème d'élégance et de sophistication. » Il va sans dire que cela est en partie le résultat d'une utilisation accrue des combustibles fossiles qui a permis des avancées significatives dans la création de richesses, dont certaines ont à leur tour permis des avancées telles que l'assainissement de l'eau potable et l'élimination et le traitement des eaux usées.

L'une des raisons pour lesquelles Moore et ses acolytes sont aveugles à ce qui se trouve juste devant leurs yeux est qu'ils méconnaissent complètement l'impact du motif de profit sur le comportement environnemental des créatifs. Pour Moore et une pléthore de théoriciens du développement durable, la recherche de profits plus importants se traduit inévitablement par le déversement d'autant de déchets dans l'environnement que possible afin de réduire les coûts de production. Pour de nombreux analystes, cependant, ce qui est maintenant décrit comme des «externalités environnementales» était mieux considéré comme des opportunités de profits potentiels qui généraient souvent à la fois une plus grande richesse et un impact environnemental réduit.

Par exemple, en 1886, une entrée de l'encyclopédie a décrit comment, «dans les premiers jours» de nombreuses branches de fabrication, «certaines parties des matériaux utilisés ont été mises de côté comme« déchets »», mais au fil du temps «d'abord dans une branche, puis dans un autre, ce «déchet» a été expérimenté en vue de lui trouver une utilisation rentable; et dans la plupart des cas, les expériences ont donné des résultats plus ou moins satisfaisants. » Écrivant en 1904, le chimiste industriel américain Leebert Lloyd Lamborn a observé: «S'il existe un aspect plus que tout autre qui caractérise le développement commercial et industriel moderne. . . c'est l'utilisation de substances qui, à un stade primitif de développement de toute industrie, étaient considérées comme sans valeur. »

Le principal moteur de ce comportement (vraiment) écologique des entreprises, comme on le comprenait à l'époque, était que le motif du profit récompensait les fabricants qui transformaient les émissions polluantes librement disponibles en sous-produits lucratifs. Le journaliste économique et technologique Peter Lund Simmonds a ainsi observé en 1875 que «  à mesure que la concurrence s'intensifie, les fabricants doivent se pencher de plus près sur les éléments qui peuvent faire la légère différence entre le profit et la perte et convertir les produits inutiles en produits possédant une valeur commerciale.  » George Powell Perry a écrit plus tard que «l'esprit commercial de (l'âge) a développé un merveilleux génie pour l'utilisation des déchets». La «plus grande source de richesse, en ces jours de grande richesse», «avait été acquise en grande partie grâce à l'utilisation judicieuse de ce que les hommes appellent le gaspillage. Dans tous les domaines de la vie, les hommes ont étudié comment utiliser au mieux les déchets et les restes qui suivent dans le sillage d'une entreprise légitime. » En effet, les humains avaient trouvé des moyens de transformer «tout en source de richesse» et plus ils se rapprocheraient de cette «loi de la nature», plus «ils deviendraient sages et riches (ils grandiraient)». Karl Marx lui-même a convenu que le «mode de production capitaliste étend l'utilisation des excrétions de production et de consommation» et que les «soi-disant déchets» étaient généralement transformés «en nouveaux éléments de production, soit de la même, soit d'une autre ligne de l’industrie »afin d’améliorer« le taux de profit ». Il est même allé jusqu'à qualifier la valorisation des déchets industriels de «deuxième grande source d'économie dans les conditions de production» après les économies d'échelle.

Comme je l'ai documenté plus en détail ailleurs, l'histoire ancienne de l'industrie américaine de l'extraction et du raffinage du pétrole fournit de nombreuses illustrations de ce type. Par exemple, au début des années 1860, les restes du processus de raffinage qui extrayaient le kérosène du pétrole étaient des déchets généralement déversés dans les rivières ou brûlés. Deux décennies plus tard, les déchets pétroliers ont été considérablement réduits grâce à la création de bougies, d'huiles lubrifiantes, de graisses, de solvants, de paraffine, de vaseline (mieux connue sous la marque Vaseline) et de répulsifs contre les insectes.

Malgré des utilisations limitées dans la production de peintures et de vernis, cependant, la plupart de l'essence était encore gaspillée car elle était trop volatile pour être utilisée comme carburant d'éclairage. Heureusement, le développement commercial du moteur à combustion interne en a rapidement fait le principal produit des raffineries. Entre-temps, certaines des fractions plus lourdes de pétrole précédemment gaspillées ont trouvé des marchés lucratifs utilisés pour le revêtement des routes, la toiture et comme combustible de chauffage.

Comme l'écrivait en chef le chimiste en chef du Bureau américain des mines, Arno C. Fieldner, en 1925, «l'objet de toute recherche sur les carburants est soit d'éliminer les déchets et d'augmenter l'efficacité de l'extraction, de la préparation et de l'utilisation des carburants, soit de convertir les matières premières combustible par traitement ou transformation sous une forme plus pratique ou efficace pour une utilisation avec, dans de nombreux cas, la récupération de sous-produits de valeur à d'autres fins. « 

Sortez-le du sol!

Peut-être la leçon implicite clé de La planète des humains c'est que l'humanité a pu avoir son gâteau vert et le manger aussi en remplaçant les ressources produites à la surface de la planète par d'autres extraites d'en bas. En d'autres termes, le charbon, le pétrole et le gaz naturel ont historiquement joué divers rôles en tant que sources de chaleur, de carburants de transport, d'électricité et d'innombrables produits synthétiques qui, avec d'autres minéraux, ont permis aux humains de créer simultanément de nouveaux matériaux et de meilleures sources d'énergie tout en réduisant pressions sur la biosphère. Ce processus de substitution à grande échelle a permis à nos ancêtres, selon les mots du démographe historique E. A. Wrigley, de «se libérer de la photosynthèse». The anti-Malthusian geologist Kirtley Fletcher Mather thus observed approvingly in 1944 that a “hundred years ago, nearly 80 per cent of all the things men used were derived from the plant and animal kingdoms, with only about 20 per cent from the mineral kingdom. Today only about 30 per cent of the things used in industrialized countries come from things that grow; about 70 per cent have their sources in mines and quarries.”

Although not perfect, carbon fuels and various minerals drastically reduced harvesting pressure on wild resources such as whales (whale oil, perfume base), trees (lumber, firewood, charcoal), birds (feathers), agricultural products (fats and fibres derived from animals and plants, leather from livestock, dyes from plants and animals) and other wildlife (ivory, furs, skin).

By making possible the development of modern transportation technologies (from railroad and steamships to trucking and container shipping), the replacement of work animals (horses, mules, oxen) by much more powerful and reliable tractors and agricultural machinery, and the creation of countless inputs (from synthetic fertilizers to plasticulture), a growing and richer population was able to drastically increase agricultural productivity and release a large amount of agricultural land.

To be more specific, coal-powered railroad and steamships made possible for the first time in human history large-scale, reliable and affordable long-distance transportation. This paved the way for improved overall nutrition by concentrating food production in the most suitable locations, thus making food more plentiful, diverse and affordable. Fossil fuel-powered transportation also eradicated famine by allowing the economical moving of the surplus of regions with good harvests to those that have experienced mediocre ones. Tractors and other machines, which do not get sick, do not require care when not being used, and do not consume more than a fifth of the food they help to grow, replaced much less powerful and reliable work animals whose fodder could then be fed to meat and dairy animals. The replacement of wood-based charcoal by coal-based coke also meant that areas once devoted to fuel production could be converted to pastureland or else be abandoned entirely.

As a result of decades of innovation, much larger amounts of food can now be produced on the same piece of land because of inputs ranging from synthetic pesticides and plastic sheeting to electricity and veterinary medicine. These advances have made marginal agricultural lands, sometimes cultivated through environmentally damaging methods such as slash-and-burn, available for spontaneous reforestation and (in a few locations) highly productive tree plantations while sparing much non-cultivated marginal wetlands, grasslands and forestlands that would have come under the plough in their absence.

Thanks to fossil fuels, billions of people were not only able to survive, but also to thrive by moving out of subsistence farming and into cities, in the process allowing the greening and rewilding of many parts of our planet. As implied by Gibbs and Zehner, producing energy above the ground through biomass, wind and solar power is in the end absolutely incompatible with these past beneficial developments.

Having your Environmental Cake and Eating It Too

To Moore, Gibbs and Zehner, the planet of the humans is being raped and pillaged by greedy capitalists.  Human “dominion” is therefore a negative force to be countered. Paradoxically though, humans are seen as both “just another animal” that needs to submit to nature and simultaneously as “an unnatural evil to be fought and controlled.” Which is it then? Besides, if humans are just another animal, haven’t they thrived in many environments because they perfected a set of attributes that have no equivalent among other life forms, most importantly the ability to trade (in the process allowing each individual to specialize in what he or she does best) and to continually come up with new innovative ideas and products by (re)combining existing things in new ways? Isn’t it obvious that over time these abilities gave them the opportunity to create an ever expanding range of resources out of what had previously been mere physical stuff and to do so while (more recently) lessening their environmental footprint?

For our documentarians though, the path forward for humanity is to turn its back on its evolutionary advantage by reverting to the low numbers and widespread poverty of past centuries. This prescription is even worse than it sounds, for much evidence illustrates that small groups of hunter-gatherers and subsistence farmers actually had a huge impact on nature through (over)hunting and the large-scale use of fire to create landscapes more suitable to large game animals or agriculture. As the philosopher of science Maarten Boudry observed, the environmental impact of hunter-gatherers was “substantially higher, per capita” than ours because they laid “a larger claim on the ecosystem, in return for a much lower standard of living.”

To appreciate the planet of the humans, one must appreciate humanity’s unique achievements, especially our species’ unique ability to replace animals and plants by underground resources, drastically improving agricultural yields through ever more sophisticated technologies and moving en masse from the countryside to the city.

What Moore, Gibbs, and Zehner end up illustrating, whether it dawned on them or not, is that environmental activists are completely wrong when they urge us to do the exact opposite, especially through their campaign to leave fossil fuels in the ground and to replace them with inferior alternatives that have no environmental benefits whatsoever.

In the grander scheme of things, far from having harmed us as any addictive substance or policy without redeeming qualities would have, fossil fuels have been more akin to being ever more beneficial nutrition for both humans and other life forms. The sooner well-meaning environmentalists imbibe the inconvenient truths displayed in Planet of the Humans, and the sooner they forget its long-discredited Malthusian outlook, the better humanity’s planet will be as a result of human activities.

Pierre Desrochers

pierre-desrochers2018b

Pierre Desrochers is Associate Professor of Geography at the University of Toronto. His main research interests revolve around economic development, technological innovation and energy and food policy. He is the co-author of The Locavore’s Dilemma. In Praise of the 10,000-mile Diet (PublicAffairs, 2012) and of Population Bombed! Exploding the Link Between Overpopulation and Climate Change (Global Warming Policy Foundation, 2018).

Get notified of new articles from Pierre Desrochers and AIER. SOUSCRIRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *