Guérir les fractures de l'économie mondiale – Blogue du FMI

Gita Bhatt

Alors que le monde cherche à comprendre la nouvelle normalité, nous sommes confrontés à de nombreuses inconnues. Les emplois reviendront-ils? Comment voyagerons-nous à nouveau? À quoi ressemblera la récupération? Beaucoup reste un point d'interrogation. En fait, nous vivons dans les temps les plus «incommensurables», écrit Geoffrey Okamoto du FMI, ce qui rend difficile la quantification de l’incertitude et du risque élevés.

Ce que nous savons, c'est que l'âge du COVID-19 a douloureusement exposé et élargi les divisions économiques et sociales existantes et en a créé de nouvelles. Elle a accentué les disparités entre les travailleurs, en particulier les jeunes, les femmes et les moins instruits. Elle a aggravé les faiblesses des systèmes de santé publique, la précarité du travail et la fracture numérique. Il a mis au défi les gouvernements, qui sont maintenant confrontés à des besoins de dépenses plus élevés et à des dettes en hausse. Et cela a mis en lumière le long problème de l'injustice raciale.

Pourtant, cette crise et les failles qu'elle expose sont des appels inspirants à repenser nos priorités et à reconsidérer la structure même de l'économie mondiale vers un avenir plus équitable, adaptable et durable – plus résilient.

Ce numéro de Finance et développement donne la parole à divers contributeurs sur ce qui doit être fait.

«Les problèmes en réseau de notre époque se prêtent à des solutions en réseau», écrit Ian Goldin, plaidant pour une coopération internationale non seulement entre les gouvernements mais aussi dans la société civile et les entreprises. Joseph Stiglitz plaide pour une réécriture des règles de l'économie pour protéger les travailleurs et l'environnement, appelant à une plus grande solidarité mondiale et nationale. Carmen Reinhart, Kenneth Rogoff et d'autres envisagent des moyens de gérer une prochaine vague de restructuration de la dette des pays les plus pauvres. Kevin Watkins demande un allégement de la dette des pays les plus pauvres, notamment en convertissant les dettes en investissements qui protègent les enfants. D'autres contributeurs se concentrent sur le rôle des nouvelles technologies, le climat et la santé publique, y compris le développement de vaccins. Enfin, Ratna Sahay du FMI et ses coauteurs sont aux prises avec la race et le racisme dans la profession d’économie, reconnaissant que la lutte contre les préjugés commence chez soi.

Le monde post-pandémique sera probablement transformé de manière importante. Si la crise entraîne une réinitialisation radicale de notre vie économique et sociale avec des politiques qui investissent dans les personnes et reflètent un sentiment partagé de notre destin en tant qu'êtres humains, tant mieux. Le monde sortira résilient de ce sombre chapitre. Pour reprendre les mots du compositeur Leonard Cohen, « Il y a une fissure dans tout, c'est comme ça que la lumière entre. »

Lisez le numéro complet ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *