Focus sur le taux de mortalité Covid-19 – AIER

Dans la saga du virus et du verrouillage, la sagesse des foules, c'est-à-dire la sagesse de chacun de nous, a été contrecarrée par de mauvaises données, peut-être intentionnellement mauvaises. D'un autre côté, la sagesse ersatz de la bureaucratie collective dans les agences de santé fédérales, étatiques et locales était basée sur des données spécialement conçues. En fin de compte, les données importaient peu, car les bureaucraties étaient davantage préoccupées par leur impératif territorial naturel, qui est de gouverner et de contrôler.

L'aspect le plus effrayant de l'épidémie de coronavirus-19 (COVID-19) aux États-Unis est qu'elle a provoqué une peur exagérément accrue de la mort. Cette crainte, une fois amplifiée dans des proportions qui deviennent palpables pour l'individu, est devenue la base de politiques économiques et médicales affreuses des gouvernements et a écrasé l'optimisme naturel du public.

Au tout début, nous avons été pris dans une pression d'informations contradictoires. COVID-19 était-il une arme biologique devenue voyou et destinée à anéantir aveuglément petits et grands? Ou était-ce une autre mauvaise grippe ou peut-être une grippe extrêmement grave? Après tout, les premières informations ont montré que les victimes étaient concentrées dans une maison de soins infirmiers à Kirkland, Washington.

Aucun cas n'a été signalé parmi les sans-abri des rues de la côte ouest. Aucun décès d'enfants n'a été signalé. Et dans le monde fermé des paquebots de croisière et plus tard un navire militaire, il y a eu beaucoup de premiers cas et quelques décès. Avec le temps, il y a eu peu de mauvaises nouvelles. Nous aurions dû nous méfier des données.

Nous nous sommes concentrés principalement sur le taux de létalité (CFR: décès en pourcentage des cas diagnostiqués) qui était extrêmement élevé. Nous nous inquiétions du taux de mortalité par infection (IFR), mais il y avait trop peu de données et de tests disponibles pour avoir une idée du nombre de personnes qui seraient ou seraient finalement infectées.

Mais ces concepts – CFR et IFR – ne sont pas les mesures stratégiques les plus importantes de la gravité de la maladie. C'est le taux de mortalité, correctement défini et compris, qui devrait compter pour les décideurs à long terme, nos penseurs autrefois plus équilibrés, dans la détermination de la politique.

Au cours des dernières semaines, nous avons obtenu des données plus utiles aux États-Unis. Il y avait des secrets cachés dans les données, attendant d'être découverts, qui pourraient aider à déterminer ce qui se passait réellement. Le but de ce rapport est de faire exactement cela – pour vérifier ce que les données nous disent. Il nous donne également la base pour juger de la pertinence des politiques passées et présentes

Commençons donc par une question simple: quel est le taux de mortalité pertinent dû au COVID-19? Il existe de nombreuses définitions dans le monde épidémiologique comme le CFR et l'IFR mentionnés ci-dessus. Je me concentre sur le taux de mortalité global – réel et projeté. Jusqu'à ce que nous ayons des tests plus répandus pour COVID-19, nous ne pouvons pas savoir avec précision combien de personnes ont été infectées par le virus. Nous ne pouvons pas savoir quelle proportion de la population a une sorte d'immunité naturelle ou acquise.

Nous ne disposons même pas de données précises sur le nombre de personnes décédées de COVID-19 seul par rapport à COVID-19 plus quelques autres complications qui étaient déjà présentes telles que le diabète, l'obésité morbide et les complications respiratoires antérieures, dont l'une pourrait également être la cause immédiate de décès. Il existe de nombreuses preuves, en particulier dans la région du Nord-Est, qu'il y a eu une «sur-classification» (un euphémisme pour le biais de données). Nous n'avons pas les détails démographiques des personnes infectées et des personnes décédées. Mais nous avons des données sur les décès, et elles sont plus précises que le nombre de cas et le nombre d'infections.

Pour comprendre comment nos esprits ont été mal orientés dans la compréhension des risques réels associés au COVID-19, commençons par un teaser sur le cerveau. Il éveillera nos esprits du calcul en vue de comprendre la tromperie des données et les malentendus qui prévalent.

Quand 1,7% est-il supérieur à 98,3%?

Dans le monde bizarro du reporting COVID-19, c'est le cas – 1,7% est supérieur à 98,3%. Plus précisément, les décès dans un groupe restreint de 1,7% de la population sont supérieurs aux décès des 98,3% restants. Numériquement, un décès peut être un décès, mais d'un point de vue politique, pour être franc, tous les décès ne sont pas identiques.

Fait n ° 1: 1,7% de la population des États-Unis réside dans des établissements de soins de longue durée (LTMCF) et 5,7 millions au total.

Fait n ° 2: Les résidents des LTMCF sont à l'origine de 38 800 ou 53% de tous les décès dus au COVID-19 (selon des données récentes). Le reste du pays, 98,3%, a enregistré environ 34 600 décès, soit 47% du total des décès dus au COVID-19 au pays.

Le taux de mortalité dans les LTMCF est stupéfiant

Cela signifie que le taux de mortalité, les décès exprimés en pourcentage des personnes vivant dans des établissements de soins médicaux, est de 0,682%, soit plus de 50 fois le taux de mortalité du reste de la population à 0,012%. Le taux de mortalité pour l'ensemble de la population est de 0,022%.

Cela devrait vous laisser sans voix.

Nous avons un problème COVID-19, mais nous avons un problème LTMCF encore plus grand et plus grave qui obscurcit notre compréhension de la contagion et donc de ce que devraient être nos meilleures politiques de santé publique. Arrêter l'économie, le monde dans lequel les 98,3% vivent et prospèrent était trop draconien. La surcharge redoutée du système hospitalier avec des patients d'urgence, qui a été de courte durée, provenait de manière disproportionnée des résidents des LTMCF, pas du grand public.

Les données ont toujours été présentes, mais elles n'ont pas été correctement collectées, cataloguées et analysées.

Une grande partie des données de ce rapport proviennent d'une étude historique de Gregg Girvan et Avik Roy de la Foundation for Research of Equal Opportunity. Leur travail était basé sur des données recueillies jusqu'au 10 maie, 2020 pour la plupart des États. Depuis leur publication, des révisions ont été incorporées car les États ont corrigé ou mis à jour leurs données depuis le rapport original. Les calculs ci-dessus sont des imputations à partir des données mises à jour.

À ce stade, nous ne savons pas quel sera le nombre ultime de décès et le taux de mortalité, mais ce que nous avons en main sont des statistiques très indicatives et révélant le malentendu flagrant selon lequel les décisions publiques et fédérales, étatiques et locales- les décideurs ont travaillé avec sur laquelle fonder leurs décisions.

Les prestataires de soins médicaux de longue durée aux personnes âgées et infirmes (selon l'étude Girvan-Roy) sont les suivants: maisons de soins infirmiers et établissements de soins infirmiers qualifiés; Établissements de vie assistée, c.-à-d. Communautés de soins en établissement ou maisons de soins personnels Centres de services de jour pour adultes; Agences de santé à domicile; et les hospices.

Les deux premiers fournisseurs de soins médicaux pour les personnes âgées sont appelés des établissements de soins médicaux de longue durée (LTMCF) et sont la source des données. Les données pour les trois autres établissements de soins aux personnes âgées ne sont pas collectées ou n'étaient pas disponibles pour l'étude Girvan-Roy. En fait, il a été reconnu qu'il y a toujours une sous-déclaration des décès liés aux LTMCF. Certains fournisseurs ne signalent tout simplement pas. Dans d'autres cas, les résidents meurent dans des hôpitaux et ils ne sont pas classés comme des décès de LTMCF. Néanmoins, les données sont suffisantes pour tirer des observations utiles sinon sévères.

Qu'en est-il des taux de mortalité dus à la grippe et à la pneumonie au cours des années précédentes?

Pour mieux comprendre ces chiffres du taux de mortalité, il est utile de les replacer dans le contexte de ce que nous savons sur les taux de mortalité par grippe avant l'arrivée de COVID-19. Le taux de mortalité par COVID-19 est-il pire, meilleur ou à peu près le même que les saisons de grippe précédentes? Nous devrions nous attendre à ce que les taux soient pires car il n'y a pas de vaccin alors que la plupart des gens se font vacciner contre la grippe de routine qui est attendue chaque année.

En 2017, les Centers for Disease Control (CDC) ont rapporté que les décès annuels de toutes causes étaient de 2,8 millions ou 0,866% de la population. Les principales causes de décès, par ordre d’importance, étaient les maladies cardiaques, les accidents, les maladies respiratoires, les accidents vasculaires cérébraux, la maladie d’Alzheimer, le diabète, la grippe et la pneumonie et le suicide.

En examinant simplement la cause de la grippe et de la pneumonie (PF), en 2017, elle a causé 55672 décès ou 0,017% pour la population dans son ensemble. Comme vous vous en doutez, les décès dus à la PF sont tombés le plus durement chez les personnes de plus de 75 ans, totalisant 38 078 décès. Cela se traduit par un taux de mortalité de la PF de 0,180% pour les plus de 75 ans, ce qui est un peu plus de 10 fois le taux de mortalité pour l'ensemble de la population. Pour le reste de la population de moins de 75 ans, le taux de mortalité n'était que de 0,006%, soit 30 fois plus grave que ceux de plus de 75 ans.

TAUX DE MORT POUR COVID-19 ET LA GRIPPE POUR CERTAINES DÉMOGRAPHIES

2020 COVID-19 2017 Grippe et pneumonie

Taux de mortalité global 0,022% 0,017%
Plus de 75 DR 0,161% 0,180%
LTMCF DR 0,682%
Non-LTMCFs DR 0,011%
Moins de 75 DR 0,010% 0,006%

Ce que cela signifie à ce stade, c'est que dans l'ensemble, le taux global de mortalité par COVID-19 est légèrement pire que le taux de mortalité par grippe l'année précédente (0,022% contre 0,017%). Cependant, pour les personnes âgées dans les FFMTL, le taux de mortalité par COVID-19 est 100 fois supérieur à celui de la grippe et de la pneumonie DR pour ceux de plus de 75 ans en 2017.

En résumé, le taux de mortalité par COVID-19 est beaucoup plus biaisé pour les personnes âgées de plus de 75 ans et les résidents des établissements de soins médicaux pour personnes âgées.

Que réserve l'avenir?

Pour l'avenir, nous avons obtenu les prévisions les plus récentes de l'Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) de l'Université de Washington. Ils sont considérés par de nombreux professionnels de la santé comme les modélisateurs les plus pointus. Le 18 mai 2020, l'IHME a publié les résultats du troisièmede son nouveau modèle. Ils prédisent que d'ici le 4 août 2020, un total de 143 357 Américains mourront du COVID-19. Cette prévision double presque le nombre de décès dus au COVID-19. Il convient de noter que chaque série du modèle a produit des prévisions inférieures pour les décès futurs. Il y a des détracteurs de leurs procédures de modélisation, mais c'est le meilleur que nous ayons pour le moment.

Un rapport de recherche médicale intéressant suggère qu'une partie importante de la population a une immunité naturelle au COVID-19. Dans l'édition du 14 mai de Cell, publiée par Elsevier, les chercheurs ont découvert:

Les réponses des lymphocytes T ont été détectées chez 40 à 60% des individus non exposés. Cela peut refléter un certain degré d'immunité croisée et pré-existante à SARSCoV-2 chez certains individus, mais pas tous, suggérant une reconnaissance croisée des lymphocytes T entre les coronavirus «froids communs» circulants et le SRAS-CoV-2.

C'est peut-être la raison pour laquelle il y a tant de rapports de cas asymptomatiques de COVID-19. Cela peut également signifier que les prévisions IHME seront révisées à la baisse encore plus.

Cependant, COVID-19 a des conséquences brutales pour les personnes de plus de 75 ans. Ce détail ne peut être minimisé. Mais quelles politiques cela suggérerait-il?

Avons-nous adopté les bonnes politiques?

Que suggèrent ces données sur les politiques médicales et économiques qui ont été adoptées par le gouvernement fédéral, les États et les gouvernements locaux?

Le carnage de COVID-19 est concentré dans les établissements de soins aux personnes âgées et non dans la population en général. Les politiques et procédures, y compris les verrouillages et les pratiques de pointe en matière de protection individuelle pour ces installations, auraient dû être mieux réfléchies sur la base de données utiles.

N'oubliez pas qu'environ 70% des établissements de soins aux personnes âgées sont à but lucratif. Pourtant, ce ne sont pas des entreprises de marché libre; les entreprises sont libres de faire ce qu'elles pensent être le mieux. Ces établissements à but lucratif sont autorisés et réglementés par les différents départements de la santé des États. Ils font ce que l'État leur dit de faire.

Les gouverneurs et les maires, ainsi que leurs conseillers médicaux et scientifiques, ont pris la décision de les rassembler, de les forcer à héberger et à garder les patients infectés et les patients qui reviennent. Ils ont choisi de détourner les fournitures d'EPI vers les hôpitaux, et non vers les établissements de soins aux personnes âgées. Cette caractérisation est basée sur des articles de presse. On espère certainement que certaines collectivités ont fait un meilleur travail. Il y a des raisons de croire que c'est le cas, car certains centres de vie assistée n'ont signalé aucun décès.

Au fur et à mesure que les décès de COVID-19 montaient, pas un mot n'a été officiellement prononcé sur l'endroit où ils se sont produits. On craignait que ce soit une épidémie à l'échelle de la population. Nous devons TOUS verrouiller.

Quelle erreur coûteuse, une erreur qui se poursuit encore aujourd'hui. Les gouverneurs et les maires avec de nouvelles informations sur la vérité veulent toujours être des planificateurs centraux et déterminer quelles entreprises peuvent rouvrir et dans quelle mesure, qui devrait toujours s'abriter ou se distancer socialement. Ils envoient des équipes pour dessiner des cercles dans l'herbe définissant où les groupes peuvent camper et placer des surveillants de police dans tous les parcs pour avertir les gens de rester dans les cercles. À ce stade, ce ne sont que des prisons imaginaires, mais ce sont des prisons.

Folie, pure folie.

Bien que ce soit une observation facile et superficielle à faire, ce qui n'est vraiment pas dit et pas facile à admettre, c'est qu'un grand nombre de politiciens et de bureaucrates ont révélé leur véritable nature. Les discours ornés de déclarations «mieux vaut prévenir que guérir» et «planifier vaut mieux que ne pas planifier» révèlent qu'ils sont des autoritaires par nature; planificateurs centraux du pire.

En conclusion, le taux de mortalité pertinent à des fins politiques a été obscurci. La conséquence a été des politiques inappropriées. Ils ont entraîné un monde bizarre de fonctionnement commercial très restreint et d'immenses destructions économiques, sans aucune preuve que des vies ont été sauvées et des preuves de plus en plus nombreuses de pertes de vie de deuxième niveau résultant du verrouillage.

Gregory van Kipnis

Gregory van Kipnis

Gregory van Kipnis est président du conseil d'administration de l'American Institute for Economic Research. Il était SVP, Jefferies, 1993-1996; Arbitrage statistique, Directeur, Morgan Stanley, 1985-1990; Arbitrage statistique VP, économiste en chef, DLJ Futures, 1980-1984. Il a étudié avec Ludwig von Mises à l'Université de New York.

Soyez informé des nouveaux articles de Gregory van Kipnis et AIER. SOUSCRIRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *