Financer l'Union européenne: nouveau contexte, nouvelles réponses

L'Union européenne s'endettant pour la première fois pour aider à financer la reprise économique du coronavirus, de nouvelles ressources sont nécessaires pour financer le budget de l'UE. Diverses idées ont été avancées – y compris une taxe numérique et une taxe sur les transactions financières – mais la nouvelle ressource la plus appropriée serait les revenus du système d'échange de quotas d'émission de l'UE, qui pourraient fournir un financement suffisant pour rembourser les emprunts de l'UE contre les coronavirus.

Cette contribution à la politique est une version révisée et abrégée d'un article présenté à la Ecofin informel sous présidence allemande à Berlin, Allemagne, le 11 septembre 2020

Environ les deux tiers du budget de l’Union européenne sont financés par les recettes fiscales nationales des États membres. Ces ressources, basées sur les revenus nationaux bruts, sont transparentes, équitables et conformes au principe de subsidiarité, mais elles conduisent à des débats politiques qui mettent l'accent sur le coût des dépenses de l'UE plutôt que sur les avantages, et renforcent la perception du budget de l'UE en termes des soldes nets, plutôt que de la valeur ajoutée.

Le financement du budget de l'UE doit être réévalué à la lumière de la décision de juillet 2020 de lancer le programme Next Generation EU. Les ressources budgétaires pourraient inclure une redevance sur les plastiques, un mécanisme d'ajustement à la frontière carbone, une taxe numérique, les revenus provenant de l'échange de droits d'émission et une taxe sur les transactions financières. Nous évaluons ces options en fonction de quatre critères: si l'origine des recettes peut être attribuée à un État membre particulier; si les recettes peuvent être collectées isolément ou nécessitent une coordination fiscale paneuropéenne; si la nouvelle ressource peut contribuer à réduire les distorsions fiscales dans l'UE; et si la ressource est liée aux politiques de l'UE.

Les revenus des quotas d'émission correspondent le mieux à ces critères. Les émissions de carbone ne causent pas principalement de dommages uniquement là où elles se produisent. En prenant le plafond d'émissions de l'UE comme une donnée, les émissions supplémentaires dans un État membre particulier devraient être considérées comme une externalité négative pour les autres États membres. Les objectifs de réduction des émissions sont fixés au niveau de l'UE. Quiconque met aux enchères un quota, quel que soit le lieu de l'émission correspondante dans l'UE et le lieu où le bien ou le service qui en résulte est consommé, l'impact sur les résultats des politiques communes est le même. À cet égard, le produit de la vente des quotas du système d'échange de droits d'émission n'est pas si différent des droits de douane.

Par rapport à l'ETS, les autres candidats aux ressources propres de l'UE sont moins convaincants. Les ajustements aux frontières carbone visent à limiter les distorsions de la concurrence internationale plutôt qu'à générer des revenus. Il vaut mieux laisser les impôts numériques et les impôts minimaux sur les sociétés au processus en cours au sein de l'Organisation de coopération et de développement économiques. Sur une taxe sur les transactions financières, il n'y a pas d'accord au sein de l'UE.

Les revenus totaux du SEQE jusqu'en 2050 approcheraient les 800 milliards d'euros dans un scénario réaliste et peut-être même 1,5 billion d'euros en supposant que la portée de l'ETS et la part des permis mis aux enchères sont augmentées. Les revenus du SEQE seraient donc largement suffisants pour rembourser la dette de l'UE de nouvelle génération. Cependant, ils généreraient des effets distributifs, et donc une partie des revenus devrait financer des droits acquis qui reviendraient aux États membres. L'UE peut s'attaquer aux problèmes de répartition liés à la réforme des ressources propres.

Citation recommandée
Fuest, C., J. Pisani-Ferry (2020) «Financer l’Union européenne: nouveau contexte, nouvelles réponses», Contribution politique 2020/16, Bruegel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *