États en développement dans les économies de marché dépendantes et les secteurs à faible technologie

Dans un article récent co-écrit avec László Bruszt et publié dans un numéro spécial de Review of International Political Economy, nous identifions un état de développement dans la période la moins probable – la période du néolibéralisme hégémonique dans les années 1990 et au début des années 2000 – et le moins probable de certains endroits, à savoir les économies post-socialistes d'Europe centrale et orientale (PECO) classiquement décrites comme des économies de marché dépendantes (DME) dépendant de l'IDE.

Nous n'étions pas satisfaits de la concentration unique de la littérature sur le développement sur les «secteurs pilotes» de haute technologie, qui sont souvent des secteurs à forte intensité de capital et pauvres en emplois contrôlés par une poignée de multinationales. Dans les économies émergentes ouvertes, ces secteurs ont souvent cessé de tirer le reste d'une économie nationale par le biais de liens intersectoriels comme l'a théorisé Albert O. Hirschman et augmentent désormais les inégalités territoriales. En nous concentrant sur les secteurs de faible et moyenne technologie, nous avons découvert un état de développement sectoriel dans une époque et une région généralement considérées comme un berceau de la thérapie de choc néolibérale, tandis qu'un cadre comparatif nous a permis de considérer comment différentes coalitions d'acteurs et trajectoires institutionnelles se ressemblaient pays post-socialistes vers des projets de développement étatistes ou néolibéraux après 1989.

En utilisant un modèle de recherche de cas très similaire, nous comparons les stratégies polonaises et hongroises pour restructurer leurs industries laitières après 1989. Alors que les deux cas partaient de positions comparables, les résultats économiques (opérationnalisés comme la valeur ajoutée et les revenus d'exportation du secteur) et sociaux les résultats (la proportion de petits agriculteurs exclus du marché) se sont avérés nettement meilleurs en Pologne qu'en Hongrie en 2010. Alors que la Pologne est devenue l'un des plus grands exportateurs de produits laitiers de l'UE, l'industrie laitière hongroise a rétrogradé son portefeuille à la plus faible valeur ajoutée produits et était sur le point de s'effondrer dans les années 2010. Une crise dans la coordination de la chaîne d'approvisionnement, partagée entre les transformateurs laitiers des multinationales et les supermarchés d'une part, et les producteurs atomisés d'autre part, a contribué à la popularité des solutions économiques nationalistes promues par le gouvernement Fidesz, qui promettait une rupture radicale avec le développementalisme néolibéral. en 2010.

Ces résultats reflétaient des trajectoires institutionnelles et politiques radicalement différentes: dans la Pologne anticommuniste et radicalement néolibérale, une coalition développementale paradoxale a émergé entre les agriculteurs et les politiciens pour sauver les coopératives laitières socialistes promises à la privatisation. Non seulement l'État a résisté activement aux pressions du FMI et de l'UE pour moderniser ses secteurs agro-alimentaires en vendant des usines de transformation laitière aux multinationales occidentales et en ouvrant son secteur de la vente au détail de produits alimentaires aux IDE, mais l'État a utilisé des fonds de la Banque mondiale et du L'UE doit moderniser ses propres capacités administratives en charge de la gestion, du suivi et du financement des projets de développement agricole. Le maintien de coopératives laitières nationales qui ont intégré des milliers de petits exploitants et d'usines de transformation, a permis de maintenir la confiance et la coordination verticale dans la chaîne d'approvisionnement. En Hongrie, en revanche, les segments de la production, de la transformation et de la vente au détail de la chaîne d'approvisionnement ont été fracturés après 1989 lorsque le ministère des Finances a vendu des usines de transformation à des multinationales étrangères dans le but de rembourser la dette extérieure héritée de la période socialiste, tandis que le ministère de l'Agriculture a supervisé le segment de la production (agriculture / élevage). Cette séparation administrative a immédiatement détruit la coordination verticale et annulé les capacités de mobilisation des agriculteurs coupés de la propriété des moyens de production (usines de transformation laitière).

Notre étude met en évidence les synergies complexes des alliances de développement public-privé et des trajectoires institutionnelles paradoxales recombinantes du socialisme d'État et du post-socialisme: en Pologne, les capacités de mobilisation des producteurs laitiers étaient essentielles pour gagner le soutien politique d'une diversité d'acteurs politiques à une époque où la Banque mondiale, le FMI et l'UE ont activement promu un programme de développement néolibéral. L'État développement sectoriel polonais est apparu comme une réponse à ces demandes privées, qui ont trouvé un soutien politique dans les partis de gauche et de droite. En Hongrie, en revanche, les capacités de mobilisation des agriculteurs ont été évitées par l'État post-socialiste lorsque les usines de transformation ont été vendues aux multinationales, qui ont utilisé leur pouvoir de concassage sur le marché pour créer la demande de leurs produits et tuer la concurrence locale dans une stratégie de terre brûlée: une fois a été atteint, beaucoup ont transféré la production à l'étranger et ont quitté le marché hongrois, laissant derrière eux une chaîne d'approvisionnement au bord de l'effondrement.

Un autre rebondissement est qu'en Pologne, c'est l'échec de la soviétisation dans les années 1950, qui a ensuite permis aux producteurs laitiers de sauver les coopératives «socialistes» après 1989. En Hongrie, en revanche, la soviétisation réussie dans les années 1950 a laissé les gestionnaires de l'État incapables de rendre des comptes dans l'élaboration de stratégies pour réformer le secteur laitier sous le socialisme d'État et après 1989. En Pologne, la nationalisation des coopératives agricoles indépendantes a été inversée en 1957 après une décennie de résistance sociale au socialisme de type soviétique. En Hongrie, la nationalisation des terres agricoles et des unités de transformation était achevée dans les années 1960. La conséquence a été qu'en 1989, l'État polonais a été contraint de négocier son programme de modernisation avec des agriculteurs qui avaient le contrôle de leurs moyens de production, alors qu'en Hongrie, les gestionnaires de l'État étaient en grande partie privés de comptes.

Nous avons également prêté attention au rôle complexe de l'intégration de l'UE dans les deux cas: l'UE a fourni des ressources financières aux pays candidats, mais a également utilisé les normes de sécurité des produits laitiers comme barrière non tarifaire au commerce, protégeant les États membres d'Europe occidentale des exportations laitières d'Europe centrale. . Cela représentait un énorme défi de conformité réglementaire pour la Pologne et la Hongrie au cours du processus d'adhésion à l'UE. La solution de la Hongrie a consisté à sous-traiter la conformité réglementaire aux multinationales laitières, dont l'accès supérieur à la technologie et au financement a rapidement rendu les produits laitiers conformes aux normes de l'UE, mais a activement dégradé la compétitivité globale et l'inclusion sociale du secteur dans son ensemble. La Pologne a choisi la voie la plus difficile du financement direct de la conformité réglementaire du secteur en utilisant toutes les ressources disponibles (fonds nationaux, fonds de préadhésion de l’UE et prêts de la Banque mondiale). L'alliance de développement public-privé de la Pologne aurait pu se transformer en pure recherche de rente: par inadvertance, les normes strictes de sécurité alimentaire de l'UE ont fourni un mécanisme de sanction objectif, qui a permis à l'alliance émergente d'utiliser efficacement les ressources financières pour coproduire une amélioration vérifiable de la compétitivité à l'exportation du secteur . En Hongrie, une alliance nationaliste entre l'État et les capitalistes nationaux est apparue après l'adhésion à l'UE et la GFC d'ici 2010: à moins d'un mécanisme de sanction externe, les interventions de l'État n'ont servi qu'à redistribuer les parts de marché des multinationales aux entrepreneurs politiquement loyaux sans une véritable feuille de route de développement pour améliorer la compétitivité globale du secteur et encore moins se préoccuper de garder les agriculteurs pauvres en argent dans le secteur.

Notre étude contribue au renouvellement de la littérature sur les États développementistes, la politique industrielle et le capitalisme d'État, en montrant que les secteurs de faible et moyenne technologie sont des sites sous-étudiés d'agences nationales de développement, même dans les pays en développement généralement considérés comme des États à concurrence passive dépendants de capitaux étrangers et La technologie. Le passage des secteurs de haute technologie aux secteurs de faible et moyenne technologie est parfois suffisant pour découvrir des états de développement cachés à la vue de tous. Nous montrons que les effets sur le développement des marchés régionaux et des projets d'intégration de la réglementation tels que l'UE sont toujours médiatisés par différentes coalitions d'intérêts d'acteurs nationaux et transnationaux au niveau national, produisant des résultats de développement radicalement différents dans des économies comparables. Notre article illustre les échecs du développementalisme néolibéral ainsi que la nécessité continue du rôle actif de l’État dans la fourniture d’un soutien administratif et financier à la politique industrielle. D'un autre côté, nous nous écartons également de la théorie déterministe de la dépendance, qui réifie la notion de sous-développement périphérique passif dans le cadre de la mondialisation néolibérale. Nous montrons que les solides capacités wébériennes d’un État développementiste ne sont pas une condition préalable au lancement de politiques industrielles: l’amélioration des capacités administratives publiques pour piloter le développement pourrait co-évoluer en réponse aux demandes continues des acteurs privés. Enfin, nous ne romançons pas la capacité des coalitions nationales publiques-privées et reconnaissons le danger réel des alliances de recherche de rente: notre étude montre également qu'un mécanisme disciplinaire est nécessaire pour inciter les coalitions de développement à utiliser efficacement les capacités financières et administratives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *