Émergence de nouveaux modèles de transition énergétique: un bilan

Les défis du 21st siècle sont sans aucun doute massifs. En conséquence, les appels à de nouvelles approches en économie gagnent du terrain dans les sphères académiques et non universitaires: afin de saisir de manière significative les caractéristiques des économies modernes – y compris par exemple la complexité, le non-équilibre et l'incertitude – de nouveaux modèles économiques sont recherchés pour appliquer un système -perspectives et être capable d'évaluer des objectifs politiques multidimensionnels, tels que le bien-être parallèlement au PIB, la durabilité environnementale et les problèmes de répartition (OCDE, 2017).

Dans un nouvel article de revue, les chercheurs du CUSP Sarah Hafner, Aled Jones et leurs collègues plongent profondément dans le corpus croissant de travaux et comparent les modèles actuels de transition énergétique dans le paysage de l'économie écologique à leur capacité à prendre en compte les caractéristiques souhaitées, notamment les suivantes: i ) complexité, non-linéarité, non-ergodicité et incertitude profonde), (ii) l'importance du temps, (iii) l'hétérogénéité des agents et les éléments comportementaux, (iv) les aspects interdisciplinaires (v) le rôle des institutions et le contexte social, (vi ) les aspects éthiques et philosophiques, (vii) la finance et viii) les équilibres / déséquilibres multiples.

Leur étude identifie onze modèles macroéconomiques écologiques de transition énergétique pertinents. Il s'agit notamment de E3ME (Cambridge Econometrics, 2019), Panta Rhei / Ginfors (Wiebe et al., 2016), MEDEAS (Capellán-Pérez et al., 2017), Threshold 21 / SDGi (Millennium Institute (2017), EURACE (Raberto et al., 2018), EUGOGREEN (D'Alessandro et al., 2020), ENGAGE / DSK (Lamperti et al., 2018; 2019), LowGrow SFC (Jackson & Victor, 2019), EIRIN (Monasterolo & Raberto, 2019) , un modèle développé par Naqvi, 2015 et un modèle développé par in Safarzyńska & van den Bergh (2017).

Voici quelques exemples remarquables de structures de modèles qui capturent des caractéristiques particulièrement intéressantes d'une nouvelle approche économique: le modèle basé sur les agents développé dans Safarzyńska & van den Bergh (2017) inclut un «  suivre l'effet Joneses '' (lié à la comparaison sociale entre agents) et un «  effet snob '' (lié à la recherche de statut), en introduisant des interdépendances entre les préférences de différents consommateurs (liées aux caractéristiques (iii) et (iv)). Le modèle EIRIN représente les attentes des investisseurs et des banques sur la valeur des actifs suite à l'introduction des politiques climatiques. Il montre que l'inclusion de ces attentes est pertinente pour comprendre les risques de transition liés au climat de l'introduction d'une politique climatique sur la stabilité du système financier. EIRIN ou EURACE permettent d'évaluer les impacts de l'assouplissement quantitatif vert (voir caractéristiques (iii), (v) et (vii)). Jackson et Victor (2019) fournissent un exemple éminent de modèle cohérent avec les flux de stocks qui représente diverses dimensions de la durabilité (iii, iv). EUROGREEN représente le changement technologique induit par la «technologie d’automatisation» en introduisant un capital qui remplace le travail à compétences moyennes, mais qui complète le travail à haute et dans une certaine mesure à faible qualification (iii).

L'étude conclut globalement que (a) la base de connaissances et la structure de ces modèles macroéconomiques écologiques existants sont – à côté d'autres types de modèles – potentiellement clés pour la création d'une nouvelle approche en économie, et que (b) les modèles examinés sont pertinents pour les politiques , en particulier dans le contexte de la complexité et de l'urgence des transitions énergétiques rapides, où les décideurs ont de plus en plus besoin de modèles économiques capables de saisir les caractéristiques du monde réel.

Des développements supplémentaires sont encore nécessaires, et notre étude comparative suggère que les recherches futures devraient se concentrer sur i) la comparabilité des résultats des modèles et leurs perspectives politiques, ii) une intégration plus poussée des relations entre la macroéconomie, la finance et la durabilité, et iii) le développement d'un guide des «meilleures pratiques» en ce qui concerne la représentation de structures de modèles spécifiques (par exemple, fonction de production, fonction de consommation) à des fins de modèle spécifiques (par exemple, exploration des effets de la politique d'innovation énergétique).

Une étude plus approfondie sur la façon dont les caractéristiques de complexité sont ou pourraient être prises en compte dans les modèles actuels de transition énergétique sera entreprise dans le cadre d'un nouveau projet de recherche dans lequel l'Université Anglia Ruskin est un partenaire. Le projet d'économie de l'innovation énergétique et de la transition des systèmes (EEIST) est financé par le Département britannique des affaires, de l'énergie et de la stratégie industrielle (BEIS) et dirigé par l'Université d'Exeter.

Références

Cambridge Economics (2019). E3ME. Manuel technique, version 6.1. Mars 2019. Disponible: https://www.e3me.com/wp-content/uploads/2019/09/E3ME-Technical-Manual-v6.1-onlineSML.pdf (01.02.2019).

Capellán-Pérez, Iñigo, ñigo Capellán-Pérez (ICM-CSIC), Ignacio de Blas, Jaime Nieto, Carlos de Castro, Luis Javier Miguel, Margarita Mediavilla, Óscar Carpintero, Paula Rodrigo, Fernando Frechoso et Santiago Cáceres (2017). Orienter la politique européenne vers une économie sobre en carbone. Modélisation du développement d'un système énergétique durable sous contraintes environnementales et socio-économiques. D4.1 (D13) Modèle mondial: Modèle MEDEAS-Monde et mise en œuvre de l'IOA au niveau géographique mondial. Disponible sur http://medeas.eu/deliverables (31.07.2018).

D’Alessandro, S., Cieplinski, A., Distefano, T., et Dittmer, K. (2020). Alternatives réalisables à la croissance verte. Durabilité de la nature, 1-7.

Giles (2009). Pensées pieux et orgueil – pourquoi la crise financière mondiale n'était pas prévue. Disponible sur: http://www.lse.ac.uk/website-archive/newsAndMedia/news/archives/2009/07/LettertoQueen2.aspx (01.04.2019).

Haldane, A. G., et Turrell, A. E. (2018). Un modèle interdisciplinaire pour la macroéconomie. Revue d'Oxford de la politique économique, 34(1-2), 219-251.

Knight, F. H. (1921). Risque, incertitude et profit. New York: Hart, Schaffner et Marx.

Lamperti, F., Bosetti, V., Roventini, A., et Tavoni, M. (2019). Les coûts publics de l'instabilité financière induite par le climat. Nature Climate Change, 9 (11), 829-833.

Lamperti, F., Dosi, G., Napoletano, M., Roventini, A., et Sapio, A. (2018). Loin, si proche: coupler les dynamiques climatiques et économiques dans un modèle d'évaluation intégrée basé sur les agents. Économie écologique, 150, 315-339

Institut du millénaire (2017). Documentation du modèle. Disponible sur: https://www.millennium-institute.org/documentation (15.12.2018).

Monasterolo, I., et Raberto, M. (2019). L'impact de la suppression progressive des subventions aux énergies fossiles sur la transition bas carbone. Politique énergétique, 124, 355-370.

OCDE (2017). Nouvelles approches face aux défis économiques. Vers un nouveau récit. Disponible sur: http://www.oecd.org/naec/OSG%20NAEC%20Forum%20report.pdf (20.04.2019).

Posner, R. A. (2009). Un échec du capitalisme: la crise de 08 et la descente dans la dépression. Presse universitaire de Harvard.

Raberto, M., Ozel, B., Ponta, L., Teglio, A. et Cincotti, S. (2018). De l'instabilité financière à la finance verte: le rôle de la régulation bancaire et du marché du crédit dans le modèle Eurace. Journal of Evolutionary Economics, 1-37.

Stiglitz, J. E. (2018). Là où la macroéconomie moderne a mal tourné. Revue d'Oxford de la politique économique, 34(1-2), 70-106.

Jackson, T et P A Victor (2018). LowGrow SFC: un modèle macroéconomique écologique cohérent avec les flux de stocks pour le Canada. Document de travail CUSP No 16. Guildford: Centre pour la compréhension de la prospérité durable.

Wiebe, K. S. et Lutz, C. (2016). Changement technologique endogène et combinaison de politiques en matière de production d'énergie renouvelable. Examens énergétiques renouvelables et durables, 60, 739-751.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *