Déséquilibres mondiaux et crise du COVID-19 – Blogue du FMI

Par Martin Kaufman et Daniel Leigh,

عربي, 中文, Español, Français, Português, Русский

Le monde est entré dans la pandémie COVID-19 avec des déséquilibres externes persistants et préexistants. La crise a provoqué une forte réduction des échanges et des fluctuations importantes des taux de change, mais une réduction limitée des déficits et excédents mondiaux des comptes courants. Les perspectives restent très incertaines, car les risques de nouvelles vagues de contagion, de renversement des flux de capitaux et d'une nouvelle baisse du commerce mondial se profilent toujours à l'horizon.

Notre nouveau rapport sur le secteur extérieur montre que les déficits et excédents globaux du compte courant en 2019 étaient légèrement inférieurs à 3% du PIB mondial, soit un peu moins qu'un an plus tôt. Nos dernières prévisions pour 2020 n'impliquent qu'un nouveau rétrécissement d'environ 0,3% du PIB mondial, une baisse plus modeste qu'après la crise financière mondiale d'il y a 10 ans.

Les nouvelles barrières commerciales ne seront pas efficaces pour réduire les déséquilibres.

Les priorités politiques immédiates sont de fournir une aide critique et de promouvoir la reprise économique. Une fois la pandémie apaisée, la réduction des déséquilibres extérieurs du monde exigera des efforts de réforme collective de la part des pays excédentaires et déficitaires. Les nouvelles barrières commerciales ne seront pas efficaces pour réduire les déséquilibres.

Pourquoi les déséquilibres sont importants

Les déficits et excédents extérieurs ne sont pas nécessairement préoccupants. Les pays ont de bonnes raisons de les gérer à certains moments. Mais les économies qui empruntent trop et trop rapidement à l'étranger, en enregistrant des déficits extérieurs, peuvent devenir vulnérables aux arrêts soudains des flux de capitaux. Les pays courent également des risques en investissant trop de leur épargne à l'étranger compte tenu des besoins d'investissement dans leur pays. Le défi consiste à déterminer quand les déséquilibres sont excessifs ou présentent un risque. Notre approche se concentre sur la balance courante globale de chaque pays et non sur ses balances commerciales bilatérales avec divers partenaires commerciaux, car ces derniers reflètent principalement la division internationale du travail plutôt que des facteurs macroéconomiques.

Nous estimons qu'environ 40% des déficits et excédents du compte courant mondial étaient excessifs en 2019 et, comme ces dernières années, concentrés dans les économies avancées. Les soldes des comptes courants plus importants que justifiés se trouvaient principalement dans la zone euro (tirés par l'Allemagne et les Pays-Bas), les soldes des comptes courants inférieurs aux prévisions étant principalement présents au Canada, au Royaume-Uni et aux États-Unis. La position extérieure évaluée de la Chine est restée, comme en 2018, globalement conforme aux principes fondamentaux et aux politiques souhaitables, en raison des écarts politiques compensés et des distorsions structurelles.

Notre rapport propose des évaluations économiques individuelles des déséquilibres externes et des taux de change pour les 30 plus grandes économies. Au fil du temps, ces déséquilibres se sont accumulés, les stocks d'actifs et de passifs extérieurs atteignant désormais des sommets historiques, augmentant potentiellement les risques pour les pays débiteurs et créanciers. La persistance des déséquilibres mondiaux et les perceptions croissantes d'un terrain de jeu inégal pour le commerce ont alimenté des sentiments protectionnistes, conduisant à une montée des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine. Dans l'ensemble, de nombreux pays présentaient des vulnérabilités préexistantes et des distorsions de politique persistantes à l'approche de la crise.

COVID-19: Un choc externe intense

Avec l'économie mondiale toujours aux prises avec la crise du COVID-19, les perspectives extérieures sont très incertaines. Même si nous prévoyons une légère réduction des déséquilibres mondiaux en 2020, la situation varie à travers le monde. Les économies dépendantes de secteurs gravement touchés, tels que le pétrole et le tourisme, ou tributaires des envois de fonds, pourraient voir leur balance courante chuter de plus de 2% du PIB. Ces chocs externes intenses peuvent avoir des effets durables et exiger des ajustements économiques importants. Au niveau mondial, nos prévisions impliquent un resserrement plus limité des balances courantes qu'après la crise financière mondiale d'il y a dix ans, ce qui reflète en partie les déséquilibres mondiaux plus faibles avant la crise cette fois-ci que pendant les flambées des prix des logements et des actifs du milieu des années 2000 .

Au début de la crise du COVID-19, le resserrement des conditions de financement extérieur a provoqué des sorties de capitaux soudaines avec de fortes dépréciations monétaires dans de nombreux pays émergents et en développement. Les réponses de politique budgétaire et monétaire exceptionnellement fortes, en particulier dans les économies avancées, ont favorisé depuis lors une reprise de la confiance des investisseurs mondiaux, avec un certain relâchement des fluctuations initiales brutales des devises. Mais de nombreux risques subsistent, notamment de nouvelles vagues de contagion, des cicatrices économiques et une recrudescence des tensions commerciales.

Une autre crise financière mondiale pourrait déclencher davantage de retournements de flux de capitaux, de pressions sur les devises et augmenter encore le risque de crise extérieure pour les économies présentant des vulnérabilités préexistantes, telles que d'importants déficits courants, une part élevée de la dette en devises et des réserves internationales limitées. , comme souligné dans le chapitre analytique de cette année. Une aggravation de la pandémie du COVID-19 pourrait également perturber le commerce mondial et les chaînes d'approvisionnement, réduire les investissements et entraver la reprise économique mondiale.

Fournir des secours et rééquilibrer l'économie mondiale

Les efforts politiques à court terme devraient continuer à se concentrer sur la fourniture de bouées de sauvetage et la promotion de la reprise économique. Les pays dont les taux de change sont flexibles gagneraient à continuer de leur permettre de s’adapter aux conditions extérieures, lorsque cela est possible. Une intervention de change, si nécessaire et lorsque les réserves sont suffisantes, pourrait contribuer à atténuer les conditions de marché désordonnées. Pour les économies confrontées à des pressions perturbatrices sur la balance des paiements et sans accès au financement extérieur privé, les financements officiels et les lignes de swap peuvent aider à apporter un soulagement économique et à préserver les dépenses de santé critiques.

Les barrières tarifaires et non tarifaires au commerce devraient être évitées, en particulier sur le matériel et les fournitures médicaux, et les nouvelles restrictions récentes au commerce supprimées. L'utilisation des droits de douane pour cibler les balances commerciales bilatérales est coûteuse pour le commerce et la croissance, et tend à déclencher des mouvements de change compensatoires. Les droits de douane sont également généralement inefficaces pour réduire les déséquilibres extérieurs excessifs et les désalignements monétaires, ce qui nécessite de remédier aux distorsions macroéconomiques et structurelles sous-jacentes. La modernisation du système commercial multilatéral fondé sur des règles et le renforcement des règles sur les subventions et le transfert de technologie sont justifiés, notamment en élargissant le règlement sur les services et le commerce électronique et en garantissant un système de règlement des différends de l'OMC qui fonctionne bien.

À moyen terme, la réduction des déséquilibres excessifs de l’économie mondiale exigera des efforts conjoints de la part des pays excédentaires et déficitaires. Les distorsions économiques et politiques antérieures à la crise du COVID-19 pourraient persister ou s'aggraver, ce qui suggère la nécessité de réformes adaptées aux circonstances propres à chaque pays.

Dans les économies où les déficits excédentaires du compte courant avant la crise reflétaient des déficits budgétaires plus importants que ce qui est souhaitable (comme aux États-Unis) et où ces déséquilibres persistent, l'assainissement budgétaire à moyen terme favoriserait la viabilité de la dette, réduirait l'écart excédentaire du compte courant, et faciliter la levée de réserves internationales en cas de besoin (comme en Argentine). Les pays confrontés à des problèmes de compétitivité à l'exportation bénéficieraient de réformes visant à accroître la productivité.

Dans les économies où les excédents excédentaires du compte courant qui existaient avant la crise persistent, il est justifié d'accorder la priorité aux réformes qui encouragent l'investissement et découragent une épargne privée excessive. Dans les économies disposant d'une marge de manœuvre budgétaire restante, une politique budgétaire axée sur la croissance renforcerait la résilience économique et réduirait l'excédent de la balance courante. Dans certains cas, des réformes visant à décourager l'épargne de précaution excessive peuvent également être justifiées (comme en Thaïlande et en Malaisie), notamment en élargissant le filet de sécurité sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *