Décourager la fuite des capitaux peut aider à financer les priorités de développement de l'Afrique

De 2000 à 2015, environ 836 milliards de dollars de capitaux ont quitté le continent africain, selon un récent rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED). Cette soi-disant «fuite des capitaux» se produit le long de voies légales comme les envois de fonds et autres transferts ou par des moyens illégaux comme le blanchiment d'argent ou la fausse facturation. La fuite des capitaux est particulièrement prolifique en Afrique, à tel point qu'elle a fait du continent un créancier net du monde. Dans le même temps, l'argent qui quitte le continent diminue les recettes imposables perçues par le pays d'origine et rend plus difficile pour le secteur privé de répondre à ses besoins de financement. Réduire cette fuite de capitaux sous ses nombreuses formes pourrait ouvrir des ressources pour les dépenses consacrées aux priorités du développement humain telles que l'éducation et la santé.

Figure 1. Fuite des capitaux et perte de revenus due à l'évasion fiscale par région africaine

Figure 1. Fuite des capitaux et perte de revenus due à l'évasion fiscale par région africaine

Source: CNUCED (2020), «Lutter contre les flux financiers illicites pour le développement durable en Afrique»

Si une grande partie de la fuite des capitaux se produit légalement, elle peut également être de nature illégale. Les auteurs estiment qu'entre 34 et 59 pour cent de la fuite des capitaux provient d'une fausse facturation commerciale ou d'une déclaration délibérément erronée de la valeur, du volume ou des produits échangés. Dans le rapport, les auteurs estiment l'ampleur de la facturation erronée en comparant la valeur déclarée des marchandises exportées d'un pays à la valeur déclarée des importations correspondantes d'un autre pays. Si, en théorie, ces valeurs devraient être les mêmes, dans la pratique, il existe souvent de petites différences, car les entreprises exportatrices supportent des frais d'expédition et d'assurance lorsqu'elles exportent leurs marchandises. Dans le même temps, d'importants écarts commerciaux positifs – la différence entre les importations déclarées dans le pays de destination et les exportations déclarées dans le pays d'origine – pourraient être le signe d'une sous-facturation des exportations ou d'une sous-déclaration de la valeur des marchandises exportées. La sous-facturation des exportations est une source majeure de flux financiers illicites en Afrique, en particulier pour les produits de faible poids de grande valeur comme l'or, et est généralement utilisée pour échapper aux taxes.

Le rapport révèle que les pays peuvent avoir des écarts commerciaux positifs ou négatifs même à l'intérieur du continent. L'écart commercial intra-africain (exprimé en pourcentage de la valeur totale des exportations) varie considérablement d'un pays à l'autre (figure 2). À près de 50 pour cent, le Mali a le plus grand écart commercial négatif (c'est-à-dire que les exportations déclarées sont plus élevées que les importations déclarées) de tous les pays étudiés, ce qui pourrait être le résultat de la surévaluation des factures des entreprises pour bénéficier de subventions ou d'allégements fiscaux selon les auteurs . En effet, le deuxième pays le plus élevé, le Ghana, a un écart commercial négatif inférieur à la moitié de celui du Mali. D'un autre côté, plusieurs pays ont d'importants écarts commerciaux positifs, ce qui suggère qu'il peut y avoir une sous-facturation des exportations pour réduire leur charge fiscale. Le Bénin et le Togo ont tous deux des écarts commerciaux négatifs dépassant 30 pour cent.

Figure 2. Écart commercial intra-africain, 2000-2018

Figure 2. Écart commercial intra-africain, 2000-2018

Source: CNUCED (2020), «Lutter contre les flux financiers illicites pour le développement durable en Afrique»

L'excès de capitaux quittant le pays, qu'ils soient illicites ou non, a des conséquences sociales et économiques néfastes pour le pays d'origine. Réduire les fausses factures et encourager des formes d'investissement plus illiquides comme l'IED pourrait libérer de l'espace budgétaire pour financer les dépenses en faveur d'importantes priorités de développement humain, y compris les objectifs de développement durable. Fait important, le rapport note que les pays à forte fuite de capitaux se sont historiquement consacrés moins aux soins de santé et à l'éducation par habitant que les pays à faible niveau de fuite de capitaux (graphique 3).

Figure 3. Dépenses totales de santé et d'éducation, médiane par niveau de fuite des capitaux (Afrique)

Figure 3. Dépenses totales de santé et d'éducation, médiane par niveau de fuite des capitaux (Afrique)

Source: CNUCED (2020), «Lutter contre les flux financiers illicites pour le développement durable en Afrique»

Pour une discussion plus approfondie sur les flux financiers illicites et les flux de capitaux des marchés émergents plus largement, lisez «Flux financiers illicites en Afrique: moteurs, destinations et options politiques» ou «Flux de capitaux des marchés émergents et politique monétaire américaine». Pour plus d'informations sur le financement des objectifs de développement durable, voir «Approches pour une meilleure mobilisation des ressources pour financer les objectifs de développement durable de l'Afrique».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *