Croissance de la masse monétaire mondiale et grande fuite de l'inflation – AIER

argent, bombe, étincelle

Il est devenu évident au cours des derniers mois que le marché boursier et l'économie peuvent danser sur des airs très différents. Au cours d'une période d'un peu plus de trois mois, le Nasdaq 100 a non seulement récupéré d'une baisse de 32,5%, alors que les pires craintes émergeaient à propos de la pandémie mondiale – qui continue de infecter tragiquement plus de personnes chaque jour – mais qui a pris son record historique. à partir de février 2020.

Pendant ce temps, selon Nouriel Roubini, la «pandémie de coronavirus a provoqué le choc économique le plus rapide et le plus profond de l'histoire», tandis que Organisation internationale du travail estime que les heures de travail, dans le monde, ont diminué d'environ 10,7% au deuxième trimestre 2020 par rapport au quatrième trimestre 2019. Cela équivaut à 305 millions d'emplois à temps plein perdus.

Je crois que la principale raison de la reprise du marché boursier est l'énorme réponse budgétaire et monétaire des gouvernements et des banques centrales. Le décompte au 20 maie, calculé par le FMI, place le total mondial à 9 $. En Europe, cette relance a principalement pris la forme de prêts, de fonds propres et de garanties. Aux États-Unis, en revanche, le robinet budgétaire direct a été largement ouvert: –

Source: FMI

Masse monétaire et PIB

Pendant l’ère inflationniste des années 60, 70 et 80, les «économistes monétaristes», dirigés par Milton Friedman, ont gagné en importance, alors que les pays développés luttaient contre le fléau inflationniste. L'inflation a déstabilisé les économies des pays développés malgré les restrictions de l'accord de Bretton Woods et a finalement accéléré l'effondrement complet du Gold-Exchange Standard. Dans sa publication de 1970, La contre-révolution de la théorie monétaire, Freidman a fait valoir que: –

«L'inflation est toujours et partout un phénomène monétaire dans le sens où elle n'est et ne peut être produite que par une augmentation plus rapide de la quantité de monnaie que de la production.»

L'inflation, à laquelle Friedman fait allusion, peut prendre la forme d'une augmentation du prix des biens, des services ou même des actifs. La réaction récente des banques centrales et des gouvernements à la crise reflète à certains égards celle de 2008/2009. Les résultats sont manifestement évidents dans les données de masse monétaire: –

Source: Banque fédérale de réserve de Dallas, banques centrales nationales, Haver Analytics, Globalization Institute

En termes de masse monétaire, la réponse mondiale n'est pas encore tout à fait comparable à celle de la crise financière; cependant, la réponse américaine a été à la fois rapide et exceptionnelle. Le graphique ci-dessous montre l'augmentation rapide du total des soldes monétaires américains: –

Source: Réserve fédérale

La surveillance de la quantité d'argent dans un système économique est importante car argent s'arrête rarement; une fois déposé à la banque, il est rapidement mis à exécution. À cette occasion, je m'attends à ce qu'une proportion substantielle de la forte augmentation des soldes bancaires soit investie sur des marchés liquides plutôt que sur des prêts à long terme. Cette augmentation induite par l'angoisse dépôts à vue se traduit par une augmentation de la préférence de liquidité des nations. Il serait très prudent de la part des banquiers d'emprunter de manière trop agressive, à court terme, afin de prêter à long terme.

Dans l'environnement actuel, avec la montée du chômage – aux États-Unis, il a atteint 14,7% en avril – et les attentes d'une fin imminente du bien-être généreux des derniers mois, les particuliers et les ménages, qui peuvent se permettre de choisir, ont choisi d'épargner plutôt que de dépenser leur manne décrétée par l'État. À un moment donné, dans un proche avenir, ils devront peut-être effectuer un retrait rapide: –

Source: Réserve fédérale

L'augmentation de l'incertitude mondiale a vu la vitesse de l'argent s'effondrer davantage; néanmoins, des taux d'intérêt plus bas et des rendements obligataires plus faibles favorisent tous les deux les actions. À quel autre endroit peut-on obtenir un rendement acceptable en ayant la certitude que vous pouvez liquider votre investissement avec une relative facilité?

D'un point de vue monétaire, il existe une relation à long terme assez cohérente entre la croissance de la masse monétaire et la croissance du PIB nominal. Le graphique ci-dessous montre cette relation dans un large éventail d'économies développées et émergentes: –

Source: Institut de recherche monétaire internationale

Alors que le marché boursier et l'économie dansent actuellement sur des rythmes différents, il existe également une relation à long terme entre la croissance monétaire et la performance des actions. Globalement, les bénéfices des entreprises sont liés à la croissance économique et la croissance économique est corrélée à la taille de la base monétaire. À court terme, il peut y avoir des divergences importantes, mais, pour les gestionnaires de fonds professionnels, en dehors de ceux qui gèrent des fonds du marché monétaire, il n'y a jamais eu de grande incitation à détenir des soldes de trésorerie importants. Le tableau ci-dessous, tiré de Prix ​​de l'argent et des actifs en plein essor – Tim Congdon – AIE – 2005, montre le ratio de liquidité institutionnelle au Royaume-Uni entre 1973 et 2003: –

Sources: AIE, ONS et calculs de l'auteur

Ce graphique montre le pourcentage de trésorerie détenu par les compagnies d’assurances et les fonds de pension au cours des 30 années jusqu’en 2003. Au plus profond de la première crise pétrolière, cette «réserve de trésorerie» a atteint une précaution de 9%. Pendant le boom qui a précédé le krach boursier de 1987, la «liquidité en espèces» a glissé à un peu plus de 2,5%. La moyenne sur 30 ans était de 4,5%.

Depuis 2003, les taux d'intérêt ont considérablement baissé, faisant de la trésorerie un actif encore moins attrayant pour les gestionnaires de fonds; cependant, les ratios de liquidité (souvent imposés par les régulateurs gouvernementaux) restent un pilier prudentiel d'une saine gestion des actifs. Ils sont conçus pour assurer la solvabilité. Il est peu probable que le ratio de liquidité moyen ait considérablement diminué au cours des 17 dernières années.

Le principal aperçu du graphique ci-dessus est que, à mesure que la base monétaire augmente, le montant de liquidités disponibles pour les investisseurs institutionnels à allouer aux marchés d'actifs augmente également. Si le ratio de liquidité reste stable, les liquidités devraient affluer vers des actifs offrant un rendement attendu plus élevé. Avec de nombreuses obligations d'État offrant des rendements négatifs, même les actifs non productifs tels que l'or ou les actions de croissance, qui ne versent aucun dividende – et, dans de nombreux cas, n'ont aucun revenu – commencent à sembler séduisants.

L'incertitude mondiale atteignant des sommets générationnels, le ratio de la trésorerie par rapport aux autres actifs pourrait augmenter, mais avec une masse monétaire américaine M2 en hausse de 18% en avril et de 23% en mai – et la zone euro M3 pas loin derrière à 8,2% en avril et 8,9% en Mai – il n'est pas surprenant que les marchés boursiers semblent défier la gravité.

Bubble Logic

Si, comme le dit la rumeur selon laquelle Keynes aurait déclaré: « La bourse peut rester irrationnelle plus longtemps que je ne peux rester solvable », alors nous ne devons pas exclure la possibilité que nous Ludwig von Mises dénommé «boom du crack-up». Pour le marché boursier, que de nombreux observateurs de l'économie pense devrait être inquiétant de la morosité actuelle, les conditions sont, en fait, mûres pour une bulle.

Comme pour toutes les périodes irrationnelles, il est important d'être à l'affût des signes de danger. Voici quelques observations: –

  • Les bulles défient la gravité; ils ne prêtent aucune attention à la logique économique.
  • L'assouplissement monétaire gonfle souvent une bulle, mais une fois que la bulle est en cours, la phase initiale de resserrement monétaire ou budgétaire ne fait pas grand-chose pour endiguer la spéculation.
  • Les événements, plutôt que les banques centrales, arrêtent souvent brutalement les bulles. Un échec, une fraude, un défaut sont des coupables beaucoup plus courants que le léger coup de coude des banquiers centraux.
  • Lorsqu'une bulle se gonfle, les évaluations ne sont pas pertinentes. Une fois qu'elle éclate, une bonne évaluation de la valeur peut être tout ce qui sauve un investisseur de la ruine.

Réduire l'inflation

Le chômage aux États-Unis atteignant des niveaux sans précédent depuis la Grande Dépression et la moyenne harmonisée de l'OCDE à son plus haut niveau depuis deux décennies, il semble peu probable que les dépenses de consommation rebondissent trop rapidement. Cependant, si le marché boursier est en plein essor, les riches en actifs se sentiront plus riches et leurs dépenses diminueront. Parallèlement, les goulets d’étranglement et le «re-shoring» mondial pour renforcer les chaînes d’approvisionnement rendront un certain nombre de biens relativement rares. Une augmentation modeste de la demande pourrait déclencher une augmentation significative du niveau des prix à la consommation.

Voici un graphique du chômage aux États-Unis, dans l'UE et dans l'OCDE depuis 2000: –

Source: OCDE

Pour faire bonne mesure – et malgré la hausse du chômage – voici l'indice IPC sur la même période: –

Source: OCDE

Que feront les banquiers centraux face à un chômage élevé et à une hausse des prix? Je dirais que nous sommes entrés dans une nouvelle ère de «domination fiscale». Les banques centrales ne sont théoriquement indépendant. J'ai suggéré précédemment que leur principale raison d’être est de contribuer au financement des obligations de leurs gouvernements. La gestion de la monnaie, la fixation des taux d'intérêt nationaux et le maintien du plein emploi sont complémentaires.

Je soupçonne, craignant de répéter les erreurs commises par la Banque du Japon, qu'une fois que le génie de l'inflation sera enfin sorti de la bouteille, les banquiers centraux abandonneront les leçons durement apprises des années 1970 et 1980 et permettront à l'inflation de conjurer les déficits budgétaires de leurs gouvernements aux dépens des retraités et autres investisseurs à long terme. Le graphique ci-dessus de l'inflation IPC reste peu concluant, mais une évolution structurelle vers des prix plus élevés pour les biens et services est peut-être déjà en cours.

Conclusions

La croissance de la masse monétaire s'est accélérée rapidement à la suite de la pandémie de COVID-19; cependant, aux États-Unis, il augmentait déjà rapidement et pourrait avoir contribué à pousser les actions américaines à de nouveaux sommets en 2019 et au début de 2020. Maintenant, après une correction importante et l'ajout de quelque 9 millions de dollars de liquidité monétaire et fiscale, de nombreux marchés boursiers , mais surtout la technologie lourde Nasdaq 100, ont retrouvé une grande partie de leur ancien sang-froid.

La pandémie de COVID fait toujours rage et les craintes d'une deuxième vague d'infection continuent de colorer les décisions politiques des gouvernements du monde entier. De nouvelles mesures de relance budgétaire et monétaire devraient être prévues, l'accent étant mis sur l'emploi. L'épargne des ménages a augmenté de façon spectaculaire en réponse à une forte augmentation du chômage. Comme le montre le graphique ci-dessous, les soldes de trésorerie gonflés, principalement par des personnes à revenu élevé, sont, au moins partiellement, recyclés par les banques. Cette liquidité alimente l'investissement qui peut déclencher une bulle irrationnelle des stocks, suivie, alors que les dépenses discrétionnaires à revenu plus élevé reviennent à la normale, par un boom inflationniste plus général: –

Source: Hedgeye

Les dépenses de consommation pendant le verrouillage se sont concentrées sur Besoins plutôt que veut, mais lorsque le nouveau normal les retours, il y aura moins de débouchés pour les dépenses et le coût de la prestation de ces services augmentera inévitablement. Les restaurants, par exemple, seront moins nombreux et factureront des prix plus élevés pour compenser la baisse de capacité due à l'éloignement social.

Avec les élections américaines de novembre, il semble peu probable que la Réserve fédérale emporter le bol à punch bientôt. La politique budgétaire américaine a été la plus agressive des pays développés. Les actions américaines ont dominé l'Europe et l'Asie, mais les gouvernements de la zone euro ont également engagé des politiques qui augmenteront considérablement leur base monétaire. Les économies mondiales sont à genoux et les actions sont proches de leurs sommets.

Le maintien du niveau de l'emploi plutôt que de l'inflation est devenu partout l'objectif de la politique officielle. La relance se poursuivra jusqu'à ce que l'emploi retrouve son niveau d'avant la crise et qu'il reste un surendettement colossal pour tempérer les tendances inflationnistes, mais il existe un danger réel et actuel que, dans le processus de retour de l'économie à le plein emploi, l'inflation des prix à la consommation s'en ira.

Colin Lloyd

colin-lloyd

Colin est un commentateur, écrivain et présentateur macroéconomique, basé à Londres, en Angleterre. Il a travaillé pour des gestionnaires d'actifs dans les matières premières, les marchés monétaires, les marchés des capitaux, les actions et le change depuis le début des années 1980 et écrit à long terme. Il a contribué à plusieurs publications sur le marché libre, dont The Cobden Center, et a été finaliste en 2017 pour le prix décerné Richard Koch 2017 décerné par l'Institute of Economic Affairs.

Soyez informé des nouveaux articles de Colin Lloyd et AIER. SOUSCRIRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *