Crise? Quelle crise? COVID-19 et la reprise inattendue du commerce régional en Afrique de l'Est

Au début de la pandémie COVID-19, l'ampleur de la perturbation économique causée par les mesures de verrouillage était telle qu'on parlait beaucoup de l'effondrement du commerce mondial. Au milieu des verrouillages, en avril, l'Organisation mondiale du commerce a estimé que la baisse se situerait entre 13 et 32 ​​pour cent. Dans le même ordre d'idées, la CNUCED prévoyait une baisse de 20 pour cent du commerce mondial en 2020.

Cependant, des statistiques commerciales récemment publiées dans le monde révèlent que ces prévisions étaient peut-être trop pessimistes et sous-estimaient la résilience relative du système commercial mondial. En fait, en juin, après plusieurs mois de fortes baisses, les volumes commerciaux ont enregistré leur plus forte hausse mensuelle jamais enregistrée, avec une augmentation de 7,6%. L'Afrique de l'Est est peut-être en train de masquer ces tendances mondiales.

Le Kenya, le plus grand négociant régional, est un bon baromètre des tendances plus larges de l'Afrique de l'Est. Le pays a d'abord été très durement touché en termes de baisse des volumes commerciaux, avec une baisse de 19% du volume total des échanges en avril. Comme nous l'avons averti dans notre précédente note d'orientation de Brookings, les réexportations vers le reste de la région ont été extrêmement durement touchées, avec une baisse de 83% en avril. Depuis juin, cependant, le volume total des échanges a commencé à se redresser rapidement, avec une augmentation de 9 pour cent en juin et de 12 pour cent en juillet (tableau 1). De plus, l'histoire est similaire si l'analyse est entreprise en utilisant des variations en pourcentage d'une année sur l'autre.

Tableau 1. Commerce kenyan, variation mensuelle en pourcentage, janvier-juillet 2020

Exportations totales Réexportations Importations totales Volume de
Commerce
20 janvier 24% 41% 0% 5%
20 février 15% 128% -14% -7%
20 mars 6% 12% 3% 4%
20 avril -33% -83% -13% -19%
20 mai 9% 113% -9% -4%
20 juin 2% -35% 12% 9%
20 juil. 8% 79% 14% 12%

La source: Bureau national des statistiques du Kenya, 2020

Signes forts de reprise

Les exportations kényanes se sont révélées particulièrement résistantes pendant cette crise. Si nous prenons les seules données relatives aux «exportations nationales» (c'est-à-dire en soustrayant la réexportation de marchandises vers d'autres pays), il est clair que les performances à l'exportation ont été extrêmement volatiles, avec un pic mensuel record des recettes d'exportation en mars, suivi par une forte baisse en avril / mai. Cependant, en juillet, les exportations nationales étaient de 12,7 pour cent plus élevées qu'en juillet de l'année précédente (graphique 1, partie A). Plus précisément, bien que la grande industrie kényane des fleurs coupées ne se soit pas encore complètement rétablie, les exportations saisonnières de thé, de fruits et de légumes ont extrêmement bien résisté, en partie grâce aux mesures gouvernementales visant à protéger ces secteurs des effets négatifs des verrouillages. Parmi les mesures prises, il y avait la limitation du secteur du thé des restrictions à la mobilité afin de minimiser la perturbation des exportations; le rééquipement de certains avions de passagers pour pouvoir transporter du fret; et la création de laboratoires mobiles pour les tests transfrontaliers afin de faciliter les échanges commerciaux avec la Tanzanie.

L’autre caractéristique marquante de la performance commerciale du Kenya tout au long de la crise du COVID-19 est que les exportations vers le reste de la Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE) se sont en effet rétablies très rapidement (figure 1, panneaux B, C et D). Dans notre précédente note de synthèse Brookings analysant les données jusqu'en mai, nous avons signalé avec une certaine inquiétude l'effondrement apparent du commerce intra-régional, comme en témoigne la forte baisse des réexportations du Kenya vers le reste de la région. En juillet, cependant, les exportations vers l'Ouganda et le Rwanda avaient dépassé leurs pics d'avant COVID-19, et les réexportations vers la Tanzanie se sont également fortement accélérées. Notamment, l'image de la reprise est largement confirmée par les données récemment publiées par la Banque d'Ouganda. Les performances à l'exportation et à l'importation se sont redressées et les exportations de café ougandais ont presque atteint un sommet historique en juillet, malgré des prix du café relativement bas sur les marchés internationaux.

Figure 1. Modèles de commerce – Kenya par rapport aux autres pays de la CAE

Figure 1. Modèles de commerce - Kenya par rapport aux autres pays de la CAE
Source: Auteurs, à partir des données de la Kenya National Bank of Statistics.
Remarque: la zone grisée représente la période de la pandémie de COVID-19. Les lignes pointillées sont des moyennes mobiles sur 3 mois.

Au départ, les mesures visant à empêcher la propagation du COVID-19 à travers les frontières, telles que les tests COVID-19 obligatoires sur les chauffeurs de camion, ont provoqué une perturbation à grande échelle du commerce est-africain. Mais le rebond ultérieur du commerce intra-régional témoigne de l'efficacité des mesures prises par les gouvernements nationaux et le Secrétariat de la CAE pour assurer le bon fonctionnement des couloirs de transport, ainsi que des initiatives comme la Facilité d'urgence pour la sécurité du commerce de 20 millions de dollars de TradeMark East Africa (STEF ) et le soutien de la GIZ aux laboratoires mobiles, aux kits de test et aux équipements de protection individuelle à la Communauté de l'Afrique de l'Est.

Implications pour les stratégies de reprise économique en Afrique de l'Est

En résumé, malgré la profondeur de la crise économique précipitée par la pandémie COVID-19, depuis mai 2020, le commerce intra-régional en Afrique de l'Est a montré une résilience significative avec une corrélation positive notable avec les mesures mises en place pour protéger les couloirs de transport de graves perturbations.

Si la reprise du commerce en forme de V est encourageante, les économies est-africaines ne sont pas encore sorties du bois. Trois conclusions politiques ressortent:

  1. La crise est loin d'être terminée. Les gouvernements de la région, en particulier ceux du Burundi, du Rwanda, du Soudan du Sud et de l'Ouganda sans littoral, devraient continuer à maintenir des mesures exceptionnelles soutenir le commerce transfrontalier et un environnement commercial favorable, en particulier pour le commerce intra-régional.
  2. Protéger les principaux secteurs d'exportation de l'impact négatif de toute mesure liée au COVID-19 est essentielle. Le Kenya a montré qu'il était possible de maintenir les chaînes de valeur opérationnelles et de protéger les secteurs stratégiques contre les effets négatifs. Le maintien des recettes d'exportation, à un moment de pénurie croissante de devises, est également un impératif macroéconomique.
  3. Enfin, un domaine dans lequel les mesures politiques ont été moins efficaces est d'éviter l'effondrement du commerce informel transfrontalier. Tant que la libre circulation des personnes ne sera pas rétablie, il est peu probable que les communautés frontalières dépendant de ce commerce se rétablissent. Les communautés transfrontalières – en particulier les femmes commerçantes qui représentent l'essentiel du commerce informel – sont toujours très vulnérables à cette crise et continuera d'avoir besoin d'un soutien supplémentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *