COVID-19 va-t-il créer une nouvelle flambée de pauvreté dans les Balkans occidentaux?

Les Balkans occidentaux devraient entrer dans une forte récession en 2020, le PIB devrait se contracter dans les six pays entre 3 et 11%. Il ne fait aucun doute que les répercussions économiques de la pandémie de coronavirus affecteront la santé, les revenus, l’éducation et l’emploi des gens. Mais dans quelle mesure l'impact de COVID-19 sur la pauvreté sera-t-il aigu dans les Balkans occidentaux?

Le rapport économique régional de la Banque mondiale estime qu'en l'absence de réponses du gouvernement, plus de 400 000 personnes dans la région pourraient tomber dans la pauvreté (sur la base d'un seuil de 5,50 $ (PPA 2011) par personne et par jour), et la part du milieu et les classes supérieures (avec des revenus supérieurs à 5,50 $ (PPA 2011) par personne et par jour) diminueraient considérablement dans la région, entre 2 et 10 points de pourcentage selon le pays et la durée de la crise. Beaucoup de ceux qui s'appauvrissent ne recevront pas de soutien de la protection sociale à moins que les programmes ne soient élargis, et les travailleurs informels qui n'ont pas accès à l'assurance-chômage et à d'autres formes de soutien sont particulièrement menacés.

Figure 1. Sans réponses politiques soigneusement conçues, la crise du COVID-19 pourrait plonger une grande partie des personnes vulnérables dans la pauvreté

Les répercussions économiques de la pandémie se feront principalement sentir par les pertes de revenu du travail. La perte d'emplois devrait être sans précédent et généralisée. En 2019, 190 000 nouveaux emplois ont été créés dans les Balkans occidentaux et le chômage est tombé à 13,4%, soit 2,3 points de pourcentage de moins qu'en 2018. Fin avril 2020, cependant, 40% des gains de l'année dernière en matière de réduction du chômage dans la région avait déjà été inversé. Le marché du travail pourrait encore se dégrader au cours des prochains mois, car davantage d'entreprises manqueront d'épargne et s'adapteront à une nouvelle normalité, avant que les marchés du travail ne commencent à se redresser au début de l'année prochaine. La perte de revenu prolongée pourrait nuire à la capacité des ménages pauvres d'investir dans l'apprentissage, la nutrition et la santé des enfants et des mères, avec de graves conséquences à long terme qui peuvent prendre des années à se remettre.

Pour réduire les impacts sociaux de la crise, les gouvernements des six pays ont introduit des mesures pour soutenir les ménages et les entreprises. Au cours des premiers mois de la crise, ils se sont concentrés sur le renforcement des systèmes de santé publique, l'aide aux entreprises pour sauver des emplois et l'expansion rapide des programmes de soutien aux pauvres et aux chômeurs. Alors que l'impact social de la crise commence à se déployer, les pays devraient continuer de se concentrer sur le soutien aux ménages pauvres et vulnérables touchés par le choc grâce à des mesures d'assistance sociale et d'assurance sociale élargies, tout en améliorant l'efficacité de ces mesures et en adaptant les prestations aux assurer leur viabilité budgétaire.

Les pays doivent également commencer à regarder au-delà de l'impact immédiat et vers la reprise et la résilience à long terme. La crise représente une opportunité d'apporter des changements structurels qui renforcent les systèmes de protection sociale et améliorent leur rentabilité, afin qu'ils puissent mieux protéger les personnes vulnérables contre les crises futures qui se produiront inévitablement. Par exemple, la mise en place de registres sociaux efficaces pour faciliter l'enregistrement et améliorer le ciblage permet aux programmes de transferts monétaires de réagir plus rapidement et de manière plus rentable aux crises. De plus, le type d'emplois perdus ne leur sera pas nécessairement accessible à nouveau, ce qui souligne la nécessité de stimuler les programmes actifs du marché du travail pour recycler de nombreux demandeurs d'emploi.

À l'avenir, les gouvernements des Balkans occidentaux devront investir dans le processus de relance et améliorer leur résilience face aux crises futures. S'il sera important de continuer à soutenir les programmes ciblant la pauvreté et les chômeurs, il y aura des compromis de financement clairs dans l'allocation des ressources rares. Les calculs préliminaires suggèrent, par exemple, que si le taux de chômage devait doubler en Macédoine du Nord et que les prestations devaient être prolongées de deux mois, le coût supplémentaire de l'aide au chômage à lui seul serait de plus de 70 millions d'euros sur une base annuelle; mais les allocations de chômage ne sont qu'un des nombreux instruments nécessaires pour soutenir la reprise et doivent partager un espace budgétaire limité avec des mesures de récupération tout aussi importantes telles que des filets de sécurité, des subventions salariales et un soutien aux entreprises. Il sera donc essentiel d'améliorer l'efficacité du programme et de hiérarchiser les dépenses avec des objectifs clairs à l'esprit, en trouvant un juste équilibre entre le soutien aux ménages et aux entreprises pendant le processus de relance tout en garantissant la viabilité budgétaire.

Ce blog est basé sur le travail effectué dans le cadre du rapport économique régulier des Balkans occidentaux du printemps 2020, en particulier La pauvreté, Protection sociale, et La main d'oeuvre notes d'accompagnement, préparées par Leonardo Lucchetti, Alicia Marguerie, Karla McEvoy, Ana Maria Oviedo, Gonzalo Reyes, Jamele Rigolini, Sanja Madžarević-Šujster, Trang Van Nguyen et Jayne Jungsun Yoo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *