COVID-19 nuit aux attitudes des consommateurs – AIER

L'indice de confiance des consommateurs du Conference Board a chuté
fortement en mars, en baisse de 12,6 points à 120,0, le niveau le plus bas depuis juillet
2017. L'indice est construit de manière à ce qu'il soit égal à 100 en 1985 (voir le graphique du haut).

Les deux composantes ont également connu des baisses pour le mois. le
la composante de la situation actuelle est tombée à 167,7 contre 169,3, ce qui correspond à peu
Lecture de juillet 2018 du 166.1. La moyenne sur deux ans de cet indice est de 168,8
(voir à nouveau le graphique du haut).

La composante attentes a perdu 19,9 points, la portant à 88,2
de 108,1 le mois précédent. Les attentes se situent désormais au niveau le plus bas depuis
Octobre 2016 (voir graphique du haut). Selon le rapport, «la confiance des consommateurs
a fortement diminué en mars en raison d'une détérioration des perspectives à court terme. le
L'indice de situation actuelle est resté relativement solide, reflétant une économie
qui était sur une base solide, et avant la récente flambée du chômage
réclamations. Cependant, l'intensification du COVID-19 et l'extrême volatilité du
les marchés financiers ont accru l'incertitude quant aux perspectives économiques
et les emplois. Le recul de la confiance en mars correspond davantage à une
contraction – plutôt qu’un choc temporaire – et de nouvelles baisses ne manqueront
suivre. »

Les résultats du Conference Board sont conformes à la
résultats de l'Université du Michigan. Le dernier mois de mars résulte de la
Les enquêtes auprès des consommateurs de l'Université du Michigan montrent que le sentiment général des consommateurs
a fortement chuté par rapport au résultat final de février. Le sentiment des consommateurs a diminué à 89,1
en mars, contre 101,0 en février, une baisse de 11,8% (voir graphique du bas).
Il y a un an, l'indice est en baisse de 9,5%. Le sentiment des consommateurs a été
assez volatile au cours de la dernière année, mais se maintient généralement
des niveaux favorables. Étant donné la flambée sans précédent des licenciements récemment,
il est peu probable que cela continue.

Les deux sous-indices ont également enregistré de fortes baisses en mars.
Premièrement, l'indice des conditions économiques actuelles a chuté à 103,7 contre 114,8 en février
(voir tableau du bas). C'est une baisse de 9,7% pour le mois et de 8,5%
diminuer à partir de mars 2019.

Le deuxième sous-indice – celui des attentes des consommateurs,
les indicateurs avancés de l'AIER – ont chuté de 12,4 points ou 13,5% pour le mois et
est de 10,2 pour cent inférieur à l'année précédente. La baisse de 12,4 points était l'une des
huit baisses de plus de 10 points depuis 1995. L'indice s'est établi à 79,7 en mars
contre 92,1 en février. Il s'agit du niveau le plus bas depuis octobre 2016 (voir en bas
graphique).

Selon le rapport, «stabiliser la confiance à son
le niveau de fin de mois sera difficile compte tenu de la montée du chômage et de la
revenus des ménages. L'ampleur des baisses supplémentaires en avril dépendra
le succès de la réduction de la propagation du virus et la rapidité avec laquelle les ménages
recevoir des fonds pour soulager leurs difficultés financières. Atténuer le négatif
les impacts sur la santé et les finances peuvent freiner la montée du pessimisme, mais
produire de l'optimisme.  » En outre, le rapport
a déclaré: «Pour éviter une récession prolongée, les politiques économiques doivent
vers une nouvelle ère qui réorganisera les priorités de dépenses et d'épargne des consommateurs
ainsi que les rôles relatifs des secteurs public et privé aux États-Unis
économie. »

Globalement, le sentiment des consommateurs demeure
niveaux historiquement élevés malgré une forte baisse mensuelle. Cependant, la forte
l'augmentation récente des licenciements devrait entraîner de nouvelles baisses marquées.
Les efforts de relance peuvent aider à court terme mais, en fin de compte, battre COVID-19
et ramener la vie à la normale est le seul moyen d'augmenter durablement la
l'économie et le sentiment des consommateurs.

Robert Hughes

listpg_hughes

Robert Hughes a rejoint AIER en 2013 après plus de 25 ans d'études de marchés économiques et financiers à Wall Street. Bob était auparavant chef de la stratégie d'actions mondiales pour Brown Brothers Harriman, où il a développé une stratégie d'investissement en actions combinant une analyse macro descendante avec des principes fondamentaux ascendants. Avant BBH, Bob était stratège principal des actions pour State Street Global Markets, stratège économique principal chez Prudential Equity Group et économiste principal et analyste des marchés financiers pour Citicorp Investment Services. Bob est titulaire d'une maîtrise en économie de l'Université Fordham et d'un BS en commerce de l'Université Lehigh.

Soyez informé des nouveaux articles de Robert Hughes et AIER. SOUSCRIRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *