COVID-19 déclenche-t-il une nouvelle crise des marchés émergents?

Les économies émergentes ont reçu peu d'attention dans le débat économique concernant la pandémie de COVID-19, mais les performances de leurs principaux indicateurs de marché, principalement la dette souveraine, les devises et les actions, indiquent une profonde détérioration. Les périodes de crise entraînent souvent une fuite des capitaux des marchés émergents, les investisseurs recherchant des actifs refuges, tandis que les effets localisés de la maladie et l'effondrement du prix de certains produits clés ont également été préjudiciables. Plus inquiétant, cela semble être le début de la tempête, et les économies émergentes ont beaucoup moins de marge de manœuvre budgétaire et monétaire.

COVID-19 n'a pas encore touché la plupart des économies de marché émergentes (EME) dans la mesure où il a affecté l'Union européenne et les États-Unis. La Chine et l'Iran sont des exceptions. Néanmoins, la récession mondiale naissante et la contagion généralisée du marché ont déjà entraîné une détérioration substantielle des indicateurs macroéconomiques et financiers des pays émergents.

À partir de la troisième semaine de février 2020, la plupart des pays émergents ont connu une augmentation des tensions sur le marché (figures 1-4). Les conditions du marché se sont encore détériorées au cours des deux premières semaines de mars lorsque la profondeur des dommages économiques au-delà de l'Asie de l'Est est devenue plus évidente.

La figure 1 montre l'écart (en points de base) entre les obligations d'État à 10 ans libellées en dollars et les obligations du Trésor américain à 10 ans, pour certains pays. Les obligations sont évaluées en dollars et ne sont donc pas soumises aux fluctuations des taux de change, mais l'affaiblissement des devises des marchés émergents a accru le risque perçu de défaut et peut être considéré comme le principal déterminant des fluctuations. La figure 2 montre les swaps sur défaillance de crédit (CDS), qui reflètent la probabilité de défaillance déterminée par le marché. La corrélation entre les CDS et les spreads est sans surprise élevée, car les deux reflètent des changements dans la confiance relative des marchés dans la solvabilité souveraine de chaque pays.

Pour tous les pays analysés, les écarts par rapport aux bons du Trésor américain ont augmenté, ce qui donne une bonne indication de l'aversion au risque croissante et de la crainte d'un défaut souverain. Les CDS ont présenté un schéma similaire.

La figure 3 présente des données sur la dépréciation du taux de change par rapport au dollar. Au Brésil, en Colombie, en Uruguay et en Afrique du Sud, la dépréciation a dépassé 15%, tandis qu'en Russie et au Mexique, elle a dépassé 20%. Cette dépréciation substantielle, si elle n'est pas inversée rapidement, pourrait avoir de graves conséquences inflationnistes. Cependant, il est important de noter que, contrairement aux spreads et aux CDS, les différences de dépréciation des taux de change entre les pays reflètent non seulement les vulnérabilités propres aux pays, mais également les variations des régimes de taux de change. Les pays à taux de change fixes ou à flotteurs fortement gérés n'ont pas enregistré de changements dans les taux de change de leurs devises, ou ont enregistré des changements limités (par exemple, les pays du Golfe et plusieurs pays asiatiques). Dans ces cas, les pressions du marché ont entraîné une intervention de la banque centrale sur les marchés des changes et une diminution des réserves internationales (le manque de données à court terme sur l'évolution des réserves internationales ne permet pas d'analyser ce type d'effets).

Enfin, la figure 4 montre l'évolution des indices boursiers. Bien que leur déclin semble à première vue significatif, il est largement conforme (ou même plus faible) à ce qui a été observé dans les économies avancées (par exemple, l'Eurostoxx 50, le principal indice européen, a chuté d'environ 35% au cours de la même période). période de temps). Cependant, les marchés boursiers des pays émergents sont souvent moins liquides que ceux des économies avancées, ce qui pourrait limiter l'effet auquel ils reflètent de véritables évaluations de marché.

Facteurs spécifiques aux pays et aux pays

Tous ces changements dans les indicateurs macroéconomiques et financiers reflètent une sortie massive de capitaux des pays émergents, plus importante que lors des autres chocs mondiaux depuis 2008 (voir Lanau et Fortun, 2020 et figure 5). L'aversion accrue au risque et l'incertitude mondiale provoquée par la pandémie de COVID-19 ont poussé les investisseurs à déplacer leurs capitaux des actifs des marchés émergents vers ce que l'on appelle des valeurs refuges (par exemple, les bons du Trésor américain).

Figure 5: Flux cumulés des portefeuilles de non-résidents vers les économies émergentes en période de chocs mondiaux, en nombre de jours, en milliards de dollars EU

Source: Lanau et Fortun (2020).

Outre le niveau mondial, il existe des facteurs régionaux et spécifiques à chaque pays. En dépit d'être l'épicentre d'origine de la pandémie, la Chine n'a pratiquement pas été affectée selon les paramètres analysés. D'autres pays d'Asie de l'Est et du Sud, à l'exception de l'Indonésie et des Philippines, ne semblent avoir été que légèrement touchés. Cela pourrait refléter à la fois l'intégration incomplète de leurs marchés financiers et la perception qu'ont les marchés de leurs fondamentaux macroéconomiques relativement solides. En Europe de l'Est, la Hongrie, la Pologne et la Roumanie ont également été légèrement touchées. Ici, l'adhésion à l'UE semble servir comme une sorte d'assurance.

Les producteurs de produits de base ont également été touchés par la baisse des prix, toujours de la même manière qu'en 2008-2009. L'effondrement de l'entente OPEP-plus début mars 2020 a fait baisser encore le prix déjà en baisse du pétrole brut (Poitiers et Domínguez-Jiménez, 2020). Cela se reflète dans la détérioration considérable des indices de marché enregistrée par des pays comme le Mexique, la Russie, le Nigéria, la Colombie, le Brésil et l'Indonésie.

Enfin, les pays qui ont déjà eu des problèmes de stabilité macroéconomique et financière (par exemple, l'Argentine, le Costa Rica, le Nigéria, le Pakistan, la Turquie et l'Ukraine) ont été plus durement touchés que d'autres. Ici, on peut faire une analogie avec les patients atteints d'une maladie préexistante qui sont plus à risque s'ils sont infectés par un coronavirus.

Que pourrait-il arriver et que devrait-on faire?

Ce n'est peut-être que le début de la tempête. Au cours des semaines et des mois à venir, les turbulences macroéconomiques et financières pourraient se poursuivre et s'intensifier en raison de la récession aux États-Unis et en Europe, de l'augmentation du nombre de cas de COVID-19 dans les économies émergentes, de la perturbation potentielle des chaînes d'approvisionnement et de la baisse de la demande de biens et services produits par EME (tourisme, par exemple). L'assouplissement de la politique monétaire dans les économies avancées, en particulier aux États-Unis, et les échanges de lignes entre le système de réserve fédéral américain et certaines banques centrales des pays émergents, pourraient fournir un coussin partiel.

La plupart des économies émergentes devraient être extrêmement prudentes avec leurs propres mesures monétaires et fiscales. Leur marge de manœuvre macroéconomique est plus limitée par rapport aux économies avancées en raison de la crédibilité limitée des devises des marchés émergents (Dabrowski, 2016). Une stimulation trop agressive pourrait déclencher une fuite des capitaux et une substitution de devises. L'aide financière devrait provenir, au moins en partie, de l'extérieur.

Il s'agit là d'une mission principale du Fonds monétaire international, qui devrait être prêt à fournir une aide financière immédiate aux pays émergents en difficulté, comme il l'a fait de 2008 à 2010. Cette fois, le FMI semble être suffisamment financé (avec environ 1 billion de dollars (près de 80 pays ont déjà demandé son soutien (Georgieva, 2020).

Le G20 a également un rôle à jouer. Il peut apporter une réponse politique coordonnée à la crise et lutter contre le protectionnisme et d'autres politiques de mendiant-voisin, comme il l'a fait de 2008 à 2010 (Bery et al, 2019).

Si les économies émergentes s'enfoncent plus profondément dans le chaos macroéconomique et financier, cela amplifiera un choc négatif pour l'ensemble de l'économie mondiale, y compris les économies avancées et leurs secteurs financiers.

Les références

Bery, S., F. Biondi et S. Brekelmans (2019) «Vingt ans du G20: a-t-il changé la gouvernance économique mondiale?», Journal russe d'économie 5 (4): 402-440, DOI 10.32609 / j.ruje.5.49435

Dabrowski, M. (2016) «Noyau et périphérie: différentes approches de la politique monétaire non conventionnelle», Blog Bruegel, 24 mai, https://www.bruegel.org/2016/05/core-and-periphery-different-approaches-to-unconventional-monetary-policy/

Georgieva, K. (2020) «Déclaration de la Directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, à la suite d'un appel ministériel du G20 sur l'urgence du coronavirus», Communiqué de presse du FMI N ° 20/98, 23 mars, https://www.imf.org/en/News/Articles/2020/03/23/pr2098-imf-managing-director-statement-following-a-g20-ministerial-call -sur-le-coronavirus-urgence

Lanau, S. et J. Fortun (2020): «The COVID-19 Shock to EM Flows», Vues économiques, Institute for International Finance, 17 mars, https://www.iif.com/Portals/0/Files/content/EV_03172020.pdf

Poitiers, N. et M. Domínguez-Jiménez (2020) « COVID-19 et collusion brisée: l'effondrement des prix du pétrole est un autre avertissement pour la Russie », Blog Bruegel, 19 mars, https://www.bruegel.org/2020/03/covid-19-and-broken-collusion-the-oil-price-collapse-is-one-more-warning-for-russia/


Republication et référencement

Bruegel se considère comme un bien public et ne prend aucun point de vue institutionnel. Tout le monde est libre de republier et / ou de citer ce message sans consentement préalable. Veuillez fournir une référence complète, en indiquant clairement Bruegel et l'auteur concerné comme source, et inclure un hyperlien proéminent vers le message d'origine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *