COVID-19, allègement de la dette et mises à jour politiques

Mise à jour COVID-19

Alors que COVID-19 continue de se propager dans certaines régions d'Afrique, d'autres pays cherchent à s'ouvrir. Au moment d'écrire ces lignes, l'Afrique a enregistré plus de 275 000 cas et plus de 7 00 décès, bien que les tests restent relativement bas. Les experts ne croient pas, cependant, que l'Afrique est encore hors des bois: plus tôt cette semaine, le directeur régional de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'Afrique, le Dr Matshidiso Moeti, a averti: «Même si ces cas en Afrique représentent moins de 3% du total mondial, il est clair que cette pandémie s'accélère. »

Les expériences de lutte contre le virus restent mitigées, avec des cas en augmentation au Cameroun, au Ghana et en Côte d’Ivoire, mais très peu de nouveaux cas dans des pays comme la Gambie et la Namibie. Le Nigéria a annoncé qu'il retarderait l'ouverture des lieux de culte à Lagos, et le Soudan prolonge son verrouillage à Khartoum. En Tanzanie, où le président John Magufuli a adopté une stratégie de réouverture agressive et a critiqué les responsables locaux de la santé pour avoir gonflé les chiffres COVID-19 du pays, qui continuent d'augmenter, de plus grands rassemblements sociaux, y compris les mariages et les écoles, seront autorisés à partir du 29 juin.

Les restrictions sur les voyages dans la région varient également considérablement. En Afrique de l'Ouest, où de nombreux pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) ont imposé diverses restrictions au franchissement des frontières, les ministres des pays de la CEDEAO ont proposé une réouverture progressive des frontières à partir du début juillet. En Afrique de l'Est, où certains pays ont imposé des restrictions aux frontières et soumis les conducteurs de camions tout terrain à des tests COVID-19 obligatoires, la Communauté de l'Afrique de l'Est a annoncé qu'elle commencerait à utiliser des certificats numériques sans COVID-19 pour lutter contre l'utilisation de faux documents pour voyager dans la région.

Malgré le nombre le plus élevé et toujours croissant de cas, l'Afrique du Sud continue d'aller de l'avant avec sa stratégie de réouverture. Dans cette prochaine étape, les entreprises telles que les restaurants assis, les coiffeurs et les hôtels, entre autres, seront autorisées à rouvrir. Dans le même temps, selon la BBC, le nombre de cas en Afrique du Sud a bondi de 37% au cours de la dernière semaine seulement, bien que le nombre de décès n'ait pas augmenté. Alors que les experts attribuent le verrouillage de l'Afrique du Sud à la réduction non seulement des décès dus au COVID-19, mais également des décès liés à l'alcool et à la circulation en raison d'une interdiction de la vente d'alcool et de voyages réduits au minimum, le président Ramaphosa a reconnu plus tôt cette semaine que les blocages avaient également été associés avec une augmentation de la violence basée sur le genre.

Pendant ce temps, en Tunisie, qui a vu relativement peu de cas et est en train de lever presque toutes ses restrictions, les agents de santé du secteur public local ont déclenché une grève pour exiger de meilleures conditions de travail. Les agents de santé à travers le continent continuent d'être largement à risque d'attraper le virus: par exemple, l'OMS a récemment annoncé que 9% des agents de santé de Guinée-Bissau ont été infectés.

Allégement de la dette de l'Afrique au milieu de COVID-19

Mercredi, lors d'un sommet virtuel avec les dirigeants africains, le président chinois Xi Jinping s'est engagé à « annuler la dette des pays africains concernés sous forme de prêts publics sans intérêt qui arriveront à échéance fin 2020 ». Il a également encouragé la prolongation des délais de remboursement de la dette par le biais de l'initiative de suspension du service de la dette du G20, en particulier pour les pays africains les plus touchés par le COVID-19, et a encouragé les prêteurs internationaux à prendre des mesures similaires pour soutenir financièrement le continent. L'Afrique doit environ 145 milliards de dollars à la Chine, ce qui fait de la Chine son principal créancier. Les responsables gouvernementaux et les dirigeants des institutions financières internationales ont demandé un allégement de la dette afin d'atténuer les graves conséquences économiques, sociales et sanitaires de la pandémie, car les économies vulnérables de l'Afrique ont particulièrement souffert des fermetures, des fermetures de frontières, des restrictions à l'exportation et des baisses des prix des produits de base.

En Angola, les dirigeants cherchent à obtenir un allégement de la dette de la Chine en offrant des prises de participation dans six champs pétroliers de Sonangol Sinopec International. Les deux cinquièmes de la dette extérieure de l’Angola proviennent de prêts adossés à du pétrole, et le pays avait précédemment envoyé des cargaisons de pétrole en Chine comme moyen de remboursement. Plus tôt ce mois-ci, cependant, l'Angola a réduit le nombre de cargaisons de pétrole expédiées vers la Chine dans le but de renégocier les conditions de remboursement et de faire face à l'impact de COVID-19, et passe maintenant à ce nouveau système.

Par ailleurs, la Tanzanie a reçu un prêt pour l’allégement de sa dette par l’intermédiaire du Fonds de secours et de secours en cas de catastrophe (CCRT) du Fonds monétaire international. Le FMI a approuvé 14,3 millions de dollars au cours des quatre prochains mois, avec le potentiel de fournir jusqu'à 25,7 millions de dollars au cours des 23 prochains mois, sur la base des fonds disponibles au sein du CCRT. L'allégement vise à «libérer des ressources pour les besoins de santé du secteur public et d'autres dépenses d'urgence, ainsi qu'à atténuer le choc de la balance des paiements» de COVID-19 en Tanzanie.

La politique au Burundi, au Mali, au Soudan du Sud et au Kenya

Le jeudi 18 juin, le nouveau président élu du Burundi, Evariste Ndayishimiye, a prêté serment deux mois plus tôt que prévu après la mort subite de son prédécesseur, Pierre Nkurunziza. Ndayishimiye, un ancien général de l'armée soutenu par Nkurunziza, a été élu en mai lors d'un vote controversé largement contesté par l'opposition. Dans son serment de jeudi, il a déclaré que les priorités de sa présidence étaient «d'assurer l'unité nationale et la cohésion du peuple burundais, la paix et la justice sociale», «de ramener dans notre pays les réfugiés dans les camps» et «de renouer les liens». avec la communauté internationale afin qu’ils puissent nous aider à nous développer. »

Au Mali, le président Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé le 16 juin qu'il tiendrait des pourparlers sur la mise en place d'un nouveau gouvernement d'unité après des semaines de critiques de l'opposition politique. Ces annonces viennent en réponse à la lutte de Keïta pour maintenir son soutien politique face à un conflit djihadiste actif depuis 2012, à la stagnation économique, aux services publics défaillants et à la perception généralisée de la corruption par le public. Il a également suggéré des mesures pour réformer la cour constitutionnelle et le parlement national et a promis de répondre aux demandes des syndicats d’enseignants en grève.

Au Soudan du Sud, le président Salva Kiir et l'actuel vice-président Riek Machar, ancien chef rebelle dans la guerre civile dévastatrice du pays, sont parvenus à un accord le 17 juin concernant la sélection des gouverneurs des 10 États du pays. Aux termes de l'accord, le parti de Kiir nommera des gouverneurs pour six États, dont l'État d'unité riche en pétrole et l'État entourant la capitale Juba; Le parti de Machar nommera trois États, dont le plus grand État producteur de pétrole; et l'Alliance de l'opposition du Soudan du Sud pour la dernière. L'attribution de gouverneurs aux États a été l'un des principaux désaccords entre Kiir et Machar car il s'agit d'un élément majeur déterminant la répartition des pouvoirs dans le pays. Cette question avait retardé le processus de transition politique entamé en février lors de la formation d'un gouvernement d'union de transition.

Enfin, le jeudi 18 juin, le Kenya a remporté de justesse une élection contre Djibouti pour un siège non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies. Une majorité des deux tiers – 128 voix – était requise pour la victoire; Le Kenya a obtenu 129 voix, tandis que Djibouti, qui était notamment soutenu par la Chine, en a recueilli 62. Le Kenya rejoindra la Norvège, l'Irlande, l'Inde et le Mexique pour un mandat de deux ans en tant que membres non permanents du Conseil de sécurité, et remplace l'Afrique du Sud à ce poste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *