COVID-19 aggrave les vulnérabilités financières préexistantes – Blog du FMI

Par Tobias Adrian et Fabio Natalucci

عربي, 中文, Español, Français, 日本語, Русский

De la même manière que COVID-19 frappe plus fortement les personnes souffrant de problèmes de santé préexistants, la crise économique déclenchée par la pandémie expose et aggrave les vulnérabilités financières qui se sont accumulées au cours d'une décennie de taux extrêmement bas et de volatilité.

Nos chapitres 2-4 récemment publiés Rapport sur la stabilité financière mondiale se concentrer sur trois points faibles potentiels: les segments à risque sur les marchés mondiaux du crédit, les marchés émergents et les banques. Si la contraction économique en cours devait durer plus longtemps ou être plus profonde que prévu, le resserrement des conditions financières qui en résulterait pourrait être amplifié par ces vulnérabilités, provoquant plus d'instabilité ou même une crise financière.

Les vulnérabilités des marchés du crédit, des pays émergents et des banques pourraient même provoquer une nouvelle crise financière.

Marchés de crédit aux entreprises risqués

Les segments à risque des marchés du crédit ont connu une expansion rapide depuis la crise financière mondiale. Les fragilités potentielles incluent une qualité de crédit plus faible des emprunteurs, des normes de souscription plus souples, des risques de liquidité dans les fonds d'investissement et une interconnectivité accrue.

Du côté positif, les marchés du crédit aux entreprises à risque, notre analyse révèle que l'utilisation par les investisseurs de fonds empruntés pour financer leurs investissements sur ces marchés est moins courante et que les banques ne sont pas aussi fortement exposées aux prêts à effet de levier et aux obligations à haut rendement que par le passé. . Ces deux facteurs ont contribué à la crise financière mondiale il y a une décennie. Le risque de fuite des investisseurs a également diminué dans certains segments en raison de la prévalence de capitaux immobilisés à long terme sur les marchés de la dette privée et des obligations de prêt garanties.

Dans un scénario très défavorable, les pertes bancaires globales sur les marchés de crédit aux entreprises risqués devraient être gérables, même si elles pourraient être substantielles dans quelques grandes banques. Les pertes des institutions financières non bancaires pourraient toutefois être plus importantes. Étant donné que les prêteurs non bancaires ont joué un rôle plus important sur ces marchés, cela pourrait nuire à l'offre de crédit et conduire à une récession plus longue et plus grave.

Les décideurs politiques devraient agir de manière décisive pour contenir les retombées du COVID-19 et soutenir le flux de crédit vers les entreprises. En seulement quelques mois jusqu'à fin mars, les prix sur les marchés du crédit risqués ont chuté d'environ les deux tiers des baisses enregistrées pendant toute la crise financière mondiale (une partie des pertes a depuis été inversée). Dans le même temps, l'interconnectivité entre les marchés du crédit à risque a probablement contribué à la turbulence des marchés. Une large demande de liquidités a déclenché des pressions à la vente et les fonds communs de placement ont connu d'importantes sorties de fonds (même si elles ont diminué ou inversé plus récemment). Les régulateurs devraient encourager les gestionnaires d'actifs à être prudents et à utiliser tous les outils de gestion des liquidités disponibles pour faire face à ces risques.

Une fois la crise terminée, une évaluation complète des sources de dislocations du marché et des vulnérabilités sous-jacentes qu'elle a dévoilées devrait être réalisée. Par exemple, les décideurs devraient déterminer si l'inclusion des banques dans le périmètre de réglementation et de surveillance est justifiée, compte tenu de leur rôle accru sur les marchés du crédit à risque. En particulier, un cadre de réglementation macroprudentielle des institutions non bancaires, tenant compte de la nature mondiale de ces marchés, devrait être élaboré et la boîte à outils macroprudentielle devrait être élargie.

Gérer les flux de portefeuille volatils

Depuis le début de la pandémie, les marchés émergents ont enregistré des sorties de capitaux de plus de 100 milliards de dollars, près de deux fois plus importantes (par rapport au PIB) que celles enregistrées pendant la crise financière mondiale.

Bien que les sorties de capitaux se soient apaisées depuis, cette évolution spectaculaire souligne les défis de la gestion des flux de portefeuille volatils et les risques que cela peut poser pour la stabilité financière.

La période prolongée de faibles taux d'intérêt a encouragé les emprunteurs et les créanciers à prendre plus de risques. La flambée des entrées de portefeuille qui en a résulté sur les marchés des actifs les plus risqués a contribué à l'accumulation de la dette et, dans certains cas, a entraîné des évaluations tendues sur les marchés émergents et frontières. En conséquence, ils sont devenus plus dépendants des flux de portefeuille étrangers depuis la crise financière mondiale.

Notre analyse suggère que les flux obligataires et actions sont beaucoup plus sensibles aux conditions financières mondiales pendant les périodes de flux extrêmes qu'en temps normal, tandis que les fondamentaux nationaux (tels que la croissance économique, les vulnérabilités externes, la profondeur des marchés financiers nationaux) importent de plus en plus pour les actions et flux obligataires libellés en monnaie locale. En outre, une participation accrue des investisseurs étrangers aux marchés obligataires en monnaie locale qui ne sont pas suffisamment approfondis peut augmenter considérablement la volatilité des rendements obligataires.

Les marchés émergents devraient gérer les pressions externes en permettant à leur taux de change de se déprécier. Si les fluctuations des taux de change deviennent désordonnées, les autorités devraient envisager d'intervenir sur les marchés des changes. Des mesures temporaires de gestion des flux de capitaux peuvent également devoir être utilisées en cas de sorties importantes de capitaux. Les gestionnaires de la dette souveraine devraient se préparer aux perturbations de financement à plus long terme en mettant en place des plans d'urgence pour faire face à un accès limité au financement extérieur.

Banques: bas taux, bas profits?

La rentabilité est un défi persistant pour les banques de plusieurs économies avancées depuis la crise financière mondiale. Si une politique monétaire très accommodante a été cruciale pour soutenir la croissance économique au cours de cette période, en soutenant les bénéfices des banques, les taux d'intérêt extrêmement bas ont également réduit les marges d'intérêt nettes des banques – la différence entre les intérêts gagnés sur les actifs et les intérêts payés sur les passifs. Notre analyse montre qu'au-delà des défis immédiats associés à l'épidémie de COVID-19, une période persistante de taux d'intérêt bas devrait exercer une pression supplémentaire sur la rentabilité des banques dans les années à venir.

Des banques saines jouent un rôle clé dans toute économie dynamique et sont cruciales pour la stabilité financière. Lorsqu'elles ne sont pas en mesure de générer des bénéfices, les banques sont moins susceptibles d'accorder des prêts et d'autres services financiers aux ménages et aux entreprises, privant ainsi l'économie de crédits indispensables. Un exercice de simulation mené pour un groupe de neuf économies avancées indique qu'une grande partie de leurs banques, en termes d'actifs, pourrait ne pas générer de bénéfices supérieurs à leur coût des fonds propres en 2025.

L'épidémie de COVID-19 est un test supplémentaire pour la résilience des banques. Une fois que les défis immédiats liés à la crise auront disparu, les banques pourraient recourir à des augmentations de revenus de commissions ou à des réductions de coûts pour atténuer les pressions sur les bénéfices, mais il peut être difficile de les atténuer pleinement. Pendant ce temps, prendre des risques excessifs pour récupérer les bénéfices peut semer les germes de problèmes futurs. Il est donc crucial que les décideurs politiques trouvent rapidement un équilibre qui préserve la stabilité financière et la solidité des institutions financières, tout en soutenant l’activité économique. Diverses stratégies de préservation et de renforcement du capital doivent être envisagées, notamment la restriction des versements de dividendes et des rachats d'actions.

Dans les années à venir, les autorités devront relever certains des défis «structurels» auxquels sont confrontées les banques. Par exemple, les autorités du secteur financier devraient intégrer l'impact potentiel des taux d'intérêt bas dans leurs décisions et évaluations des risques. La planification du capital prudentiel et les tests de résistance devraient inclure des scénarios «plus bas pour plus longtemps», et la force des modèles commerciaux dans un tel environnement devrait être évaluée. Les autorités de contrôle doivent également rester vigilantes et empêcher toute accumulation de risques excessifs qui pourraient réduire la résilience du secteur bancaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *