Coup d'État au Mali, déversement de pétrole à Maurice et mises à jour sur le COVID-19

La communauté internationale condamne le coup d'État au Mali et poursuit les négociations avec la junte au pouvoir

Mercredi 19 août, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a démissionné après que des membres des forces armées maliennes se soient emparés de Keïta et du Premier ministre Boubou Cissé, point culminant de mois de manifestations et de violences sporadiques cet été entre le gouvernement et ce que l'on appelle désormais le juin 5 Mouvement. La junte a libéré Keïta le 27 août, mais l'ancien président reste chez lui avec une liberté limitée de partir.

Les organes régionaux, dont la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et l'Union africaine, ont tous deux dénoncé cette décision et imposé des sanctions aux nouveaux dirigeants maliens. La CEDEAO a indiqué qu'elle ne lèvera les sanctions que si la junte concède le pouvoir à un gouvernement civil qui parrainera les élections dans un délai d'un an. Cependant, la junte a fait part de son intention de suivre un calendrier de trois ans pour transférer le pouvoir. La France, qui craint de perdre du terrain face aux insurgés djihadistes dans le nord, a poussé à accélérer ce calendrier. La France consacre 800 millions de dollars par an à l'opération Barkhane, son programme anti-insurrectionnel au Mali; malgré cette présence, cependant, les militants ont contribué à la mort de plus d'un millier de personnes au cours des 12 derniers mois. La présence d’insurgés djihadistes, en plus de groupes armés comme les milices locales, a compliqué le paysage sécuritaire, attirant des forces internationales comme la troisième force de maintien de la paix des Nations Unies.

La réponse à la marée noire de juillet au large de l'île Maurice suscite un examen minutieux et des manifestations

Le 25 juillet, un vraquier japonais a déversé 1 000 tonnes de pétrole après avoir heurté un récif de corail à environ 2 kilomètres au large de Maurice. Les conséquences environnementales pourraient être dévastatrices: au cours du mois dernier, la nation insulaire a vu 50 baleines s'échouer à terre. Les prochaines étapes restent obscures: la compétence de nombreuses équipes d'experts envoyées pour évaluer et atténuer les dégâts a été critiquée par des experts indépendants. Les habitants n'ont toujours pas été informés de la cause de l'accident, de ses effets à long terme ou de la manière dont il sera corrigé. Le samedi 29 août, plus de 100000 Mauriciens (environ 1 adulte sur 9 dans tout le pays) sont descendus dans la rue pour protester contre les déversements de pétrole au large des côtes de leur pays, une catastrophe dont les manifestants affirment que la réponse manque de transparence et de responsabilité. De plus, la marée noire menace de nuire considérablement à la faune et aux écosystèmes essentiels à l’industrie touristique de Maurice, qui est responsable de près de 10 pour cent de la valeur ajoutée brute du pays et qui a déjà été affaiblie en raison de la pandémie.

L'incident soulève une foule de questions juridiques et éthiques concernant qui est responsable de l'indemnisation et qui devrait décider du déroulement du nettoyage. Selon la Convention internationale de 2001 sur la responsabilité civile pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures de soute, le propriétaire du navire, Nagashiki, plutôt que son équipage affrété, Mitsui OSK, est responsable des dommages causés par le déversement. Le gouvernement mauricien devrait demander jusqu'à 1 milliard de dollars d'indemnisation, mais à moins que Nagashiki ne soit reconnu coupable de violations graves du droit maritime, les statuts de l'Organisation maritime internationale (OMI) limiteront probablement l'indemnisation accordée à une petite fraction. de ce montant. De plus, bien qu'il abrite un certain nombre d'instituts de recherche célèbres, tels que l'Institut océanographique de Maurice et le Centre de recherche sur les pêcheries d'Albion, la direction des efforts de nettoyage a été en grande partie dirigée par des consultants financés par l'industrie pétrolière et maritime, des représentants de l'OMI et des experts de Le Japon, dont les deux premières équipes manqueraient de scientifiques sur les coraux, les mangroves ou la biodiversité.

COVID-19 en Afrique

Malgré un certain nombre de politiques conçues pour équilibrer l'entrave à la propagation du virus SRAS-CoV-19 et la protection des moyens de subsistance des citoyens africains, la pandémie de COVID-19 continue d'avoir des effets en cascade dans toute la région. Au moment d'écrire ces lignes, l'Afrique a enregistré plus de 1 275 000 cas et plus de 30 000 décès.

Notamment, ces derniers jours, les experts ont intensifié les avertissements selon lesquels ces nombres de cas relativement faibles pourraient être trompeurs, affirmant que les pénuries de tests et d'autres goulots d'étranglement empêchent probablement les responsables de connaître la véritable propagation du virus. En effet, le Wall Street Journal a récemment rapporté que l'Afrique subsaharienne pourrait être un énorme «point aveugle» lorsqu'il s'agit de comprendre la propagation du virus. Citant des inquiétudes concernant l'interdiction par la Tanzanie du dépistage du COVID-19, la situation précaire des réfugiés et les rapports récents faisant état de sauts massifs de cas dans les camps de réfugiés et des retards importants dans les résultats des tests, le WSJ postule que l'étendue de la propagation du virus dans la région est largement inconnue. En effet, les pays africains font en moyenne environ 5 000 tests pour 1 million d'habitants, contre 200 000 aux États-Unis. En outre, environ 75 pour cent de tous les tests COVID-19 en Afrique subsaharienne ont été réalisés par seulement quatre pays – l'Afrique du Sud, le Kenya, le Ghana et l'Éthiopie.

Bien que le virus ait mis du temps à apparaître sur les côtes africaines, les effets économiques de la maladie n’ont pas été, car l’économie mondiale s’est arrêtée et l’économie de services en croissance, largement informelle, en Afrique a été fermée de force pour prévenir la propagation de la maladie. Mercredi, les Nations Unies ont averti que les retombées économiques et les pertes massives d'emplois de la pandémie pousseront 47 millions de femmes et de filles de plus dans la pauvreté l'année prochaine, annulant de nombreux gains des dernières décennies. En effet, les femmes d'Afrique subsaharienne et d'Amérique latine devraient figurer parmi les citoyens vulnérables les plus touchés au monde. Les femmes sont non seulement plus susceptibles de travailler dans des emplois avec peu ou pas de protection sociale, mais sont également plus susceptibles de travailler dans les secteurs les plus durement touchés par les verrouillages économiques, comme les restaurants et le commerce de détail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *