Contentieux des lock-out – AIER

Selon le Brussels Times plus de 240 Belges, issus pour la plupart du monde des affaires, poursuivent Bill Gates, le gouvernement belge et l'épidémiologiste britannique Dr. Neil Ferguson pour leurs mesures de verrouillage actuelles de Covid-19. Pour le contexte, AIER a expliqué comment Bill Gates maintient une forte implication avec des groupes comme l'Organisation mondiale de la santé et est un fervent partisan des projets de santé publique impliquant des hommes comme le Dr Anthony Fauci et le Dr Ferguson.

Barry Brownstein résume le lien du Dr Ferguson avec Gates ainsi que sa relation avec les mesures de verrouillage belges pour lesquelles il est actuellement poursuivi en justice lorsqu'il écrit

«Neil Ferguson de l'Imperial College de Londres a eu une influence démesurée« en conseillant les gouvernements nationaux sur les épidémies de pathogènes ». Ferguson écoute Gates, car son centre reçoit «des dizaines de millions de dollars de financement annuel de la Fondation Bill & Melinda Gates.

Le modèle utilisé par Ferguson pour conseiller des verrouillages draconiens en réponse au COVID-19 a été complètement discrédité sur des bases théoriques et empiriques. Se tromper, c'est être humain, mais ce n'était pas la première prédiction désastreuse de Ferguson. Comme le souligne le président de l'AIER, Edward Peter Stringham, «Ferguson est devenu célèbre en 2005 lorsqu'il a prédit que jusqu'à 200 millions de personnes pourraient être tuées à cause de la grippe aviaire.» Le nombre réel de décès était de 50. »

Le groupe s'appelle Viruswaanzin, ce qui se traduit par «une folie virale en néerlandais. Le cœur de l’argument juridique des plaignants est que les mesures de verrouillage belges ont non seulement causé des dommages et des souffrances excessifs par le biais de la dévastation économique, mais se sont appuyées sur des informations erronées et des idées erronées. le Brussels Times écrit que

« Par le biais de leur action civile, Viruswaanzin soutiendra que des modèles de prédiction défectueux ont été utilisés par les gouvernements pour prendre des décisions en matière de politique de santé » dans la panique « et cherchera à obtenir une pénalité de 10 000 € par plaignant pour chaque jour où les mesures restent en place. »

Les plaignants affirment également que la manière dont les informations sont diffusées a été incroyablement biaisée en faveur d'une position pro-lockdown, de sorte qu'une décision éclairée était impossible. Il n'y a pas eu de débat vigoureux sur l'efficacité et les compromis des diverses mesures de verrouillage, juste des attaques ad hominem contre la dissidence et la marginalisation.

Cette affaire n'est pas sans précédent, car partout dans le monde, des mesures de verrouillage sont contestées et levées par voie de litige. Le juriste rapports le 4 juin

«La Haute Cour d'Afrique du Sud a statué mercredi que certaines des mesures de verrouillage de niveau 3 et 4 mises en place pour ralentir la propagation du COVID-19 étaient« inconstitutionnelles et invalides », ordonnant une période de 14 jours pour réviser les restrictions.

Au début de la pandémie, l'Afrique du Sud avait les mesures de verrouillage les plus restrictives, notamment une interdiction des ventes d'alcool et de cigarettes. La plainte, déposée par le groupe de défense Liberty Fighters Network en mai, a fait valoir que la réaction du gouvernement de l'ANC à l'épidémie violait la Déclaration des droits de l'Afrique du Sud. « 

C'est un thème commun, en particulier ici aux États-Unis, où les gouvernements des États ont outrepassé leurs limites constitutionnelles et enfreint les droits les plus sacrés de ses citoyens tels que le droit de culte, le droit de parole et le droit de se réunir. Beaucoup de ces affaires ont abouti à des victoires juridiques pour les citoyens. Cependant, cela n'a garanti que les droits fondamentaux tels que le fait de pouvoir aller à l'église. Il y a encore beaucoup de travail à faire ici aux États-Unis pour repousser les politiques gouvernementales arbitraires et inconstitutionnelles achetées dans le contexte du Covid-19.

Un contexte juridique introductif aux verrouillages

Le système juridique des États-Unis est l'un des piliers brillants de la justice dans le monde malgré ses défauts. Il y a peu de pays où l'on a la capacité de défier l'État et de gagner devant ses propres tribunaux dans la mesure où cela se fait ici. Cela dit, il existe des précédents et des règles qui doivent être respectés. Selon le juge et le cas, les résultats peuvent varier.

Le professeur Kimberly Wehle et l'avocat du lockdown nous rappelle dans Politico que

«Tout comme l’accès aux soins de santé, l’avortement, le droit de vote et même le droit de ne pas être condamné à la peine de mort, les droits constitutionnels des Américains dépendent fortement de leur état de résidence. C'est intentionnel, car les rédacteurs de la Constitution ont estimé que le maintien de la souveraineté de l'État était essentiel pour garantir un gouvernement responsable et éviter une accumulation de pouvoir en un seul endroit. « 

En outre, elle et d'autres juristes pro et anti-lockdown pointent tous deux vers une affaire de la Cour suprême de 1905 connue sous le nom de Jacobson contre Massachusetts. Cette affaire a été fondamentale pour les restrictions de santé publique fixées par l'État, car elle a créé un précédent pour que l'État adopte certaines mesures qui restreignent la liberté individuelle au nom de la sécurité. Wehle écrit que le tribunal a statué

«Dans une action pénale contre un accusé qui a refusé une vaccination contre la variole – qu'un État peut constitutionnellement« exiger et faire appliquer la vaccination et la revaccination de tous ses habitants »nonobstant la Déclaration des droits. Une telle loi doit être raisonnable, pas arbitraire, et adapté aux intérêts du gouvernement dans la préservation de la sécurité publique. Cette catégorie de pouvoir de l'État est connue sous le nom de pouvoir de police, et cela signifie que les États peuvent «promulguer des lois de quarantaine et des lois sur la santé de toutes sortes. . . pour protéger la santé publique et la sécurité publique. »

Cependant, la Pacific Legal Foundation nous rappelle que bien que Jacobson définit certains pouvoirs de police pour le gouvernement

«La décision déclarait que si les gouvernements exécutaient une ordonnance de vaccination« de manière aussi arbitraire et déraisonnable, ou (allaient) bien au-delà de ce qui était raisonnablement requis pour la sécurité du public », alors les tribunaux devraient« intervenir pour la protection de ces personnes. » Et en Jew Ho c.Williamson, qui a annulé un verrouillage de San Francisco au début du siècle dernier, une cour d'appel a déclaré: «il ne s'ensuit pas du tout que toute loi promulguée en vue de promouvoir ces fins doit être acceptée comme un exercice légitime des pouvoirs de police de l'État. « 

Dans Jew Ho c.Williamson, certains comtés de San Francisco ont été mis en quarantaine en raison d'une épidémie de Peste bubonique. Le plaignant qui a obtenu gain de cause a allégué que l’ordonnance n’était pas seulement exécutée arbitrairement contre des personnes d’ascendance chinoise, mais qu’il n’y avait même pas un seul cas de peste dans leur région. Selon Lexis Nexis,

«La Cour a jugé que, dans les circonstances, la quarantaine générale de tout le district ne pouvait pas être poursuivie, du fait qu'elle était déraisonnable, injuste et oppressive, et donc contraire aux lois limitant les pouvoirs de police de l'État et de la municipalité dans ces domaines. »

Certains droits sont considérés comme plus fondamentaux et protégés que d'autres. Selon Lexology, depuis peu, la liberté économique a été moins protégée que les libertés personnelles telles que la parole, la religion et les voyages. Même parmi les droits civils, il existe une hiérarchie car le droit à l'avortement a été jugé moins fondamental que la liberté d'expression. Ceci est démontré par une affaire récente au Texas où le tribunal a confirmé une restriction partielle de l'État sur les avortements en réponse à Covid-19.

Quelques avenues juridiques possibles contre les verrouillages

Bien que Jacobson expose le précédent juridique de certaines atteintes à la liberté au nom de la sécurité, il expose également les voies dans lesquelles de telles politiques peuvent être contestées. Bien que les tribunaux puissent exercer différents niveaux de contrôle et de précédent lorsqu'ils évaluent des affaires, certains critères de base demeurent. Rob Natelson de l'Institut indépendant écrit

«Le gouvernement ne peut restreindre les droits fondamentaux, cependant, que si (1) le gouvernement a but convaincant (ou «intérêt impérieux») et (2) la restriction est « Étroitement adapté » pour résoudre le problème. La charge de la preuve dans de tels cas incombe au gouvernement. »

Bien que contenir le Covid-19 puisse être un objectif impérieux, l'utilisation de mesures de verrouillage telles qu'elles ont été utilisées ici aux États-Unis s'est avérée inappropriée et inefficace. La proportionnalité est la clé et la fermeture d'économies d'État entières pendant des mois est une décision sans précédent qui a peu de preuves.

Les verrouillages de Covid-19 sont trop larges et ne reposent pas sur des preuves solides

De nombreux experts de la santé publique réputés, comme John Ioannidis de Stanford, se sont prononcés explicitement ou implicitement contre l’utilisation de mesures de verrouillage draconiennes. Des revues médicales telles que The Lancet ont publié des études qui concluent que de nombreuses interventions de santé publique font encore l'objet de débats. Bien que nous manquions d'informations concluantes sur l'efficacité de diverses mesures de santé publique, nous pouvons toujours regarder d'autres pays qui ont fait beaucoup mieux avec des politiques moins restrictives.

Même ici, aux États-Unis, nous avons eu notre propre expérience naturelle avec les commandes de maintien au domicile avec des États qui n’ont pas émis de telles politiques et qui font bien mieux que ceux qui l’ont fait. Même parmi les États ayant émis des ordonnances de maintien au domicile, les résultats ont été très aléatoires, montrant peu de corrélation avec la mise en œuvre des politiques. Les modèles de données qui ont été utilisés pour éclairer ces politiques de verrouillage, tels que ceux produits par le Dr Ferguson (qui faisaient partie de la réponse des États-Unis), étaient également extrêmement incorrects.

De plus, de nombreuses ordonnances de verrouillage ne satisfont pas à une exigence de discrimination et se présentent comme incroyablement arbitraires ou trop larges. Pourquoi les magasins d'alcool et de marijuana sont-ils autorisés à rester ouverts, mais les restaurants et les magasins d'armes à feu doivent fermer? Comment se fait-il que les magasins du Michigan de plus de 50 000 pieds carrés ne soient pas autorisés à vendre des fournitures de jardinage, mais qu'ils peuvent continuer à vendre d'autres choses? Le gouverneur du Michigan peut-il s'en tirer en fermant les petites entreprises et en condamnant les manifestants anti-lockdown tout en autorisant les manifestations de Black Lives Matter?

Rien de tout cela ne peut être raisonnablement considéré comme «étroitement adapté».

De plus, certaines politiques de verrouillage qui auraient pu être justifiées auparavant ne peuvent plus l'être. Ilya Shapiro de l'Institut Cato écrit

«Au fur et à mesure que les faits changent sur le terrain, les actions du gouvernement qui étaient autrefois acceptées à contrecœur ne passent tout simplement pas le test de l'odeur constitutionnelle. C’est particulièrement le cas compte tenu de l’erreur fondamentale qui a été commise en ordonnant des arrêts sur la base de définitions arbitraires de «l’essentialité», par opposition à l’émission de règles en fonction de la sécurité de diverses activités.

Alors que le chômage monte en flèche, pourquoi fermer les entreprises d'aménagement paysager au moment où le printemps est arrivé? Pourquoi fermer les installations récréatives extérieures? Les bienfaits de la lumière du soleil et de l'exercice l'emportent sur le risque qu'un étranger contagieux éternue sur votre visage pendant que vous marchez ou appliquez du paillis.

Deux semaines pour aplatir la courbe semblaient une excellente idée lors de sa première annonce en mars, mais cinq mois d'échec justifient un réexamen.

Le droit de voyager et de faire du commerce

En ce qui concerne les restrictions de voyage d'État telles que la mise en place de points de contrôle ou les interdictions de voyager, comme dans le cas de New York, il peut y avoir de la place pour une affaire. Le cabinet d'avocats Gibson Dunn écrit

«La quarantaine et les restrictions de voyage peuvent également soulever des questions connexes en vertu de la clause commerciale dormante, qui est plus souvent contestée dans le contexte commercial. Bien que la clause sur le commerce «soit conçue comme une attribution positive de pouvoir au Congrès», la Cour suprême a «longtemps soutenu que cette clause interdisait également les lois des États qui restreignent indûment le commerce interétatique». Tenn. Wine & Spirits Retailers Ass’n c. Thomas, 139 S. Ct. 2449, 2459 (2019) »

Gibson Dunn précise que

«Selon le précédent de la Cour suprême, le droit de voyager est généralement appliqué à une personne qui souhaite voyager – pas nécessairement aux marchandises qu'elle souhaite transporter. Mais comme le transport commercial dépend aujourd'hui en grande partie de la circulation des personnes – du chauffeur du camion au pilote – les restrictions au droit d'un individu de voyager empêchent nécessairement le transport de marchandises. « 

De plus, un article de Lexology explique que les gens peuvent être en mesure de poursuivre

«Des recours garantis par la Constitution – comme une simple indemnisation en vertu de la clause de prélèvement ou la protection des accords privés en vertu de la clause des contrats. En vertu de la Clause de prélèvement, la propriété privée ne peut pas être utilisée pour un usage public sans juste compensation… La Clause des contrats interdit aux États d'adopter des lois qui altèrent considérablement les relations contractuelles. »

Selon les auteurs, les entreprises commencent déjà à intenter des poursuites en vertu des clauses de prélèvement, de contrat et de commerce. Selon le Mercatus Center, il est possible que de nombreuses personnes, comme les propriétaires fonciers, aient droit à une juste compensation pour la violation de leurs droits au nom de la sécurité publique.

L'auteur cite le cinquième amendement qui prévoit une juste compensation pour la confiscation par le gouvernement de la propriété privée. Il approfondit également son argument avec une variété d'affaires judiciaires qui soulèvent la possibilité que les ordonnances de maintien au domicile puissent être raisonnablement interprétées comme une forme de gouvernement prenant au nom de l'intérêt public. Les cas cités comprennent Kelo c.Ville de New London et Penn Central Transportation Co. c.New York City.

Le gouvernement a certainement le pouvoir de restreindre la liberté au nom du bien commun, mais il existe un processus pour le faire qui exige non seulement certaines lignes directrices, mais dans certains cas une compensation.

La doctrine de la séparation des pouvoirs

La séparation des pouvoirs est une doctrine constitutionnelle qui remonte à l'époque de Schoolhouse Rock et de l'éducation civique à l'école élémentaire. Il existe trois branches du gouvernement: le législatif, l'exécutif et le judiciaire. Ils ont tous des pouvoirs explicites et énumérés, ni plus, ni moins. Pour que les lois soient appliquées par le pouvoir de l'État, elles doivent d'abord être rédigées par le pouvoir législatif. Les gouverneurs ne peuvent pas simplement inventer les règles qu'ils souhaitent comme beaucoup le font actuellement. Le juge Andrew Napolitano explique,

«Les gouverneurs et les maires peuvent faire toutes les déclarations dictatoriales et les menaces qu'ils souhaitent. Mais ils ne peuvent pas utiliser les biens publics pour les faire respecter. Et quand ils cherchent à utiliser la force, ceux à qui ils la recherchent devraient décliner l'offre. « 

La Pacific Legal Foundation met en évidence un tel cas lorsqu'ils écrivent

«La Cour suprême du Wisconsin a récemment annulé une partie de l’ordonnance de maintien à la maison du gouverneur Tony Evers parce que le gouverneur et le département des services de santé de l’État l’ont promulgué sans aucun contrôle de la législature, qui violait la constitution de l’État.»

Cela soulève un problème plus large qui est finalement l'une des plus grandes questions en ce qui concerne Covid-19. Où cela nous mènera-t-il à la fin de tout cela? Nous assistons à un exercice sans précédent de pouvoir d’État, notamment de la part du pouvoir exécutif. Bien que le tribunal ait vérifié le Wisconsin, quels gouverneurs s'en tirent avec des prises de pouvoir complètement inconstitutionnelles?

Le juge Napolitano écrit

«Le juge de la Cour suprême Neil Gorsuch a écrit que le pouvoir exécutif ne peut pas appliquer une loi qu'il a rédigée. Si c'est le cas, nous aurons approché la tyrannie.

Avons-nous déjà approché la tyrannie?

Le pouvoir exécutif ne peut pas simplement appliquer la politique qu'il souhaite. Il existe un processus démocratique dans lequel des élus législatifs représentant le peuple accordent le pouvoir d'appliquer les lois. Lorsque ce processus est violé, les règles ne sont plus légitimes et doivent être contestées.

Points clés à retenir

Au cours des derniers mois, nous avons assisté à un exercice sans précédent de pouvoir étatique et à l'érosion de la liberté dans le monde entier alors que les gouvernements se livraient à des expériences de sécurité publique. Dans certains pays comme la Chine, ce n'est pas nouveau. Dans d'autres comme les États-Unis ainsi que dans d'autres républiques constitutionnelles, il s'agit d'un usage extraordinaire et dans certains cas illégal du pouvoir.

Rien dans cet article ne doit être interprété comme suggérant que les points que j'ai soulevés sont des réclamations juridiques qui garantiront la victoire devant un tribunal. La seule façon de s'en assurer est de porter une affaire devant un juge à laquelle certains peuvent être plus sympathiques que d'autres et les lois diffèrent d'un État à l'autre. Il n'est pas rare non plus que les tribunaux adoptent une vision largement déférente du pouvoir de l'État et il ne fait aucun doute que ce débat juridique fera rage pendant des années.

Cependant, il est indéniable que nous avons été témoins de l'une des plus grandes prises de pouvoir de l'histoire américaine, dont certaines parties sont manifestement illégales et inconstitutionnelles. Certaines politiques, bien que constitutionnelles au début des verrouillages, ne devraient plus être considérées comme justifiées face à de nouvelles informations. Enfin, même si certaines mesures draconiennes de verrouillage sont constitutionnelles, les citoyens peuvent avoir droit à une juste compensation.

Les droits garantis dans la Constitution ne sont pas là simplement pour la décoration et les sentiments chaleureux, et nous ne pouvons pas non plus nous attendre à ce que l'entité même qu'ils servent à limiter, l'État, les protège pour nous. Au contraire, ils sont soutenus par un peuple libre, éduqué et contentieux qui garde jalousement sa liberté. Une telle résistance est nécessaire pour un gouvernement responsable et prudent.

Ethan Yang

Ethan Yang

Ethan a rejoint l'AIER en 2020 en tant qu'assistant éditorial et est diplômé du Trinity College. Il a obtenu une licence en sciences politiques avec une mineure en études juridiques et organisations formelles.

Il est actuellement coordinateur local chez Students for Liberty et directeur du Mark Twain Center for the Study of Human Freedom au Trinity College.

Avant de rejoindre l'AIER, il a effectué un stage dans des organisations telles que l'American Legislative Exchange Council, le Connecticut State Sénat et le Cause of Action Institute.

Ethan est actuellement basé à Washington D.C.

Soyez informé des nouveaux articles d'Ethan Yang et d'AIER.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *