Comment renforcer les revenus des travailleurs du secteur informel

Alors que la pandémie mondiale de COVID-19 continue de perturber l'économie mondiale, non seulement la santé mais les moyens de subsistance de millions de personnes sont en jeu par la baisse des revenus et l'augmentation de la pauvreté. Dans notre blog précédent, nous avions noté que pendant la récession mondiale de 2008-2009, les économies africaines ont mieux performé que les autres pays en développement, en raison (a) de la hausse des prix des produits de base, qui a soutenu les recettes d'exportation; b) une réduction de la dette, qui offrait l'espace budgétaire nécessaire, évitant les licenciements dans le secteur public; et c) la résilience du secteur informel, qui a continué d'alimenter l'économie nationale, en maintenant les revenus et la consommation de la majorité des ménages. L'Afrique ne pourra pas compter cette fois sur ces facteurs atténuants. Les prix des produits de base ne sont pas favorables, l’espace budgétaire est extrêmement limité et, par conséquent, le secteur informel, où 60 à 80% de la main-d’œuvre africaine travaille, aura du mal à gagner sa vie. Dans ce blog, nous expliquons les menaces qui pèsent sur l'emploi et les revenus informels, et ce que les gouvernements devraient prendre en considération lorsqu'ils s'efforcent de contrer ces menaces et de soutenir les travailleurs du secteur informel.

Quelles sont les menaces pour les moyens de subsistance du secteur informel?

L'emploi dans le secteur informel – tant dans les exploitations agricoles familiales que dans les entreprises non agricoles – représente plus de 70% des heures travaillées en Afrique et est la principale source de revenu d'au moins 60% des ménages africains et de plus de 80% des ménages ruraux. Comme l’a récemment écrit l’Organisation internationale du Travail (OIT), «mourir de faim ou le virus est le dilemme trop réel auquel sont confrontés de nombreux travailleurs de l’économie informelle». L'OIT estime qu'au 22 avril, 68 pour cent des travailleurs du secteur informel en Afrique vivaient dans des pays qui avaient déjà mis en œuvre des fermetures complètes ou partielles.

L'agriculture propre représente environ un tiers du total des heures travaillées en Afrique – encore plus dans les zones rurales. Alors que les agriculteurs africains sont confrontés à COVID-19, tout revenu qui n'est pas déjà affecté par des catastrophes naturelles telles que les criquets, la sécheresse et les inondations sera réduit à court terme à mesure que les fermetures – qui empêchent la production de quitter la ferme pour les grossistes – et la baisse des revenus dans les zones urbaines les zones privent les agriculteurs des marchés. Les aliments récoltés coincés dans les zones rurales sont déjà à l'origine de pénuries alimentaires ainsi que d'une inflation des prix alimentaires urbains. Les agriculteurs continueront de travailler leurs champs et de nourrir leur famille avec leur propre récolte (principalement), mais peuvent ne pas avoir les liquidités nécessaires pour les intrants de la saison prochaine ou pour payer les soins de santé ou la scolarité de leurs enfants sans aide.

Les ménages des zones rurales et des petites villes ont tendance à avoir une entreprise familiale non agricole à côté pour gagner de l'argent supplémentaire et réduire le sous-emploi saisonnier. La majorité de ces entreprises impliquent le commerce de détail (kiosques pour consommables ménagers ou intrants agricoles); d'autres secteurs populaires sont l'agro-industrie informelle (meunerie, pressurage des graines oléagineuses) ou l'artisanat agricole (fabrication et vente de produits de boulangerie, de bière ou de charbon de bois) et des services tels que la coiffure. Ces entreprises dépendent des revenus des ménages de l'agriculture pour la demande, de sorte que leur avenir à court terme est sombre. Pour faire face aux besoins immédiats, les ménages peuvent vendre leurs actifs commerciaux au comptant, ce qui compromet leur potentiel de rebond; bien que ces entreprises soient sous-capitalisées en général.

Les commerçants de détail informels et les exploitants d'entreprises de services sont encore plus courants dans les zones urbaines, représentant près de la moitié du total des heures travaillées. Ces moyens de subsistance sont particulièrement vulnérables aux règles de distanciation sociale et ont moins accès à l'eau potable et à l'assainissement, bien qu'ils essaieront de fonctionner d'une manière ou d'une autre. Déjà, les perturbations de la chaîne de valeur mondiale ont entraîné une pénurie de produits et l'incapacité des petits commerçants à faire des affaires et à générer des revenus. Les travailleurs de la grande économie urbaine de l'Afrique – les chauffeurs de camions, d'autobus et de taxis à contrat, et les opérateurs de motos pour la livraison et le taxi – sont également exposés à des risques élevés pour leur santé, leurs revenus et leurs économies (s'ils les ont en premier lieu).

La perte prévue de salaires et de traitements lorsque des entreprises privées ou le secteur public licencient des travailleurs et / ou réduisent ou retardent les salaires auront des effets d'entraînement pour les entreprises urbaines informelles. Environ la moitié des ménages urbains en Afrique ont un revenu salarial, et ce revenu est souvent le point d'ancrage des activités entrepreneuriales plus risquées des autres membres du ménage. De plus, les salariés sont la principale source de demande pour les biens et services vendus par le secteur informel urbain.

Plus de la moitié des propriétaires d'entreprises informelles en Afrique sont des femmes. Les entreprises appartenant à des femmes ont tendance à être plus petites et moins productives en Afrique, comme ailleurs. Leurs revenus sont souvent une source d'autonomisation pour eux, au sein de leur ménage et dans la communauté en général. Ces femmes signalent déjà des difficultés à faire fonctionner leur entreprise sans écoles ni options de garde d'enfants. S'ils doivent réduire les heures ou fermer leur entreprise pour s'occuper de leurs enfants, ils seront confrontés à une double menace – non seulement moins de revenus mais peut-être plus de violence domestique. Là encore, l'ouverture prématurée des écoles pourrait les exposer à des risques accrus pour la santé.

Les jeunes sont confrontés à des résultats différents dans les zones urbaines et rurales

En Afrique subsaharienne, environ 7 à 8 millions de jeunes entreront sur le marché du travail cette année, confrontés à des perspectives encore plus limitées qu'en temps normal. Les jeunes urbains sont pour la plupart éduqués, avec des aspirations élevées qui seront anéanties à mesure que l'économie urbaine s'effondrera. L'expérience suggère que ceux qui peuvent se le permettre retarderont leur entrée sur le marché du travail et resteront simplement à la maison. Ceux qui ne le peuvent pas rejoindront les cohortes précédentes en essayant de trouver une bousculade dans la rue, dans le secteur informel, où la réduction de la demande et les règles de distanciation sociale ont déjà limité les opportunités. Contrairement aux pays riches, cependant, rien n'indique que cette expérience se traduise par une dégradation à long terme des perspectives de revenus.

Dans les zones rurales, la plupart des jeunes resteront à la maison et travailleront sur des parcelles familiales, essayant éventuellement d'avoir accès à leur propre parcelle pour travailler pour la prochaine saison de récolte dans les pays où les terres sont abondantes. Sans épargne (la leur ou celle de leurs amis et de leur famille), cependant, ils auront du mal à établir leurs moyens de subsistance.

Que devraient faire les gouvernements pour soutenir les moyens de subsistance du secteur informel?

Les donateurs et les institutions financières internationales ont promis des fonds substantiels pour soutenir les budgets du secteur public et le secteur de la santé, mais le soutien aux travailleurs du secteur informel, pour l'instant, est limité. Les gouvernements ne peuvent ignorer les dommages déjà causés aux moyens de subsistance de ces millions de personnes. La réponse politique devrait:

  • Maintenir la consommation des ménages parmi les 75 à 80% des ménages les plus pauvres, dont l'épargne est très limitée. Limiter les dommages à court terme au bien-être des ménages, accélérer la reprise économique globale et libérer le potentiel commercial de l’Afrique dépendra du soutien de la demande dans l’économie. Les gens ont besoin de ressources pour acheter les articles de consommation nécessaires. Comme aux États-Unis, les transferts monétaires sont la meilleure option, et comme Berk Ozler l'écrit pour la Banque mondiale, l'expérience montre que ces programmes ne sont pas difficiles à mettre en œuvre pour les gouvernements des pays en développement. Déjà, 22 pays d'Afrique subsaharienne ont annoncé des programmes de transferts monétaires COVID-19, et 13 autres ne fournissent pas d'argent, mais ont annoncé des transferts en nature (par exemple, des bons alimentaires ou la distribution de nourriture, l'alimentation scolaire).
  • Protéger les revenus des salariés urbains. Bien que le travail salarié représente une petite part de l'emploi non agricole total – et a tendance à être plus rémunérateur que le travail dans le secteur informel – les salariés utilisent leur revenu pour acheter auprès de vendeurs informels de biens et services, soutenant ainsi le secteur.
  • Protéger la santé des travailleurs du secteur informel urbain en améliorant l'accès au savon, à l'eau et aux désinfectants à base d'alcool pour le lavage des mains sur les marchés urbains et les zones commerciales, et en distribuant des masques et des gants aux commerçants informels et aux prestataires de services.
  • Pour réduire la détérioration des aliments et soutenir les revenus, déclarer le transport de nourriture de la ferme aux marchés un service essentiel.
  • Veiller à ce que la police protège les moyens de subsistance des vendeurs informels et des prestataires de services, en particulier dans les zones urbaines, plutôt que d'utiliser l'urgence COVID-19 pour les harceler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *