Comment COVID-19 met à nu les inégalités

COVID-19 met à nu les inégalités socio-économiques et pourrait les exacerber dans un avenir proche. Le virus est un facteur de risque en particulier pour ceux qui se situent dans la partie inférieure de la répartition des revenus, qui sont vulnérables à l'interaction du choc avec les inégalités de revenus, socio-économiques et urbaines.

La crise du COVID-19 montre comment les groupes socio-économiques les plus vulnérables souffrent d'un plus grand risque d'exposition financière, mais aussi de plus grands risques pour la santé et de mauvaises conditions de logement pendant la période de fermeture, ce qui peut exacerber les inégalités.

Alors que les gouvernements européens commencent à faire face à l'urgence avec des mesures fiscales (Anderson et al 2020), comprendre comment les différentes inégalités socio-économiques s'entrelacent seront d'une importance fondamentale pour les décideurs.

En fonction de leurs revenus et du verrouillage de leur secteur économique, les travailleurs sont exposés à différents risques. Certains membres des centiles à faible revenu continuent de travailler et de toucher leur salaire. Les exemples incluent les travailleurs de la santé et les travailleurs des chaînes d'approvisionnement critiques (aliments, produits pharmaceutiques, livraisons, industries et services essentiels). Ils sont exemptés des verrouillages mais s'exposent à des risques d'infection en ne travaillant pas à domicile.

Mais de nombreux autres travailleurs à faible revenu ne peuvent pas travailler à domicile mais ne sont pas non plus autorisés à aller travailler. Les données statistiques américaines montrent comment la capacité de travailler à domicile est fortement liée au percentile de revenu dans lequel se trouve un individu.

Le travail à domicile pendant la quarantaine est donc dans la plupart des cas réservé aux personnes des déciles de revenus les plus élevés. Il est peu probable que les travailleurs industriels, les détaillants et les transports disposent de cette option, ce qui leur permettrait de maintenir leur niveau de revenu, ou du moins une proportion décente de celui-ci, pendant le choc. L'implication pour certains travailleurs est qu'ils pourraient avoir à choisir entre une exposition à un risque plus élevé en n'abandonnant pas leur salaire, ou en subissant un choc de revenu qui, relativement, serait en moyenne supérieur à celui que subissent les déciles supérieurs. En outre, les ménages à faible revenu ont des tampons financiers moins performants et une capacité d'emprunt ou d'épargne moindre, ce qui risque d'aggraver le choc des revenus à moyen et à long terme.

Le compromis entre le revenu et le risque d'exposition semble particulièrement frappant là où les marchés du travail sont fortement doubles. Les travailleurs sous contrat temporaire et précaire, ainsi que les travailleurs indépendants, ont souvent le moins de protection du travail et de pouvoir de négociation contractuel. Le risque de mise à pied pendant et après l'urgence est particulièrement élevé pour ces catégories.

Les travailleurs de l'économie des concerts sont clairement confrontés à des risques plus importants pendant le verrouillage: les travailleurs de l'économie des concerts impliqués dans la livraison de nourriture et d'autres produits sont particulièrement exposés. La figure 1 montre la proportion de contrats temporaires par statut d'emploi dans l'Union européenne. Il montre comment les risques liés aux contrats temporaires sont principalement supportés par les personnes exerçant des professions peu qualifiées et à faible revenu. Les travailleurs employés dans ces différentes professions seront soumis à des risques économiques et sanitaires plus importants que les travailleurs d'autres statuts.

Source: Eurostat LFS (valeurs en%), 2018.

D'autres types de travailleurs vulnérables, qui seront probablement les plus touchés par le choc COVID-19, opèrent dans l'économie informelle. Cela pourrait être particulièrement pertinent pour un pays comme l'Italie, étant donné la taille de son économie informelle. Les travailleurs qui font partie de la chaîne d'approvisionnement agricole et les soignants, qui manquent déjà de protection du travail et de syndicalisation, pourraient faire face à des défis particuliers.

Les autres aspects à prendre en compte lors de la crise du COVID-19 sont les inégalités de conditions de vie et de qualité du quartier pour les personnes en quarantaine et pour les travailleurs à faible revenu. Différents types d'inégalités sont liés les uns aux autres et sont susceptibles d'augmenter le coût du choc COVID-19 de différentes manières.

Les mesures de verrouillage ont différents effets sur la qualité de vie et le bien-être, selon l'état et le type de logement des personnes enfermées. Si le choc COVID-19 est contenu en levant et en appliquant à nouveau des mesures de verrouillage dans les vagues (Ferguson et al, 2020) au cours des prochains mois, les conditions de logement pourraient prendre encore plus d'importance.

Les niveaux de revenu sont liés aux mètres carrés disponibles par habitant. Dans la zone euro, les individus vivant dans les ménages à revenu élevé ont en moyenne presque le double de l'espace comme ceux vivant dans le décile inférieur – 72 mètres carrés contre seulement 38 (graphique 2).

Les différences de qualité du quartier (valeur du parc de logements et indicateurs socio-économiques connexes) pourraient interagir avec les inégalités du marché du travail en affectant les groupes socio-économiques plus vulnérables, en particulier en période de crise. Pour illustrer cela, nous avons examiné la ville de Turin, en utilisant des données sur le parc de logements (provenant de biens immobiliers à vendre sur un site Web italien populaire), et des données de recensement de l'Institut italien de statistique (figure 3). La carte montre 15 000 propriétés classées selon le prix de vente par mètre carré (faible, élevé et moyen: rouge, bleu et vert, respectivement). La carte met en évidence la présence d'une zone centrale (dont la partie sud-est plus proche des collines), d'une zone résidentielle et périphérique. Ces prix reflètent les conditions du parc de logements et les valeurs des logements, sans doute un bon indicateur des revenus et des professions du quartier.

Figure 3: Propriétés par prix de vente à Turin (2020)

Source: Bruegel (2020). Stock de logements à vendre par tranche de prix. Compte tenu d'un coût de construction moyen par mètre carré d'environ 1500 € en Italie, les propriétés sont classées en dessous de 1500 € (rouge), entre 1500 € et 3000 € (turquoise), et plus de 3000 € par mètre carré (vert).

Dans la figure 4, nous observons comment dans les quartiers où les prix de vente (et les revenus) sont inférieurs au mètre carré moyen, ce qui confirme les répartitions de la figure 2 au niveau du quartier. En plus des densités de population plus élevées, il pourrait y avoir un effet de taille différentielle entre les revenus, qui peut avoir un impact sur les conditions de verrouillage. Ainsi, les communautés des quartiers à faible revenu ont accès à un parc de logements de moindre qualité dans les zones plus densément peuplées.

Figure 4: Mètres carrés par pièce par zone de recensement à Turin

La source: Données de recensement ISTAT (2011). Mètres carrés moyens par chambre

Le niveau d'éducation est un indicateur indirect de la situation socio-économique et du bien-être des individus (par exemple, Corak 2013 et Magnouson 2004). La figure 5 montre la proportion de la population turinoise ayant fait des études supérieures, en bonne corrélation avec les données sur le parc de logements (les plus instruits vivent dans les zones les plus chères et les moins densément peuplées). Dans les quartiers où le revenu, la scolarité et la qualité du logement sont pires, les travailleurs sont plus susceptibles d'appartenir aux professions sous contrat temporaire et moins susceptibles de travailler à domicile (tableau 1). Par conséquent, le coût du choc pour ces personnes est probablement plus élevé en termes de risques économiques et sanitaires.

Figure 5: Part des individus ayant fait des études supérieures à Turin

Source: données du recensement ISTAT (2011). Part des individus ayant fait des études supérieures (% du total des résidents)

D'après la littérature, nous savons également qu'une qualité de quartier et des revenus inférieurs sont associés à une incidence plus élevée de troubles de santé mentale courants (Fone et al, 2013; Sareen, 2011; Adler et al, 2016; Kelley-Moore et al, 2016), et la violence domestique (Bonomi et al, 2019). Dans le contexte d'une détresse financière et psychologique plus élevée due au COVID-19 et aux mesures de verrouillage prolongées qui en découlent, cet aspect de l'inégalité urbaine pourrait être exacerbé.
De toute évidence, les dimensions que nous avons prises en compte dans l'observation des revenus et des inégalités urbaines ne parviennent pas à saisir les groupes socio-économiques très marginalisés et vulnérables: migrants et demandeurs d'asile, détenus, sans-abri. Il est presque impossible de maintenir des mesures de sécurité à distance sociale, ce qui contribue à une exposition beaucoup plus grande au risque sanitaire des personnes appartenant aux groupes socio-économiques déjà les plus vulnérables. La situation actuelle dans le hotspot de Moira – sur l'île grecque de Lesbos – est un exemple extrême de cette situation très préoccupante, dans laquelle la crise COVID-19 peut frapper là où les conditions hygiéniques, économiques, psychologiques et sociales sont déjà au bord du gouffre. d'effondrement.

En conclusion, les quartiers et les individus pauvres sont particulièrement touchés par la crise COVID-19. Ils sont plus exposés aux risques pour la santé car ils travaillent dans des secteurs critiques. Ils sont moins susceptibles de pouvoir travailler à distance, ce qui met leurs revenus et leurs emplois plus à risque. Ils ont des appartements plus petits et vivent dans des quartiers plus densément peuplés, les exposant à de plus grands risques pour la santé. Enfin, ils ont des économies plus faibles (voire pas du tout), ce qui leur donne des tampons plus petits. COVID-19 met à nu différents types d'inégalités interdépendantes et les décideurs, pendant et après l'urgence, devraient intégrer la compréhension de ces mécanismes dans leur réponse politique.

Les références

Adler, N.E., Glymour, M.M. et Fielding, J., 2016. S'attaquer aux déterminants sociaux de la santé et aux inégalités de santé. Jama, 316 (16), pp.1641-1642.

Bonomi, A.E., Trabert, B., Anderson, M.L., Kernic, M.A. et Holt, V.L., 2014. Violence entre partenaires intimes et revenu du quartier: une analyse longitudinale. Violence contre les femmes, 20 (1), pp.42-58.

Corak, M., 2013. Inégalité des revenus, égalité des chances et mobilité intergénérationnelle. Journal of Economic Perspectives, 27 (3), pp.79-102.

Ferguson, NM, Laydon, D., Nedjati-Gilani, G., Imai, N., Ainslie, K., Baguelin, M., Bhatia, S., Boonyasiri, A., Cucunubá, Z., Cuomo-Dannenburg, G. et Dighe, A., Impact des interventions non pharmaceutiques (NPI) pour réduire la mortalité par COVID-19 et la demande de soins de santé.

Fone, D., Greene, G., Farewell, D., White, J., Kelly, M. et Dunstan, F., 2013. Troubles mentaux courants, inégalité de revenu du quartier et privation de revenu: analyse multiniveau sur petite zone. The British Journal of Psychiatry, 202 (4), pp.286-293

Hazans, M., 2011. Travailleurs informels à travers l'Europe: données provenant de 30 pays européens. La Banque mondiale..

Kelley-Moore, J.A., Cagney, K.A., Skarupski, K.A., Everson-Rose, S.A. et Mendes de Leon, C.F., 2016. Les hiérarchies sociales locales sont-elles importantes pour la santé mentale? Une étude du statut social du quartier et des symptômes dépressifs chez les personnes âgées. Journals of Gerontology Series B: Psychological Sciences and Social Sciences, 71 (2), pp.369-377.

Magnuson, K. A., Meyers, M. K., Ruhm, C. J., et Waldfogel, J. (2004). Inégalité dans l'éducation préscolaire et la préparation à l'école. Journal américain de recherche en éducation, 41 (1), 115-157


Republication et référencement

Bruegel se considère comme un bien public et ne prend aucun point de vue institutionnel. Tout le monde est libre de republier et / ou de citer ce message sans consentement préalable. Veuillez fournir une référence complète, en indiquant clairement Bruegel et l'auteur concerné comme source, et inclure un hyperlien proéminent vers le message d'origine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *