Comment atteindre les objectifs ambitieux d’atténuation du climat de l’Union européenne – Blog du FMI

Par Dora Iakova, Alfred Kammer et James Roaf

عربي, 中文, Español, Français, 日本語, Português, Русский

La semaine dernière, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a fait une proposition ambitieuse. D'ici 2030, l'Union européenne viserait à réduire les émissions de gaz à effet de serre d'au moins 55% par rapport à leurs niveaux de 1990. Et ce n'est qu'une cible intermédiaire. L'objectif final est que l'UE devienne climatiquement neutre d'ici 2050, comme indiqué dans le Green Deal européen.

Ces objectifs sont suffisamment ambitieux, tout en étant réalistes et réalisables. L'atténuation du changement climatique n'est pas un luxe mais une nécessité si nous voulons éviter une crise climatique. Pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 ° C au-dessus des niveaux préindustriels – un niveau considéré comme relativement sûr par les experts du climat – le monde entier devrait devenir climatiquement neutre d'ici 2050, et l'UE montre la voie.

Le coût de l'inaction est bien supérieur au coût de l'action.

La route à venir

La mise en œuvre d'une réduction aussi importante des émissions ne sera pas facile. Cela nécessitera un changement majeur dans la structure de l'économie européenne vers une plus grande dépendance aux énergies renouvelables et une plus grande efficacité énergétique.

Deux nouveaux documents du FMI suggèrent qu'un ensemble de politiques soigneusement conçu permettrait à l'UE d'atteindre ses objectifs d'émissions tout en maintenant une croissance dynamique. Avec un séquençage minutieux, ces politiques soutiendraient également la reprise économique après la récession liée au COVID.

Stratégie de croissance respectueuse du climat

La mobilisation sans précédent de ressources publiques au niveau national et européen pour lutter contre la crise devrait être utilisée pour bâtir une économie durable et plus résiliente.

Accorder la priorité aux investissements dans les technologies vertes et numériques conduirait à une croissance riche en emplois dans l'UE à court terme. Au fur et à mesure que la reprise s'installe, une augmentation progressive des prix du carbone générerait des revenus indispensables tout en créant de plus grandes incitations à investir dans les technologies propres et l'efficacité énergétique.

La stratégie devrait inclure les éléments suivants.

Un prix du carbone en augmentation progressive. Un prix du carbone qui couvre toutes les émissions et augmente progressivement au fil du temps est le mécanisme le plus efficace pour garantir que les ménages et les entreprises adaptent leur comportement afin de réduire les émissions de manière rentable. La tarification du carbone incite à la fois à réduire la consommation d'énergie et à passer à des sources d'énergie plus propres.

Le système d'échange de quotas d'émission de l'UE a réussi à contrôler les émissions. Mais la couverture, qui est actuellement limitée à la production d'électricité et aux grandes industries, devrait être étendue à tous les secteurs. La prévisibilité du signal de prix peut être renforcée en établissant un prix plancher en hausse progressive pour les permis d'émission. Les faibles prix actuels des produits de base offrent également une bonne occasion d'éliminer progressivement les subventions et exonérations fiscales restantes aux combustibles fossiles.

Utiliser les revenus de la tarification du carbone pour soutenir une croissance durable. Les revenus pourraient être utilisés pour réduire (ou éviter d'augmenter) la main-d'oeuvre et d'autres taxes faussant les distorsions, stimuler l'investissement vert productif et soutenir les personnes touchées par la transition verte. Notre étude montre qu'avec une utilisation efficace des ressources, le coût économique des politiques climatiques est très faible même à court terme. À long terme, les avantages économiques et sanitaires en termes de réduction de la pollution, de meilleure qualité de l'air et de dommages environnementaux évités dépassent de loin les coûts à court terme. En termes simples, le coût de l'inaction est bien supérieur au coût de l'action.

Soutenir les investissements verts et les politiques hors prix ciblées. La tarification du carbone à elle seule n'est pas suffisante pour décarboner rapidement dans certains secteurs, tels que les transports et les bâtiments. Des politiques complémentaires sont essentielles pour surmonter des obstacles spécifiques, notamment les contraintes de financement, les marchés incomplets et la disponibilité des biens publics. Par exemple, les gouvernements peuvent orienter les dépenses d'investissement vers les infrastructures de réseau, y compris les bornes de recharge pour véhicules électriques et les réseaux électriques pour soutenir l'électrification et la production d'énergie plus propre. Ils pourraient également contribuer à promouvoir l'innovation dans les technologies émergentes, telles que la production d'hydrogène et les nouvelles méthodes de captage et de stockage du carbone. Les contraintes de financement pour les particuliers et les entreprises pourraient être atténuées, par exemple, grâce à un financement à faible coût pour la rénovation énergétique des bâtiments. D'autres politiques hors prix, telles que les remises de frais (une échelle mobile de taxes et de rabais sur les produits liés à leurs taux d'émission), les normes et les réglementations ont également un rôle important à jouer dans des domaines spécifiques.

Assurer une transition juste. Les ménages et les travailleurs les plus affectés par l'abandon des activités à forte intensité de carbone devraient être soutenus. Pour que la transformation verte réussisse, elle doit être juste et équitable. L'aide pourrait inclure des transferts directs aux ménages à faible revenu et une aide à la formation et au placement des travailleurs. Alors que l'UE étend la couverture des prix du carbone à plus de secteurs, les États membres à faible revenu les plus touchés par la hausse des prix des émissions devraient également être soutenus.

Prévenir les «fuites de carbone» grâce à une coopération mondiale. L'UE ne représente que 10% des émissions mondiales et ne peut pas à elle seule arrêter le réchauffement climatique. Un accord sur une tarification du carbone plancher entre les principaux pays émetteurs serait le meilleur moyen de réduire les émissions mondiales et d'éviter les «fuites de carbone» (transfert de la production à forte intensité d'émissions vers des pays où les prix du carbone sont plus bas). En l'absence d'un tel accord, les fuites pourraient être évitées en appliquant les mêmes prix du carbone aux mêmes produits, quel que soit leur lieu de production.

L'effort de relance de la crise actuelle offre une opportunité d'accélérer le passage à une économie plus verte, durable et plus juste. L'UE saisit cette opportunité et nous sommes convaincus qu'elle peut atteindre ses objectifs et démontrer au monde les avantages du passage à un modèle économique à faibles émissions de carbone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *