Civils yéménites: assiégés de toutes parts

Selon les Nations Unies, le Yémen est la pire crise humanitaire au monde. Environ 80% de la population – 24,1 millions de personnes – ont besoin d'une aide humanitaire, dont la moitié au bord de la famine. Depuis mars 2015, quelque 3,65 millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays, dont 80% depuis plus d'un an. En 2019, on estimait que les combats avaient coûté la vie à plus de 100 000 personnes, dont 131 000 autres par la faim, la maladie et le manque de soins médicaux – un bilan combiné de décès équivalent à près de 1% de la population. La pauvreté est passée de 47% de la population en 2014 à 75% en 2019.

Un rapport commandé par le PNUD appelle la guerre du Yémen «l'un des conflits internes les plus violents depuis la guerre froide. À l'instar de l'Irak, de la Sierra Leone, du Libéria et de la République démocratique du Congo – conflits ayant un impact sur le développement qui dure pendant une génération. » Si la guerre se termine en 2021, les gains de développement au Yémen auront déjà reculé d'un quart de siècle; le pays sera également le plus pauvre du monde avec 79% de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté et 65% classé comme extrêmement pauvre. Si la guerre continue jusqu'en 2030, le renversement sera de 40 ans – effaçant une génération et demie de gains.

La guerre continue de faire des ravages

Malgré les pourparlers entre les Houthis et la coalition dirigée par l'Arabie saoudite lancés en octobre dernier, les combats ont repris. Les missiles houthis visent à nouveau l'Arabie saoudite, tandis que les frappes aériennes saoudiennes frappent la capitale contrôlée par les houthis, Sanaa. La guerre dans une guerre, qui a opposé le gouvernement Hadi reconnu et soutenu par l'Arabie saoudite aux Émirats arabes unis et au Conseil de transition du Sud, a pris fin après l'accord de Riyad de 2019. Mais étant donné les fortes tensions persistantes, la durée de cette période n'est pas claire

Alors que le coût humanitaire total du blocus dirigé par l'Arabie saoudite n'a pas encore été calculé, les frappes aériennes de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite ont tué des milliers de personnes et ciblé plus d'une centaine de centres médicaux. Parmi ceux-ci figurait un centre de traitement du choléra bien identifié et pré-identifié créé par Médecins sans frontières pour près d'un million de cas suspects de choléra dans le pays. Les Houthis peuvent également avoir tué des centaines de personnes par des bombardements aveugles, ciblant des civils avec des tireurs d'élite et la guerre de siège. Selon l'ONU, tous les combattants «commettent d'horribles exactions, des meurtres arbitraires au viol et à la torture, en toute impunité, ce qui souligne l'échec collectif de la communauté internationale».

Le profit est endémique

Toutes les parties pratiquent également la guerre économique, utilisant l'obstruction et les outils financiers pour refuser des ressources aux opposants. Les forces puissantes bénéficiant matériellement de la guerre, il n'y a guère d'hésitation à entraver les efforts de paix.

L'ONU accuse le gouvernement Hadi de détournement important de fonds, notamment de revenus provenant de la vente de gaz naturel et de taxes douanières dans divers ports et points de passage. Des bénéfices illicites sont également tirés de la manipulation des taux de change et des politiques privilégiant les entreprises de copinage. Dans le secteur pétrolier, par exemple, l'homme d'affaires Ahmed Saleh al-Eisei – conseiller du président et proche associé de son fils – est accusé de manipuler les prix du pétrole tout en contrôlant les monopoles dans les transports et dans d'autres domaines. Le fait que ces allégations fassent régulièrement surface dans les rapports des Nations Unies souligne leur nature profonde.

Les Houthis manipulent eux aussi les prix du pétrole importé tout en expropriant les actifs appartenant à des opposants, y compris l'ancien allié du président Saleh, tué lors de son opposition aux Houthis. L'ONU documente le transfert de fonds publics aux commandants sur le terrain en créant de faux contrats d'approvisionnement et en extorquant de l'argent en arrêtant des chefs d'entreprise et des directeurs de banque, menaçant de les accuser de trahison et d'espionnage.

L'aide humanitaire est gaspillée

Un autre objectif tentant est le plus grand programme d’aide au monde. Les Houthis contrôlent la majeure partie de la population yéménite et, par conséquent, la majeure partie de l'aide humanitaire – environ 3,7 milliards de dollars en 2019 – est destinée aux zones houthies. En février 2020, les rebelles houthis avaient bloqué la moitié de cette aide – une tactique pour contrôler les ressources d'aide alors que des tonnes de nourriture pourrissaient sans être distribuées. Début 2018, ils ont créé le Conseil suprême de gestion et de coordination des affaires humanitaires et de la coopération internationale (SCMCHA) exigeant une taxe de 2% sur l'aide humanitaire. Les donateurs ont reculé, mais le harcèlement et le détournement de l'aide se poursuivent. Dans l'intervalle, la SCMCHA est impliquée dans des scandales, notamment le fait que ses trois principaux fonctionnaires soient payés séparément par trois agences des Nations Unies différentes, des contrats suspects et d'autres activités douteuses.

L'ONU a remanié les procédures, mais des millions ont été gaspillés. L'ONU, avec des milliers d'employés dévoués sur le terrain, a également fait face à des scandales financiers alors que l'Organisation mondiale de la santé se débattait avec des fonds détournés vers des comptes personnels, l'embauche de personnes non qualifiées et de nombreux contrats douteux. L'UNICEF a également fait l'objet d'une enquête pour avoir permis à un chef houthi de voyager dans des véhicules d'agence, à l'abri des frappes aériennes.

La résolution reste insaisissable

L'agonie du peuple yéménite, avec des prédateurs de l'intérieur et de l'extérieur, est difficile à surestimer. Ce n'était pas une guerre de nécessité pour les Saoudiens, les EAU ou l'Iran. L'Occident non plus – ventes lucratives d'armes mises à part – n'était pas non plus profondément engagé avec d'importants intérêts stratégiques en jeu. C'était en grande partie un spectacle secondaire pour tous sauf pour le peuple yéménite. Maintenant, après des années de guerre, une résolution reste insaisissable car le gouvernement Hadi, le Conseil de transition du Sud et les Houthis devront concilier leurs intérêts en gérant les divisions internes et les demandes de leurs mécènes saoudiens, émiriens et iraniens. Dans une démarche qui aggravera la tragédie humanitaire, les États-Unis ont réduit le 27 mars leur aide vitale aux zones contrôlées par les Houthis, invoquant des détournements et des harcèlements continus. Cette décision et son calendrier ont été contestés par les responsables de l'aide internationale et certains législateurs démocrates qui ont évoqué la crise imminente du COVID-19 au Yémen. Alors que le coronavirus n'a pas encore été documenté au Yémen et qu'un cessez-le-feu déclenché par une pandémie très instable s'est installé, l'OMS prévoit «une tempête parfaite de catastrophe si ce virus se présentait». Au milieu de tout cela, les civils yéménites sont confrontés à une spirale descendante avec peu d'espoir et un désespoir absolu. Ils méritent mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *