Ce que l'UE doit faire et ne pas faire pour le commerce des équipements médicaux

L'Union européenne a mis en place des contrôles à l'exportation de certaines fournitures médicales. C'était une erreur. Elle devrait annoncer qu'elle retire la mesure et appeler les autres pays à faire de même.

Par:
André Sapir

Date: 25 mars 2020
Sujet: Macroéconomie et gouvernance européennes

Après la pandémie de grippe aviaire de 2009, qui a tué plus de 150 000 personnes dans le monde, et l'épidémie d'Ebola 2014-2016, qui a tué plus de 11 000 personnes en Afrique, de nombreuses voix dans la communauté de la santé ont averti que, malgré d'énormes progrès en médecine, le monde était largement sous-préparé pour répondre à une pandémie mondiale comme la grippe espagnole de 1918.

Malheureusement, l'avertissement est resté largement lettre morte. Comme ailleurs, la réponse des systèmes de santé en Europe au COVID-19, bien qu'admirable, a été insuffisante. Dans plusieurs pays et régions, les installations médicales et les capacités de test sont fortement sollicitées. Il y a également de graves pénuries d'équipements médicaux de base tels que des masques et des respirateurs.

Face à de telles pénuries, de nombreux pays ont pris des mesures pour interdire ou limiter l'exportation de matériel médical ou de médicaments essentiels à la lutte contre le COVID-19. Selon le Alerte sur le commerce mondial, au 21 mars 2020, 54 gouvernements avaient introduit des restrictions à l'exportation de fournitures médicales essentielles depuis le début de l'année. Certains pays de l'Union européenne ont même introduit des interdictions ou des limites sur les exportations au sein de l'UE.

Face à cette situation, la Commission européenne a pris de bonnes, mais malheureusement aussi de mauvaises mesures.

Le commissaire au marché intérieur, Thierry Breton a écrit aux ministres des États membres, déplorant que les mesures unilatérales mises en œuvre par les gouvernements de l'UE perturbent la libre circulation des équipements médicaux essentiels au sein de l'UE. Au cours d'une Événement Bruegel / FT, il a admis que certaines de ces mesures étaient toujours en place et a expliqué ce que la Commission avait fait pour essayer d'augmenter la production d'équipements médicaux vitaux en Europe avec les moyens limités – essentiellement une pression morale – dont disposait la Commission européenne.

Il est donc surprenant que le 14 mars, la Commission ait adopté une règlement d'application restreindre l'exportation hors de l'UE de cinq catégories d'équipements de protection individuelle (EPI) utilisés par le personnel médical: lunettes et visières de protection, écrans faciaux, équipement de protection bouche-nez, vêtements de protection et gants. Le règlement s'appliquait initialement à tous les pays tiers, y compris les partenaires préférentiels, mais les pays de l'AELE (et le Royaume-Uni) ont ensuite été exemptés. La décision de placer des barrières sur les exportations extra-UE semble avoir été, au moins en partie, conçue quiproquo pour l'accord des États membres de supprimer les obstacles au commerce intra-UE, ou pour ne pas en mettre de nouveaux. Mais la logique de la fermeture des frontières extérieures afin de maintenir les frontières intérieures ouvertes, qui semble avoir été empruntée à la crise des réfugiés, n'a aucun sens parce que le commerce, contrairement aux réfugiés, fonctionne de deux manières: les exportations et les importations.

Comme Chad Bown, du Peterson Institute for International Economics, a montré que l'UE est à la fois exportatrice et importatrice des produits qu'elle soumet désormais à des contrôles à l'exportation. Selon les calculs de Bown, en 2019, l'UE a exporté 12,1 milliards de dollars et importé pour 17,6 milliards de dollars de ces produits. La répartition des échanges par catégorie de produits est indiquée dans le tableau.

Tableau 1: Commerce extra-UE de produits médicaux désormais soumis à des contrôles à l'exportation, 2019 (en milliards de dollars)

Exportations Importations
Lunettes et visières de protection 0,2 0,5
Écrans faciaux 7.4 6,7
Équipement de protection bouche-nez 0,9 2.1
Vêtements de protection 3.1 4.5
Gants 0,4 3.7
TOTAL 12,1 17,6

Source: basé sur Chad Bown.

La réduction des exportations vers des partenaires étrangers est risquée pour deux raisons. Premièrement, cela met en danger les pays qui souffrent également de COVID-19, en particulier ceux qui dépendent fortement des approvisionnements de l'UE. Deuxièmement, cela pourrait mettre l'UE en danger si les partenaires étrangers ne sont pas en mesure ou ne veulent pas fournir à l'UE les produits médicaux dont elle a besoin et ne peut pas produire. Les représailles de partenaires étrangers pourraient même conduire à la rupture des chaînes de valeur régionales et mondiales des produits essentiels.

Sans surprise, les mesures de l'UE ont été immédiatement critiquées par plusieurs partenaires commerciaux, y compris des voisins comme la Norvège et la Suisse, qui dépendent fortement de l'UE pour leurs approvisionnements en EPI couverts par le règlement. En conséquence, la Commission européenne a publié le 20 mars un la communication indiquant que «Compte tenu de l'intégration profonde du marché intérieur avec les quatre États membres de l'Association européenne de libre-échange (AELE), ainsi que de l'intégration des chaînes de valeur de la production et des réseaux de distribution avec les mêmes pays, le règlement d'application ne s'applique pas aux exportations vers ces quatre pays, qui restent donc sans restriction ». (1) Mais évidemment, les chaînes de valeur ne s'arrêtent pas aux frontières de ces quatre pays, de sorte que le potentiel de perturbation résultant des contrôles à l'exportation de l'UE demeure.

En plus d'irriter certains pays, les mesures de l'UE pourraient également se retourner. Ils contribuent à la détérioration du climat du commerce international à un moment où la coopération internationale est la plus nécessaire en raison de la pandémie mondiale. De toute évidence, aucune juridiction ne peut à elle seule résoudre la santé et les crises économiques qui en découlent. Malheureusement, le leadership mondial est à son plus bas niveau, ce qui explique également pourquoi, contrairement à ce qui s'est produit au début de la crise financière, il n'y a eu aucun engagement mondial de s'abstenir de mesures commerciales protectionnistes. Après un retard considérable, cependant, il a été annoncé le 24 mars qu'un sommet virtuel d'urgence du G20 sur la pandémie se tiendrait demain, 26 mars.

L'Union européenne devrait annoncer lors du sommet qu'elle retire ses contrôles à l'exportation sur les EPI, et appeler tous les pays à lever les restrictions à l'exportation des fournitures médicales et à s'abstenir d'en imposer de nouveaux.

(1) Les quatre pays de l'AELE sont l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.


Republication et référencement

Bruegel se considère comme un bien public et ne prend aucun point de vue institutionnel. Tout le monde est libre de republier et / ou de citer ce message sans consentement préalable. Veuillez fournir une référence complète, en indiquant clairement Bruegel et l'auteur concerné comme source, et inclure un hyperlien proéminent vers le message d'origine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *