Ce que la Grande Récession peut nous dire sur la crise des petites entreprises COVID-19

Les mesures drastiques visant à garder les gens chez eux alors que la pandémie de COVID-19 se propage ont décimé le secteur des petites entreprises. Ces entreprises vitales offrent des commodités et des expériences locales qui enrichissent nos vies et ancrent nos communautés, et elles sont une source essentielle de revenus et de génération de richesse pour leurs propriétaires. Et un sous-ensemble de petites entreprises – les jeunes entreprises, âgées de zéro à cinq ans – sont les principaux moteurs de la création nette d’emplois et de la croissance de la productivité au pays.

Parce que les petites entreprises ont des contraintes de crédit plus importantes et sont plus sensibles à la faible demande des consommateurs, elles sont souvent les plus durement touchées par les ralentissements économiques. La récession du COVID-19 leur est particulièrement dommageable, en particulier pour ceux qui dépendent du trafic piétonnier et des interactions sociales.

Alors que les décideurs politiques préparent des mesures de secours pour soutenir les petites entreprises, il est utile de revenir sur ce qui est arrivé aux petites entreprises au cours de la dernière grande récession économique de 2007 à la grande récession de 2009. La récession du COVID-19 sera probablement différente en termes de gravité et de durée de la Grande Récession, mais elle peut néanmoins fournir des indices sur la façon dont les petites entreprises connaissent des contractions économiques par rapport aux grandes entreprises.

Les petites entreprises ont eu moins de travailleurs mais des pertes d'emplois plus importantes pendant la Grande Récession

La définition de «petite» donnée par la Small Business Administration varie selon l’industrie, mais aux fins de la présente analyse, nous définissons les petites entreprises comme celles de moins de 250 employés, ce qui est la norme la plus élevée pour se qualifier dans la plupart des industries.

Pendant la Grande Récession, ces petites entreprises ont subi des pertes d'emplois disproportionnées par rapport à leur part de l'emploi total dans l'économie. À l'échelle nationale, les petites entreprises représentaient 45% de l'emploi, mais comme l'économie a perdu environ 5 millions d'emplois de 2008 à 2009, elles ont représenté 62% de la perte nette d'emplois (figure 1). Par rapport à la Grande Récession, les premiers stades de la crise économique COVID-19 suggèrent que les pertes d'emplois vont tomber de manière encore plus disproportionnée dans le secteur des petites entreprises.

Fig1

Les micro-entreprises et les jeunes entreprises sont particulièrement vulnérables

Au fur et à mesure que les décideurs élaborent des réponses à la grave contraction économique à laquelle nous sommes confrontés, ils doivent considérer que la perte d'emplois varie considérablement selon l'âge et la taille de la petite entreprise.

En règle générale, plus une petite entreprise est ancienne et grande, mieux elle s'en sort pendant la Grande Récession. Les micro-entreprises (moins de 10 employés) et les jeunes entreprises (de zéro à cinq ans) sont les plus vulnérables dans tous les secteurs (figure 2). Les pertes d'emplois au sein des jeunes et des microentreprises variaient de 15% dans le commerce de gros et les services à près de 35% dans le commerce de détail et la construction, ce dernier reflétant le rôle du logement dans la Grande Récession.

Les restaurants et les petits points de vente devraient entraîner les pertes au début de la crise économique alimentée par les coronavirus. Mais finalement, une récession majeure frappera tous les secteurs de l'économie des petites entreprises, alors que la demande des consommateurs et des entreprises diminue. Cette réaction en chaîne commence d'abord et le plus intensément avec des entreprises plus jeunes, plus petites (et donc plus vulnérables).

Fig2

Les tendances géographiques comptent

Les tendances industrielles et technologiques plus larges – et comment celles-ci influencent le dynamisme des économies des régions métropolitaines – ont également joué un rôle dans la façon dont les petites entreprises ont vécu la Grande Récession. Les petites entreprises sont principalement au service local, ce qui signifie que leur viabilité dépend de la santé des principales industries d'exportation dans leurs économies locales.

Parmi les 100 grandes régions métropolitaines du pays, huit économies de la région métropolitaine ont réussi à se développer malgré la Grande Récession. Cela est principalement dû au boom énergétique, qui a maintenu la demande pour les petites entreprises dans des régions comme la Louisiane, l'Oklahoma et le Texas (carte 1).

La plupart des communautés n'ont pas eu autant de chance. Dans plus de la moitié des 100 plus grandes régions métropolitaines du pays, les petites entreprises ont représenté au moins 60% des pertes nettes d’emplois. Dans 16 grandes régions métropolitaines, les petites entreprises étaient responsables de plus de 90% des pertes nettes d'emplois. Les régions métropolitaines les plus durement touchées comprenaient Philadelphie, Fresno, Californie, Jacksonville, Floride, Bridgeport, Connecticut, Louisville, Kentucky et St. Louis, Missouri, entre autres.

Carte

Atténuer, puis récupérer

La semaine dernière, nous avons écrit sur plusieurs stratégies d'allégement des petites entreprises que les gouvernements locaux et des États mettent en œuvre, notamment des fonds de prêts d'urgence et des allégements fiscaux. Pourtant, toutes les petites entreprises ne sont pas équipées pour survivre à ce ralentissement. Mais comme les petites entreprises contribuent de manière disproportionnée aux pertes d'emplois pendant les récessions, ces réponses politiques sont nécessaires. Dans notre crise actuelle, ces mesures doivent intervenir immédiatement, ce qui signifie que la rapidité et la simplicité sont des considérations importantes.

Si la rapidité et la simplicité sont nécessaires à court terme, alors l'échelle est le mot clé pour la reprise à moyen terme. Depuis cette publication, le Sénat est sur le point d'adopter un plan de secours d'au moins 350 milliards de dollars pour les petites entreprises. Ce paquet fédéral est essentiel, car le soutien en capital dirigé localement ne prendra que les économies locales jusqu'à présent.

À long terme, les décideurs et les fournisseurs de services de développement commercial doivent se rappeler que la Grande Récession a été nettement préjudiciable aux petites entreprises. Et c'était à une époque où les magasins et les restaurants pouvaient encore compter sur l'interaction sociale et le trafic piétonnier pour les entreprises – COVID-19 a même retiré cet avantage.

Cette crise nécessitera un ensemble de soutiens politiques à la fois plus larges et à plus long terme que ceux poursuivis en 2009. Sinon, les petites entreprises seront certainement confrontées à une calamité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *