Ce que Donald Trump aurait dû faire avec la Corée du Nord – et ce que le prochain président devrait faire

Le président Donald Trump a risqué imprudemment la guerre contre la Corée du Nord en 2017, mais a ensuite semblé faire relativement bon usage de cette peur en entamant un processus de négociation avec Kim Jong-un les deux années suivantes. Malheureusement, l'élan est maintenant parti, et nous sommes revenus presque au point où nous avions commencé il y a trois ans et demi. Au moins, la Corée du Nord ne teste pas d'armes nucléaires ou de missiles à longue portée pour le moment, mais elle pourrait reprendre ces tests – et elle n'a jamais cessé de fabriquer plus d'armes nucléaires. Le prochain président, Biden ou un Trump réélu, doit sortir de cette impasse.

Il y a un chemin à parcourir. Plutôt que de poursuivre l'élimination complète de toutes les capacités nucléaires de la Corée du Nord, l'administration Trump viserait un commerce plus modeste comme au moins une étape intérimaire. Il faudrait que la Corée du Nord démantèle de manière vérifiable toutes ses capacités pour fabriquer davantage de bombes en échange d’une levée partielle des sanctions qui ont poussé l’économie nord-coréenne dans le réservoir.

Les termes d'un tel accord suivraient logiquement le sommet Trump-Kim de février 2019 à Hanoï, où le Nord a proposé de démanteler une partie de sa capacité de production nucléaire en échange d'une levée de toutes les sanctions, et où le président Trump a ensuite marché. La nouvelle proposition de Washington ne ferait que durcir et améliorer les termes de ce type d’échange, en exigeant le démantèlement de toutes les infrastructures de plutonium et d’uranium enrichi en échange de la levée de certaines sanctions.

À condition que la vérification soit bonne et que certaines sanctions soient maintenues même après la conclusion d'un tel accord, ce serait une bonne affaire. Ce ne serait pas parfait et n'atteindrait pas la dénucléarisation complète de la Corée du Nord sur laquelle Trump avait initialement insisté. Mais il identifierait et poursuivrait l'intersection de ce qui est réaliste avec ce qui est souhaitable. Cela réduirait les risques de guerre et limiterait les dommages causés par la prolifération nucléaire en Asie du Nord-Est.

La Corée du Nord possède aujourd'hui entre 20 et 60 bombes nucléaires et en fabrique toujours plus, du mieux que nous pouvons le dire. Il considère ces armes comme le fier héritage du père et du grand-père de Kim, et l’assurance ultime que le jeune Kim ne subira pas le sort de Saddam Hussein ou de Muhammar Kadhafi, tous deux morts après avoir combattu les États-Unis sans armes nucléaires. Il est difficile de voir la Corée du Nord abandonner ces bombes même si les sanctions restent en place indéfiniment, même si nous ne pouvons certes pas en être sûrs. Les Nord-Coréens ont déclaré qu'ils étaient prêts à manger de l'herbe pour conserver leur arsenal nucléaire. Kim et ses copains auront toujours leur caviar et leur cognac, mais il ne fait guère de doute que le dirigeant nord-coréen serait prêt à voir son propre peuple continuer à souffrir tant qu'il conservera sa garantie ultime de survie politique et personnelle. Viser une dénucléarisation complète de la Corée du Nord est un pont trop loin.

Mais peut-être que Kim a conclu que 20 à 60 (ou 70, ou 80!) Bombes suffisent. Et peut-être est-il également disposé à rendre permanent son moratoire sur les essais d'armes nucléaires et de missiles à longue portée, à condition que les États-Unis et la Corée du Sud plafonnent la taille de leurs exercices militaires.

Nous pouvons aussi vivre avec un tel accord. Si la Corée du Nord peut être persuadée de démanteler son infrastructure nucléaire, son futur arsenal sera à jamais plafonné à sa taille actuelle ou en dessous. Le prochain président serait sage de ne pas trop se vanter d’un accord qui a laissé l’un des pires dictateurs du monde en possession de bombes nucléaires et lui a permis de reprendre le commerce et l’investissement avec d’autres pays. Mais en donnant à la Corée du Nord un enjeu dans la paix et une Asie du Nord-Est stable, cela réduirait probablement les risques de guerre.

En vertu d'un tel accord, les sanctions des Nations Unies qui ont été imposées ces dernières années seraient vraisemblablement d'abord suspendues, puis levées. Ce sont ces sanctions qui nuisent vraiment à la Corée du Nord, car elles empêchent ses relations économiques normales avec la Chine et la Corée du Sud en particulier, ainsi qu'avec la Russie et certains pays d'Asie du Sud-Est. À la suite de ces sanctions, imposées en grande partie en 2016 et 2017, le commerce de la Corée du Nord semble avoir diminué de plus de la moitié malgré quelques tricheries et contournements des sanctions.

Mais la plupart des sanctions américaines qui ont été imposées à la Corée du Nord au cours des décennies devraient rester en vigueur même après la disparition des sanctions des Nations Unies. La plupart des aides, échanges, investissements et interactions américains devraient encore être interdits en vertu d'un tel accord. Il en va de même pour l’aide d’organisations comme la Banque mondiale, où les États-Unis ont une influence majeure. La Corée du Nord ne serait pas officiellement reconnue comme un État doté d'armes nucléaires. Tout traité de paix et toute présence diplomatique américaine seraient considérés comme des mécanismes concrets pour améliorer la communication future, et non comme de grandes réalisations à célébrer. Ce n'est que si et quand la Corée du Nord abandonne toutes ses bombes, réduit ses armes conventionnelles et chimiques menaçantes et commence à ouvrir ses prisons de style goulag que des relations vraiment normales deviendront possibles avec l'Amérique. Ce n'est qu'alors que les sanctions américaines seraient levées. Ce jour n'arrivera peut-être pas avant des décennies, certes. Mais entre-temps, nous aurons plafonné l’arsenal nucléaire et les ambitions de la Corée du Nord et réduit les risques de guerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *