Brésil, modes de vie et verrouillage: consommation durable dans une société bouleversée

La classe moyenne mondiale devrait croître et atteindre 5,5 milliards d’ici à 2030, ajoutant une pression sur les ressources de notre planète grâce à des pratiques de consommation non durables. La part du lion de la nouvelle classe mondiale de consommateurs vivra dans des pays en développement comme le Brésil.

S'il est sans aucun doute d'une importance capitale de mettre fin à la pauvreté et de permettre aux citoyens des pays en développement de mener une vie plus prospère, l'adoption de pratiques de consommation non durables doit être évitée si nous voulons sérieusement rester dans les 1,5 ° C, comme indiqué par le GIEC. En tant que première tentative mondiale d'atténuation des risques déclenchés par les niveaux de consommation actuels, les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies ont ajouté l'ODD 12 axé sur la consommation et la production durables (SCP).

Pour faire de la CPD une réalité, un effort concerté est nécessaire, comprenant à la fois des approches ascendantes (consommation durable) et descendantes (production et législation durables).

Un rapport de nos partenaires de recherche de l'étude CYCLES, l'Instituto Akatu, publié à la fin de l'année dernière, a montré que les Brésiliens repensent leurs choix de mode de vie et essaient activement d'inclure des actions pro-environnementales et de vivre un mode de vie plus sain et plus durable.

Comme souvent, les raisons des changements de nos comportements sont diverses. Par exemple, comme le montrent les recherches longitudinales, une transition intergénérationnelle à travers l'Amérique latine se produit à travers une augmentation des revenus. Cela se traduit par une transformation des valeurs et des attitudes des citoyens. L'analyse d'Inglehart montre que les jeunes générations (c'est-à-dire nées entre 1987 et 1996) ont adopté des valeurs post-matérialistes et, dans les pays en développement comme le Brésil, sont actuellement plus nombreuses que les générations plus âgées qui ont des valeurs plus matérialistes. Les personnes ayant des valeurs post-matérialistes affichent généralement des niveaux plus élevés de préoccupation environnementale et manifestent un plus grand intérêt pour une participation active au discours politique et aux questions civiques plus larges, ce qui rend plus probable l'adoption et l'incorporation de pratiques de consommation plus durables dans les modes de vie existants.

Dans le même temps, la plupart des gens se souviendront des images d’une déforestation sans précédent et de l’incendie d’immenses parcelles de forêt amazonienne transformant l’après-midi de São Paulo, la plus grande ville du Brésil, en un scénario de minuit. Cela a généré une pression croissante de la part des citoyens du monde entier, des gouvernements internationaux et des investisseurs pour passer à des processus de production plus durables.

Ces appels au changement au sein du SCP ont attiré l’attention en plus du leadership politique actuel du Brésil qui a adopté des positions plutôt opposées à l’égard des principes démocratiques, de la déforestation et du développement durable en général, le président Bolsonaro ayant menacé à plusieurs reprises de quitter l’accord de Paris sur le climat.

Mais, comme nous le savons tous douloureusement, beaucoup de choses ont changé depuis le début de l’année. Alors que quelques experts avaient déjà averti qu'une pandémie pouvait survenir, la pandémie mondiale de Covid-19 peut certainement être décrite comme un événement Black Swan, un terme inventé par Nassim Nicholas Taleb décrivant un événement imprévisible qui est au-delà de ce que l'on attend normalement d'une situation et a des conséquences potentiellement graves. Avec la propagation rapide de Covid-19 dans le monde entier, notre attention a été douloureusement déplacée vers une crise apparemment plus urgente, laissant peu de place pour d'autres problèmes tels que la crise climatique.

Bien que personne ne sache à quoi ressemblera la vie après la pandémie, un événement comme celui-ci pourrait encore être un point de basculement qui accélère les changements de mode de vie et les modes de consommation. Avant Covid-19, et malgré le climat politique de droite au Brésil, un glissement lent mais régulier vers une plus grande conscience environnementale du public et vers une consommation et une production durables étaient une lueur d'espoir. En effet, suite à ces développements antérieurs au Brésil, nous nous sommes intéressés à l'impact du Covid-19 sur les pratiques de consommation des Brésiliens lors du lock-out (1).

Des recherches antérieures suggèrent que poser une perturbation significative de la vie quotidienne, des habitudes et des routines peut être changé à travers des moments de changement. Ceci est également connu sous le nom d'hypothèse de la discontinuité de l'habitude, quelque chose qu'un certain nombre de collègues du CUSP ont déjà exploré en détail.

Dans notre recherche, nous avons interrogé près de 1000 personnes à travers le Brésil en nous concentrant sur des groupes sociétaux ayant un pouvoir d'achat plus élevé dans les principaux centres urbains du pays. Notre recherche a révélé que Comment les gens achètent des choses considérablement modifiées pendant le verrouillage de Covid-19 qui a également eu un impact quelle les gens consommaient. Dans notre enquête, la grande majorité a indiqué qu'elle espérait réduire son impact environnemental et consommer moins à l'avenir. En particulier, une réduction de la consommation est essentielle pour rester dans nos limites planétaires et éviter un changement climatique potentiellement catastrophique. En effet, Lorek et Fuchs font valoir de manière convaincante que seul ce qu'ils appellent fort une consommation durable, sans consommation, fera la différence.

Selon nos résultats, le verrouillage a permis aux gens de réfléchir à leur situation et à leurs pratiques de consommation. Près de la moitié des répondants ont déclaré qu'ils se rendaient compte qu'ils disposaient de suffisamment de produits et de services pour répondre à leurs besoins pendant la situation de verrouillage.

En examinant de plus près les comportements pendant le verrouillage, la majorité de nos participants ont adopté des comportements pro-sociaux, essayant de soutenir les entreprises locales et faisant des dons aux ONG, entre autres. Anti-les actions sociales ont été sanctionnées. Par exemple, les grandes entreprises qui licencient leur personnel se sont heurtées à une forte résistance et à une campagne nationale sur les réseaux sociaux – sous le hashtag # NÃODEMITA («ne tirez pas»). Les entreprises avec un programme pro-social, qui a suivi des mesures de verrouillage international et de distanciation sociale – en plus des directives gouvernementales incohérentes, parfois contradictoires – ont été consciemment soutenues, selon nos recherches, pour récompenser leur engagement sociétal.

Le verrouillage de Covid-19, semble-t-il, a fourni une ouverture pour l'évaluation du mode de vie, a fait ressortir des attitudes prosociales et, du moins pour le moment, un intérêt accru pour le changement des pratiques de consommation pour être plus durables.

Alors que nous rédigeons encore nos résultats, suite à une invitation du Faculté de santé de Pernambuco (FSP) au Brésil, le Dr Patrick Elf a récemment eu l'occasion de présenter certaines des conclusions provisoires lors d'un webinaire. Avec Nayara Mesquita, entrepreneure et fondatrice de Pholha Verde et Luciana Naira, militante sociale et environnementale de Recife Sem Lixo, ainsi que plus de 700 participants, nous avons discuté des pratiques de consommation durable au Brésil.

La plupart des participants travaillent dans le secteur de la santé et sont quotidiennement exposés au Covid-19, ce qui peut vraisemblablement détourner l'attention de l'urgence d'autres problèmes tels que le développement durable. Pourtant, ils ont également montré une forte compréhension du fait qu'un changement des pratiques de consommation est nécessaire de toute urgence. Au cours de la session de questions-réponses, une discussion intéressante a évolué sur la manière dont des actions plus petites telles que l'utilisation de pailles de bambou peuvent déclencher de nouveaux comportements et pratiques pro-environnementaux supplémentaires, et comment le secteur de la santé peut intégrer des pratiques plus durables qui font souvent déjà partie de la vie quotidienne. – processus connus respectivement sous le nom d'effet d'entraînement comportemental et d'effet d'entraînement contextuel.

Les pays en développement pourraient avoir besoin d'une phase de transition qui impliquera ce que Lorek et Fuchs appellent faible consommation durable, mais la transition vers fort les pratiques de consommation durable doivent être rapides.

Covid-19 a révélé une grande partie de nos pires mais aussi meilleures tendances. Dans le cas du Brésil, ce sont les pro-sociaux qui dominent ce que la pandémie a montré. Notre recherche indique que pour réussir et finalement en faire une réalité, les campagnes et stratégies de consommation durable pourraient bénéficier d'une concentration sur des messages étroitement liés avant tout aux problèmes sociaux. L'appétit pour une reprise verte est là. « Bora? »

__

(1) NB: Alors que des mesures de verrouillage ont été appliquées au niveau de l'État, différents gouverneurs adoptant des stratégies très diverses et le président Bolsonaro s'efforçant de maintenir l'économie ouverte, rejetant les efforts visant à minimiser les risques pour la santé, notre collecte de données s'est déroulée sur une période de dix jours en avril pendant dont tous les États étaient bloqués.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *