Balayage erroné de Trump sur Bill Barr

Le procureur général Bill Barr en juin.


Photo:

saul loeb / Agence France-Presse / Getty Images

Si le président Trump perd le 3 novembre, une des raisons sera son incapacité à comprendre quand quelqu'un qui n'est pas d'accord avec lui agit par principe. Il considère que tout en politique est personnel – tout dépend toujours de lui. Le dernier exemple est la critique publique erronée de M. Trump contre le procureur général William Barr pour avoir révélé qu’il n’y aurait pas d’inculpation avant les élections dans le cadre de l’enquête sur la collusion du FBI en Russie.

«Si tel est le cas, je suis très déçu», a déclaré M. Trump à Rush Limbaugh dans une interview vendredi. «Je pense que c’est une chose terrible. Et je vais le lui dire en face.  » Il a ajouté que « c'est une honte. C’est une gêne »et« voyez, c’est ce que je veux dire avec les républicains. Ils ne jouent pas le match difficile. »

Événement de questions-réponses en direct

Opinion WSJ | L'élection de 2020: les derniers jours ou des semaines?
Rejoignez Paul Gigot, Daniel Henninger, Kyle Peterson et Kimberley Strassel de WSJ Opinion pour une discussion en direct et des questions / réponses sur la dernière ligne droite de la course. 21 octobre 2020 à 20 h EDT

M. Trump devrait faire confiance au jugement de M. Barr. L'AG a tenté de restaurer la confiance du public dans le ministère de la Justice après sa politisation sous l'administration Obama. Il a retiré la poursuite injuste de Michael Flynn. Il a essayé de rétablir une supervision adéquate sur un FBI qui est devenu un gouvernement à lui tout seul. Et il a nommé le procureur américain John Durham pour creuser les origines de l'enquête Russie-Trump du FBI en 2016 et savoir si les lois ont été enfreintes.

Pour avoir fait tout cela, M. Barr a subi des critiques implacables et injustes de la part de la presse partisane de Washington qui a contribué à promouvoir la désinformation russe. L'AG a sans doute le travail le plus difficile de l'administration Trump, mais il a bien résisté à la pression. Et il l'a fait parce qu'il prend des décisions sur les preuves et la loi comme il se doit, et non selon un calendrier politique ou des ordres de la Maison Blanche.

Ceci est particulièrement important en ce qui concerne les poursuites. Tout acte d'accusation dans l'enquête sur la Russie sera attaqué comme politique, surtout si près d'une élection. Les affaires doivent être solides pour qu'elles prévalent devant les tribunaux. M. Barr a choisi M. Durham pour le poste précisément parce qu'il a la réputation de suivre la loi et non la politique. La dernière chose dont M. Barr ou M. Trump a besoin, c'est que M. Durham démissionne parce qu'il se sent obligé de poursuivre prématurément ou sans cas suffisamment solides pour l'emporter. Quelle que soit sa frustration, la pression publique de M. Trump est contre-productive à tous égards.

M. Trump a cependant raison de vouloir rendre des comptes pour la sale ruse partisane qui était derrière les abus du FBI de James Comey. Nous savons maintenant que la campagne Clinton en a créé une grande partie et qu’une partie de la bureaucratie fédérale en a fait la promotion, même si nous n’en savons pas encore assez sur les détails. Le danger pour le pays est que si personne ne répond à ces abus, d'autres concluront qu'ils peuvent également manipuler les forces de l'ordre, les services de renseignement américains et un média complice et s'en tirer.

C’est ce sur quoi M. Durham travaille, et son enquête est la principale raison pour laquelle nous en apprenons toujours plus. M. Trump dit qu'il a déclassifié tous les documents liés à l'enquête de 2016 sur la Russie et que M. Barr devrait autoriser leur libération dès que possible, quelles que soient les objections de la CIA et du FBI.

En ce qui concerne les élections, les mises en accusation ne vont pas changer le cours de la campagne. La plupart de la presse les ignorera ou les rejettera, et les électeurs swing ne sont pas accrochés aux résultats de l'enquête de Durham. Ils veulent connaître les quatre prochaines années, pas les quatre dernières. M. Trump n'aide pas sa propre cause en changeant de sujet toutes les cinq minutes ses griefs au sujet de son traitement de premier trimestre.

Les électeurs se concentrent sur les efforts visant à contrer Covid-19 et à promouvoir une reprise économique. C'est sur ce point que M. Trump devrait concentrer son attention au cours des dernières semaines, contrastant son programme avec celui de Joe Biden et plus que simplement avec des incantations de «socialisme» et de «gauche radicale». Le vice-président Mike Pence a montré comment y parvenir lors du débat de la semaine dernière en se concentrant sur des questions spécifiques.

Cette élection ne dépend pas des décisions prises par M. Barr au ministère de la Justice. Il sera gagné ou perdu par le titulaire du bureau ovale.

Rapport éditorial du journal: Le meilleur et le pire de la semaine par Kim Strassel, Kyle Peterson et Dan Henninger. Image: Reuters / AFP via Getty Composite: Mark Kelly

Copyright © 2020 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Paru dans l'édition imprimée du 12 octobre 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *