Avec les conclusions COVID-19 de la Commission LTC, le SCFP appelle à la création immédiate d’emplois à temps plein et à l’application du principe de précaution par le gouvernement PC

Contenu de l’article

TORONTO – Les recommandations claires de la Commission des soins de longue durée de l’Ontario pour la création d’emplois à temps plein et, sur l’application du principe de précaution dans les établissements de soins de santé, exigent que le gouvernement provincial et le médecin-hygiéniste agissent immédiatement pour empêcher plus de décès dus au COVID-19 et de blessures aux résidents de SLD, selon le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Le SCFP a appelé aujourd’hui le premier ministre, son ministre des Soins de longue durée et ministre de la Santé et le médecin hygiéniste en chef à donner suite aux principales recommandations de la Commission et à prendre des mesures immédiates pour:

  • fournir un financement immédiat pour des postes à temps plein et plus de soins au chevet du patient;
  • fournir le financement d’une augmentation permanente de salaire pour tous les travailleurs de la santé afin de stabiliser le secteur;
  • accélérer la mise en œuvre de la norme de soins de 4 heures promise en intensifiant considérablement les efforts de recrutement et de rétention dès maintenant
  • modifier les lignes directrices pour appliquer le principe de précaution afin de mieux protéger les travailleurs de la santé au plus haut niveau, une mesure qui reconnaîtrait les preuves croissantes de la transmission par aérosol du COVID-19;
  • modifier le mécanisme de financement des soins de longue durée afin de reconnaître les niveaux de soins complexes et croissants dont les résidents ont besoin;
  • financer des ressources pour faire face aux traumatismes parmi les travailleurs de la santé et les résidents et adopter une loi pour fournir une couverture présomptive de la CSPAAT aux travailleurs de la santé de première ligne ayant reçu un diagnostic de SSPT.

Contenu de l’article

Alors que le COVID-19 traquait, retrouvait et tuait des résidents fragiles de soins de longue durée, les conclusions de la Commission «montrent à l’évidence que le manque de planification, la léthargie, l’inaction et les mauvaises décisions du gouvernement ont ouvert la porte qui a laissé le virus entrer dans des foyers négligés et en sous-effectif. où la majorité du personnel travaille à temps partiel », déclare Candace Rennick, secrétaire-trésorière du SCFP-Ontario, qui, avec plusieurs préposés au soutien personnel, infirmières auxiliaires autorisées et autres membres du personnel de première ligne du SCFP, a témoigné devant la Commission et est cité dans leur rapport .

Rennick a déclaré à la Commission que les conditions de travail et le recours excessif à une main-d’œuvre à temps partiel ont un impact direct sur les niveaux et la qualité des soins aux résidents. «Maintenant que le rapport de la Commission fait écho à cela», dit-elle, «ce n’est plus à débattre. Les PJ doivent cesser de prétendre que la responsabilité de prévenir d’autres calamités ne leur incombe pas quand c’est le cas. Ils doivent agir rapidement pour créer immédiatement des emplois à temps plein mieux rémunérés et un financement initial pour une norme de soins de quatre heures maintenant, et non plus tard.

La Commission des soins de longue durée et le rapport du vérificateur de l’Ontario identifient tous deux la volonté de la province de transférer plus de 700 niveaux de soins alternatifs, pour la plupart des patients âgés d’hôpitaux, vers des foyers de soins de longue durée déjà surpeuplés, sans les systèmes de protection contre les infections, l’équipement et la ventilation que l’on trouve dans les hôpitaux. – tout comme la pandémie a frappé l’Ontario.

«La province doit être tenue responsable de cette décision malheureuse et d’autres pratiques discriminatoires fondées sur l’âge. Le gouvernement s’est concentré sur la réduction du taux d’occupation des hôpitaux, car il savait que son sous-financement signifiait que les hôpitaux manquaient de capacité et ne pouvaient pas faire face aux surtensions. La décision du gouvernement de transférer les patients de l’hôpital dans les SLD et la décision de garder les résidents malades hors de l’hôpital ont conduit à des maisons de soins de longue durée surpeuplées où le virus respiratoire sévissait, tuant des milliers de personnes. Même après ce désastre, le gouvernement continue de réduire encore plus la capacité des hôpitaux », a déclaré Michael Hurley, président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (BCHU / SCFP) du SCFP. «D’autres tragédies attendent.»

La Commission, comme le SCFP et bien d’autres, ne voit aucun rôle à mettre l’accent sur le profit dans la prestation des soins. Cependant, un modèle de développement hybride et privé pour les nouveaux foyers va à l’encontre de la capacité croissante du secteur des soins de longue durée. Les hôpitaux construits selon un modèle privé fournissent 30% de lits et de personnel en moins pour compenser les coûts plus élevés des emprunts du secteur privé et la nécessité de faire des profits.

Contenu de l’article

«Il ne devrait pas y avoir de zone grise – toutes les parties des SLD devraient être à but non lucratif ou publiques, de l’immeuble de briques et de mortier aux soins et à la dotation en personnel», déclare Hurley.

Rennick et Hurley soulignent tous deux que les efforts de près de 20 ans de plus de 35 000 membres du secteur des soins de longue durée du SCFP qui préconisent une augmentation des soins et des niveaux de dotation sont évidents dans les recommandations de la Commission et ils disent: «Nous sommes éternellement reconnaissants à ces membres qui courageusement ont partagé leurs histoires avec la Commission et pour la détermination tenace de tous nos membres de première ligne des soins de longue durée à améliorer les soins aux résidents et pour l’engagement et la compassion qu’ils apportent chaque jour à leur travail malgré des charges de travail exténuantes et démoralisantes et des conditions à risque – surtout au cours de la pandémie. »

Consultez la version source sur businesswire.com: https://www.businesswire.com/news/home/20210502005025/fr/

logo

Contacts

Stella Yeadon Communications du SCFP 416-559-9300 [email protected]

#distro

Vous pourriez également aimer...