Attention aux acheteurs: les stocks de pétrole sont énormes

Par Julian Lee

(Opinion Bloomberg) – Vous vous souvenez des prix négatifs du pétrole et de la crainte que chaque réservoir de stockage de la planète soit rempli à ras bord? Cela semble il y a longtemps, le brut West Texas Intermediate atteignant maintenant 40 $ le baril et l'accumulation de stocks s'apprêtant à s'inverser. L'avertissement envoyé par ce voyage en dessous de zéro a été entendu. La production de pétrole a été réduite et la crise évitée.

Mais si vous espériez une reprise rapide en forme de V de la demande de pétrole, détournez le regard maintenant.

L'Agence internationale de l'énergie a publié ses dernières perspectives sur le marché du pétrole la semaine dernière, repoussant pour la première fois ses prévisions trimestrielles jusqu'à la fin de 2021. Il ne pense pas que la demande se sera complètement rétablie d'ici là. Au cours du dernier trimestre de l'année prochaine, il prédit que la demande mondiale de pétrole se maintiendra à environ 2 millions de barils par jour en dessous des niveaux d'avant la pandémie, et à plus de 4% en deçà du niveau auquel on aurait raisonnablement pu s'attendre en l'absence de crise.

Cela peut ne pas sembler beaucoup, étant donné les profondeurs dont nous sortons, mais cela aura de grandes implications pour les marchés pétroliers et l'industrie pétrolière.

Un regard sur les perspectives à court terme permet d'expliquer pourquoi la reprise prendra du temps. Alors que les attentes en matière de destruction de la demande ce trimestre commencent à sembler un peu moins contraignantes qu'elles ne l'étaient il y a un mois alors que les fermetures sont assouplies, c'était clairement la partie la plus facile. Les 10% ou plus de la demande perdue semblent plus difficiles à récupérer.

Oui, l'AIE a révisé à la hausse son estimation de la demande mondiale de pétrole au deuxième trimestre de ce qui, en temps normal, représenterait un énorme 2,1 millions de barils par jour, mais elle enregistre toujours une baisse annuelle de près de 18 millions de barils, ou 18%. Il s’agit de la plus forte baisse de la demande de pétrole jamais enregistrée, largement en deçà de la baisse de 3,4% enregistrée au pire trimestre de la crise financière de 2008-2009.

Et plus révélateur, la reprise ralentit considérablement à partir du troisième trimestre.

Le retour de la demande jusqu'à présent, combiné aux baisses de production à la fois de l'OPEP + et des producteurs extérieurs au groupe – y compris ceux des États-Unis – a probablement ramené l'offre et la demande mondiales de pétrole, et les stocks commenceront à diminuer au second semestre. de l'année. Mais la quantité de pétrole stocké qui doit être brûlée avant qu'il n'y ait de la place pour les producteurs de pomper plus est énorme. Au cours des six derniers mois, assez de choses noires sont allées dans les réservoirs de stockage, les cavernes et les navires pour conduire cinq fois tous les camions lourds aux États-Unis dans le monde – si tout cela pouvait être transformé en carburant diesel.

À la fin de ce mois, les stocks mondiaux devraient se situer à environ 2,7 milliards de barils au-dessus de ce qu'ils étaient à la fin de 2013. C'est près de quatre fois l'excédent observé après le premier boom du schiste au début de 2017, lorsque les prix du pétrole se sont effondrés vers 25 $ a baril. C'est un point de comparaison important car c'est à ce moment-là que l'Arabie saoudite et d'autres ont décidé que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole ne gérerait pas ou ne pourrait pas gérer le marché du pétrole par elle-même – et le groupe OPEP + plus large a été créé, apportant plus de pays , y compris la Russie, à la table.

Leur coopération a été loin d'être fluide, mais inquiétante pour le groupe de producteurs, leurs actions quelque peu tardives pendant la pandémie ont eu un tel succès que le brut WTI est de retour à un niveau qui va encourager les producteurs américains de pétrole de schiste à recommencer à pomper. Bien que cela ne soit peut-être pas encore assez élevé pour les amener à forer de nouveaux puits, il leur suffit de réactiver certains de ceux qu'ils ont fermés pendant la profondeur de la pandémie et même de commencer à fracturer certains de ceux qu'ils avaient déjà forés mais pas terminés.

Il n'est donc pas étonnant que l'Arabie saoudite ait fait pression sur les membres de l'OPEP + qui n'ont pas atteint leurs objectifs de réduction de la production en mai pour compenser par des coupes plus importantes dans les mois à venir. Il a renouvelé cette pression lorsque le comité de surveillance du groupe s’est réuni la semaine dernière et va devoir continuer de surveiller cet accord pendant encore plusieurs mois pour vider ces réservoirs pleins de pétrole.

Cette colonne ne reflète pas nécessairement l'opinion du comité de rédaction ou de Bloomberg LP et de ses propriétaires.

Julian Lee est stratège pétrolier pour Bloomberg. Auparavant, il a travaillé comme analyste principal au Center for Global Energy Studies.

© 2020 Bloomberg L.P.

Bloomberg.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *