Arbitrage du ratio de levier encore une fois -Liberty Street Economics

Les limites de l'effet de levier en tant que forme de réglementation des fonds propres ont un bug potentiel bien connu: si les banques ne peuvent pas tirer parti des rendements comme souhaité, elles peuvent augmenter les rendements des fonds propres en se tournant vers des actifs plus risqués et à plus haut rendement. Cette portée pour le rendement est la règle de levier «arbitrage». Mais les banques feraient-elles cela? Dans un article précédent, nous avons discuté des preuves de notre document de travail selon lesquelles les banques l'ont fait en réponse à la nouvelle règle de levier qui est entrée en vigueur en 2018. Cet article examine les nouvelles conclusions de notre document révisé sur le moment et la manière dont les banques ont arbitré.

Quand ils ont arbitré

La nouvelle règle de levier, comme les autres réformes post-crise, a connu une longue période de gestation:

Arbitrage de ratio de levier encore une fois

Les régulateurs américains ont proposé pour la première fois la règle du ratio de levier supplémentaire (SLR) en janvier 2012. La motivation de la règle était d'avoir une exigence de capital simple et non pondérée comme sauvegarde au cas où l'exigence pondérée en fonction du risque ne saisirait pas le véritable risque d'actif dans les très grandes banques en utilisant des estimations de risques internes basées sur un modèle. Plusieurs années de raffinement s'en sont suivies, notamment concernant les actifs qui compteraient dans le dénominateur du SLR («total leverage exhibition»). Les banques ont plaidé pour l'exclusion de certains actifs «sûrs», ce qui aurait tendance à rendre le ratio de levier moins contraignant. Le dénominateur a été finalisé en septembre 2014 et la règle de l'effet de levier a fini par devenir l'exigence la plus contraignante pour la plupart des banques couvertes. Les banques étaient tenues de divulguer leur SLR aux investisseurs en 2015, mais avaient jusqu'en janvier 2018, six ans avant le mois suivant la première proposition de règle, pour se conformer – en d'autres termes, pour ramener leurs ratios de fonds propres à effet de levier au minimum requis.

Si les banques avaient l'intention d'arbitrer la nouvelle règle en s'orientant vers des actifs plus risqués, quand le long de cette échéance pourrait-on s'attendre à ce qu'elles le fassent? Notre document original se concentrait sur le troisième trimestre de 2014, lorsque le dénominateur SLR a été finalisé, au motif que ce n'est qu'à ce moment-là que les banques savaient à quel point la règle serait contraignante. Bien que nous ayons trouvé des preuves de transfert de risque à partir de ce moment-là, nos données ont pris fin avant la date de conformité en 2018. Avons-nous manqué une partie de l'histoire?

Evidemment non. Nous étendons l'échantillon dans notre document révisé mais ne trouvons aucun transfert de risque supplémentaire après la date de conformité. À titre d'illustration, le graphique ci-dessous représente le rapport moyen des titres pondérés en fonction du risque au total des titres des quinze banques couvertes par le SLR et d'un groupe de contrôle comprenant les dix-huit autres banques les plus importantes (avec des actifs compris entre 50 et 250 milliards de dollars). Les banques de contrôle sont également réglementées, à l'exception de la nouvelle règle de levier. Les banques SLR ont augmenté leur ratio de titres pondérés en fonction des risques – indiquant des avoirs plus risqués – tout comme le dénominateur SLR a été finalisé en 2014 (la ligne verticale gris clair), mais il n'y a pas eu de transfert de risque supplémentaire lorsqu'il est entré en vigueur en 2018 (la verticale gris foncé ligne). Bien qu'il puisse être surprenant que les banques n'aient reporté aucun changement jusqu'à ce qu'elles soient absolument nécessaires, nous montrons que parmi les banques SLR, celles qui sont les plus contraintes par la règle ont commencé à augmenter leurs ratios de levier vers la date de divulgation en 2015. Le moment de ce désendettement «forcé», plutôt que la date de conformité officielle, peut avoir déterminé quand atteindre le rendement. Plus généralement, cette constatation illustre les dangers d'identifier les effets réglementaires lorsque les réglementations à l'étude ont des périodes de gestation aussi longues et des dates de «traitement» ambiguës; si nous avions naïvement comparé avant et après la date de mise en conformité, nous aurions pu rejeter l'hypothèse d'arbitrage.

Événement de transfert de risque après que le dénominateur SLR est finalisé mais pas à la date de conformité

Comment ils ont arbitré

Bien que nous trouvions des preuves de l'atteinte du rendement via les titres, nous ne trouvons aucune preuve d'une évolution vers des prêts plus risqués (voir le graphique ci-dessous). Le ratio des prêts pondérés en fonction du risque au total des prêts était essentiellement stable et parallèle pour les banques SLR et les banques de contrôle. C'est potentiellement surprenant, car les prêts sont les actifs de signature des banques. S'il se peut que le transfert de risque ne soit tout simplement pas détectable dans les prêts pondérés en fonction du risque, nous examinons d'autres mesures du risque de crédit (provisions et prêts non performants) dans notre document révisé et ne trouvons aucune preuve d'un changement différentiel dans les deux cas. Bien que des preuves puissent encore être trouvées, nous concluons que la réalisation d'une augmentation discrète du risque pourrait être moins coûteuse et plus prévisible via les livres de titres qu'en forgeant de nouvelles relations de prêt.

Arbitrage de ratio de levier encore une fois

Plats à emporter

Le principal point à retenir de notre document révisé est inchangé: les banques peuvent arbitrer des règles de levier simples en se tournant vers des actifs plus risqués et à plus haut rendement. Notre document révisé montre que l'arbitrage a été effectué bien avant la date de mise en conformité avec la nouvelle règle de levier, et non dans le portefeuille de prêts, où l'on aurait pu le penser.

Lecture connexe

Choi, D. B., Holcomb, M. R. et Morgan, D. P. «Limites de levier bancaire et arbitrage réglementaire: vieille question, nouvelles preuves». Banque fédérale de réserve de New York Rapports du personnel, non. 856, révisé en décembre 2019.

Choi, D. B., Holcomb, M. R. et Morgan, D. P. «Leverage Rule Arbitrage». Banque fédérale de réserve de New York Liberty Street Economics, 12 octobre 2018.





Donald P. Morgan

Donald P. Morgan est vice-président adjoint du groupe de recherche et de statistiques de la Federal Reserve Bank de New York.

Dong Beom Choi est professeur adjoint de finance à l'Université nationale de Séoul. Il était auparavant économiste au sein du Groupe de recherche et de statistiques de la Banque.

Michael R. Holcomb est titulaire d'un doctorat. étudiant à la Kennedy School of Government de Harvard. Il était auparavant analyste de recherche principal au sein du Groupe de recherche et de statistiques de la Banque.

Comment citer ce post:

Donald P. Morgan, Dong Beom Choi et Michael R. Holcomb, «Leverage Ratio Arbitrage All Over Again», Federal Reserve Bank of New York Liberty Street Economics, 30 juin 2020, https://libertystreeteconomics.newyorkfed.org/2020/06/leverage-ratio-arbitrage-all-over-again.html.


Avertissement

Les opinions exprimées dans ce billet sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position de la Federal Reserve Bank de New York ou du Federal Reserve System. Toute erreur ou omission relève de la responsabilité des auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *