Accord de paix au Soudan, élections en Éthiopie et mises à jour sur l'Afrique orientale et australe

Le Soudan signe un accord de paix avec les groupes rebelles du Darfour

Le lundi 31 août, le gouvernement soudanais et le Front révolutionnaire soudanais, une importante coalition de groupes rebelles, ont conclu un accord de paix pour mettre fin à 17 ans de conflit au Darfour. L'accord de paix vise à mettre fin aux combats au Darfour, où plus de 300 000 personnes ont été tuées et 2,7 millions de personnes déplacées depuis 2003, et dans les régions méridionales du Sud-Kordofan et du Nil bleu, où des milliers d'autres sont mortes dans les combats depuis 2011. L'accord attribuera des centaines de postes législatifs et exécutifs dans le gouvernement de transition du Soudan aux rebelles, intégrera les combattants rebelles dans l'armée, fournira un soutien aux populations déplacées et stipulera des mesures de réforme agraire et de justice transitionnelle.

L'accord a été accueilli favorablement par les responsables des États-Unis, du Royaume-Uni, de la Norvège et des Nations Unies comme un premier pas vers le rétablissement de la stabilité au Soudan. Cependant, les observateurs de l'accord ont averti qu'au moins deux factions rebelles ne se sont pas jointes aux pourparlers de paix, mettant en danger le succès de l'accord. En outre, deux accords de paix antérieurs signés en 2006 et 2011 sous le mandat de l'ancien dirigeant soudanais Omar el-Béchir n'ont pas réussi à mettre fin au conflit. Malgré ces problèmes, l'actuel Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok a exprimé son optimisme à l'égard de l'accord, déclarant que depuis que les manifestations contre al-Béchir ont éclaté pour la première fois en décembre 2018, le peuple soudanais avait recherché «la promesse de la justice, la promesse du développement et la promesse de sécurité. »

Élections régionales en Éthiopie et relations États-Unis-Éthiopie

La région éthiopienne du Tigray a organisé des élections législatives le mercredi 9 septembre au mépris du gouvernement fédéral, qui a reporté les élections générales initialement prévues pour août à une heure encore indéterminée en 2021 en raison de problèmes de santé et de sécurité liés à la pandémie de COVID-19. Les hauts législateurs éthiopiens avaient jugé les élections tigréennes inconstitutionnelles. Le Premier ministre Abiy Ahmed a également déclaré que le vote régional était illégal mais que le gouvernement ne réagirait pas avec force. En expliquant leur décision de tenir des élections, les politiciens du Tigray ont accusé Abiy de reporter les élections générales afin de prolonger son pouvoir, car les élections retardées prolongeront le mandat du gouvernement actuel d’au moins neuf mois. William Davison, analyste principal à Crisis Group, a déclaré que les tensions entre le gouvernement fédéral et régional reflétaient une «lutte pour le pouvoir entre les élites Abiy et tigréennes», qui dirigeaient autrefois la coalition au pouvoir en Éthiopie.

Dans d'autres informations sur l'Éthiopie, la semaine dernière, le département d'État américain a annoncé que les États-Unis suspendraient temporairement jusqu'à 130 millions de dollars d'aide à l'Éthiopie en raison du «manque de progrès» dans les négociations de l'Éthiopie avec l'Égypte et le Soudan sur le barrage du Grand Ethiopian Renaissance (GERD ). Un porte-parole du département d'État a déclaré que la décision reflétait la préoccupation des États-Unis concernant «la décision unilatérale de l'Éthiopie de commencer à remplir le barrage avant qu'un accord et toutes les mesures de sécurité nécessaires soient en place». Les tensions entre l'Éthiopie, l'Égypte et le Soudan se sont récemment intensifiées après que l'Éthiopie a annoncé qu'elle avait commencé à remplir le réservoir du DIRD au mépris du mandat de l'Égypte de ne pas remplir le barrage avant qu'un accord ne soit conclu sur la répartition des eaux du Nil. Pour en savoir plus sur cette question complexe, voir «La controverse sur le barrage du Grand Ethiopian Renaissance» par John Mukum Mbaku, associé principal non-résident de l'AGI.

Frontières et relations commerciales en Afrique orientale et australe

Les récentes tensions frontalières et commerciales entre le Kenya et ses voisins, la Tanzanie et la Somalie, se sont poursuivies cette semaine. Plus tôt cet été, le Kenya et la Tanzanie avaient déjà été dans un différend concernant les certificats de dédouanement COVID-19 pour les chauffeurs routiers cherchant à traverser la frontière. En fait, le Kenya exige toujours que tous les arrivants de Tanzanie soient mis en quarantaine pendant 14 jours, une politique que la Tanzanie considère comme plus politique que axée sur la santé. En réponse, ces dernières semaines, la Tanzanie a interdit à un certain nombre de compagnies aériennes kényanes d'accéder à son espace aérien.

Ces derniers mois, un certain nombre de différends commerciaux entre le Kenya et la Somalie ont également surgi. Les responsables somaliens ont accusé le Kenya de ne pas traiter son pays comme un partenaire égal et ont institué un blocus sur le commerce du miraa (également connu sous le nom de khat) vers le Kenya. Selon The East African, les responsables somaliens exigent que le Kenya «s'abstienne de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Somalie, s'excuse d'avoir violé l'espace aérien somalien, autorise les marchandises en provenance de Somalie, y compris le poisson, le riz, le sucre, le miel, la viande et le lait et (…) arrête de forcer vols depuis la Somalie pour faire un détour vers Wajir pour inspection. »

Pendant ce temps, d'autres frontières africaines continuent non seulement de s'ouvrir, mais d'instituer des protocoles pour atténuer les goulots d'étranglement au commerce transfrontalier. À la fin du mois dernier, le Botswana et le Zimbabwe ont annoncé qu'ils allaient bientôt mettre en place un «poste frontière à guichet unique», dans le but de créer des processus d'immigration transparente aux frontières pour les commerçants et, par conséquent, d'améliorer les perspectives commerciales pour la région dans son ensemble. Selon le journal zimbabwéen The Chronicle, le commerce entre les deux pays a considérablement augmenté ces dernières années, les exportations du Zimbabwe passant de 19,2 millions de dollars en 2017 à 43,3 millions de dollars en 2019.

D'autres frontières dans la région s'ouvrent également: en Ouganda, les autorités ont annoncé plus tôt cette semaine que son aéroport d'Entebbe – qui est fermé depuis mars aux vols non urgents en raison de la pandémie COVID-19 – devrait rouvrir le 1er octobre de cette année .

Dans d'autres nouvelles des compagnies aériennes, malgré une récente restructuration et un plan de sauvetage du gouvernement, South African Airways continue de lutter financièrement, les responsables déclarant que la société d'État a besoin d'un financement à court terme du gouvernement d'ici la fin de la semaine prochaine pour son processus de sauvetage des entreprises. continuer. Bien que l'entreprise cherche déjà à supprimer des emplois et à réduire sa flotte, elle affirme qu'au moins 10 milliards de rands (598 millions de dollars) de nouveaux fonds sont nécessaires pour rester à flot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *