À la hâte: les oléagineux de l'Alberta reçoivent un cadeau rare – une ligne d'exportation de 22 milliards de dollars soutenue par les États-Unis vers les eaux de marée via l'Alaska

Bonjour!

Ce sont peut-être ses dernières semaines au pouvoir (du moins selon les sondages publics), mais le président américain Donald Trump vient de faire un cadeau aux producteurs de pétrole de l'Alberta.

Au milieu de ses tweets sur la théorie du complot de plus en plus dérangés au cours du week-end, il a diffusé vendredi un tweet plus présidentiel: «Sur la base de la forte recommandation de @SenDanSullivan et @repdonyoung du Grand État d'Alaska, j'ai l'honneur de vous informer que je vais délivrer un permis présidentiel pour le rail transfrontalier A2A entre l'Alaska et le Canada. Félicitations aux habitants de l'Alaska et du Canada! »

Dan Sullivan est un sénateur américain au service de l'Alaska, et Don Young est un membre du Congrès servant la dernière frontière américaine. Le président américain a déjà été un adepte du pétrole canadien, après avoir approuvé le projet de pipeline Keystone XL de TC Energy Corp. qui avait été rejeté par l'ancien président Barack Obama.

Le projet de chemin de fer A2A de 2 570 kilomètres vise à transporter des marchandises en vrac telles que du pétrole, du grain et du minerai en plus de marchandises conteneurisées, et vise à développer un «nouveau chemin de fer reliant l'Alaska Railroad et les eaux de marée de l'Alaska, au nord de l'Alberta».

Le projet devrait coûter 22 milliards de dollars, dont 7 milliards de dollars seront construits en Alaska et 15 milliards de dollars en Alberta, selon la société.

La construction commencera près de Fairbanks, où se termine actuellement le chemin de fer de l'Alaska, et se déplacera vers le sud et l'est à travers l'Alaska, jusqu'au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et en Alberta.

Le tracé proposé reliera le réseau ferroviaire nord-américain, via le nord de l'Alberta, au réseau ferroviaire existant de l'Alaska et aux ports en eau profonde de l'Alaska.

«Il s'agit d'un projet d'infrastructure de classe mondiale qui créera plus de 18 000 emplois pour les travailleurs canadiens au moment où ils sont le plus nécessaires, offrira une nouvelle route plus efficace pour le transport transpacifique et reliera ainsi l'Alberta aux marchés mondiaux», A2ARail Le fondateur et président Sean McCoshen a déclaré en juillet, alors qu'il annonçait la mise en service d'une société d'ingénierie pour commencer un levé détaillé du terrain le long du tronçon albertain du tracé proposé du chemin de fer.

«La nouvelle voie ferrée créera de nouvelles opportunités de développement économique pour un large éventail d'entreprises, de communautés et de communautés autochtones au Canada et en Alaska», a déclaré le président. «Nous estimons qu'A2A Rail pourrait débloquer 60 milliards de dollars canadiens de PIB cumulatif supplémentaire jusqu'en 2040 et augmenter les revenus des ménages de 40% en moyenne.»

Le président de la société est Jean Paul Gladu, qui a été président et chef de la direction du Conseil canadien pour le commerce autochtone de septembre 2012 à avril 2020.

L'Alaska – Alberta Railway Development Corporation (A2A Rail) est une société privée et est financée par son McCoshen, qui, selon l'entreprise, a dépensé plus de 100 millions de dollars américains au cours des premières phases du projet.

«Au fur et à mesure de l'avancement du projet, il est prévu qu'A2A Rail recherchera des investissements auprès de fonds d'infrastructure, de groupes souverains et d'investisseurs privés. De plus, A2A Rail étudie plusieurs subventions et garanties de prêts émises par le gouvernement aux États-Unis et au Canada pour aider à fournir le capital-risque nécessaire au développement du chemin de fer », selon le site Web de la société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *